Airbnb a payé moins de 100.000 euros d'impôts en France en 2016

 |   |  383  mots
Airbnb pratique une optimisation fiscale via l'Irlande très répandue chez les géants américain de l'Internet.
Airbnb pratique une optimisation fiscale via l'Irlande très répandue chez les géants américain de l'Internet. (Crédits : Yuya Shino)
Si une telle somme peut déjà paraître conséquente, elle est dérisoire quand on voit le montant total des transactions effectuées par Airbnb en France.

Airbnb en fait donc toujours partie. En ne payant que 92.944 euros d'impôts en 2016, selon le montant révélé par Le Parisien, la plateforme de locations de logements de vacances entre particuliers rejoint donc le club des géants de l'Internet qui ne payent presque pas d'impôts en France, aux côtés de Facebook, Google ou Amazon. Car si l'impôt payé par Airbnb est en hausse par rapport à 2015 (69.168 euros), il demeure dérisoire eu égard au marché que représente la France pour la plateforme.

L'Hexagone, pour Airbnb, c'est un marché de 10.000 millions de locataires et de 300.000 logements à mi-2016. D'ici la fin de l'année 2017, le nombre de logements disponibles via la plate-forme sur le territoire français pourrait même atteindre la barre des 450.000, selon les estimations du quotidien parisien. Si l'on s'en tient aux chiffres de 2016, Airbnb ne payerait donc qu'une trentaine de centimes d'euros par an pour chaque logement français présent sur la plateforme...

Un montage fiscal classique, mais efficace

A l'instar de Facebook ou Google, Airbnb se sert de sa filiale irlandaise pour payer le moins d'impôt possible, via un système d'optimisation fiscale qui, s'il est discutable moralement parlant, n'a absolument rien d'illégal. Le montant de chaque transaction enregistrée par un hôte (loueur) basé en France, est géré directement par la filiale irlandaise d'Airbnb, qui prend une commission de 12% et reverse l'argent au loueur. Le chiffre d'affaires de la plateforme est donc déclaré dans le pays dans lequel se déroule la transaction, et l'Irlande offre un taux d'imposition sur les sociétés à 12,5%, un des plus faibles d'Europe.

Grâce à ce montage fiscal, Airbnb déclare un chiffre d'affaire d'environ 5 millions d'euros au fisc français, toujours selon Le Parisien, alors que le directeur général d'Airbnb France annonçait en juillet à BFM TV que la plateforme avait « reversé aux Français un peu plus de 1 milliard d'euros en 2016 ». En divisant ce montant par le taux de la commission prélevée par Airbnb, on peut donc déterminer que le chiffre d'affaire déclaré par Airbnb aurait dû être d'au moins 120 millions d'euros, et son impôt bien plus élevé...

> Lire aussi : Optimisation fiscale : l'Italie réclame plus de 200 millions d'euros à Google

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/08/2017 à 16:26 :
AirBnb c'est incroyable : Ca crée une inflation des prix de l'immobilier parisien, de nombreux "hôtes" achètent cher pour louer avec AirBnb et ne respectent pas les olbigations déclaratives ni les plafonnement de durée et louent à l'année "plein pot" alors que les loyers sont plafonnés sur le marché de la location classique (vide ou meublée), ça crée des problèmes de copropriété (les locataires AirBnb font souvent du bruit, ou nuisances en tout genre et les immeubles parisiens ne sont pas des hôtels, équipés contre les nuisances sonores par exemple) .. et bien sur comme toutes belle société de l'Ubérisation de la société, elle ne paye pas d'impots! Il serait temps que ce petit cinéma cesse ...
a écrit le 09/08/2017 à 11:21 :
demande a ceux qui ont refuse la meme fiscalite en europe
de payer
et ceux avant meme de créer l'euro
car l'egalise l'evasion fiscal est un crime de haute trahison
a écrit le 08/08/2017 à 19:23 :
L'Union Européenne devrait envisager d'imposer dans chaque pays une part du résultat de Airbnb proportionnel à l'activité générée par chaque marché national.

Si 50% de son activité est générée par le marché français, on impose 50% de son résultat en France.

Face à une économie mondialisée et dématérialisée, il faut adapter la fiscalité. La notion d'établissement en matière d'imposition n'a plus de sens face à Airbnb, Facebook ou autres. Il faut évaluer l'activité générée sur et par le marché national et imposer le résultat du groupe proportionnellement.
a écrit le 08/08/2017 à 14:56 :
il suffit d'aligner le taux d'IS français à 33.33% (voir moins 1% pour les PME avec des conditions) sur celui de l'Irlande. Ainsi tous les baveux genre "évasion fiscale" "fraude fiscale" serait bec clos. Mais ces gens paient(=-ils au moins l'IR???? doute quant à leur notions sur l'impôt qu'ils décrivent.
Réponse de le 08/08/2017 à 17:27 :
Non,c'est plus compliqué.Les grosses boites ont toutes des filiales a l'étranger qui leur servent a défiscaliser les bénefs.Le taux d'impot sur les société n'impacte que les PME.Quand a l'irlande,sa dette publique augmente en flèche a cause de sa fiscalité ,et les autres pays européens l'ont déja renfloué une fois,donc tout est biaisé par les lobbies qui agissent a Bruxelles
a écrit le 08/08/2017 à 13:37 :
C'est de la fiscalité européenne, ils ont leur siège en Irlande.
Il faut une cohérence fiscal entre les différentes entreprises hors France et dans la France ou par domaine d'activité, c'est évident que la vente en ligne n'est pas pareil que du commerce sur le terrain, il faut des réformes équitables pour la vente ou location en ligne.
a écrit le 08/08/2017 à 11:11 :
On attend avec impatience Le Maire sur les grandes surfaces françaises qui ont toutes des filiales en suisse ou sur Total qui ne paye pas d'impots.Comme d'habitude ,Le Maire pas trop sérieux....
a écrit le 08/08/2017 à 10:27 :
L'évasion fiscale est le passe temps de nos actionnaires milliardaires, le seule différence entre les nouveaux et les anciens c'est que les anciens ont eu le temps d'acheter les bons politiciens de sorte que cela ne se voit pas, les nouveaux milliardaires sont arrivés sur le marché sans prendre ces précautions d'usage.

Donc non seulement ils s'évadent fiscalement comme tous les autres mais en plus ils font des économies en n'ayant pas à payer des hordes de politiciens corrompus, cela fait certainement partie de la raison pour laquelle ils sont devenus si riches si vite.
a écrit le 08/08/2017 à 10:16 :
Revoilà le retour du pilori fiscal; payer des impôts ( beaucoup) semble devenu la référence de la bonne moralité; pourtant l'intégrité de nos élus et de certains hauts fonctionnaires est loin d'être évidente.
a écrit le 08/08/2017 à 10:07 :
Nos lois ont 20 ans de retard !
Internet existe depuis 1995 et nos chers députés n'ont pas été capables de mettre en place un système pour fiscaliser les revenus
C'est une honte !!

Surtout qu'il est très facile d'identifier la localisation pour airbnb
C'est plus compliqué pour Google : lorsqu'une multinational paie des publicités il n'est pas si évident de vérifier le pays concerné.

=> Uber et airbnb : il devrait être très facile de les taxer
=> Google et Facebook : plus compliqué, a minima une règle de trois sur le nombre de français
a écrit le 08/08/2017 à 9:25 :
Bravo Airbnb ! il faut lutter par tous les moyens, contre le socialisme fiscal Made In France ....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :