Le transfert de Paul Pogba à MU, tout sauf une folie

 |   |  553  mots
Paul Pogba, ici avec Jesse Lingard, a rejoint Manchester United cet été pour 105 millions d'euros. Presque une broutille au vu des recettes du club...
Paul Pogba, ici avec Jesse Lingard, a rejoint Manchester United cet été pour 105 millions d'euros. Presque une broutille au vu des recettes du club... (Crédits : � Reuters Staff / Reuters)
Le montant dépensé par Manchester United pour recruter Paul Pogba a été jugé excessif par beaucoup d’observateurs du monde du football… Pourtant, lorsqu’on ramène ce chiffre aux recettes du club anglais, le transfert est dans la norme des grosses transactions depuis 2007.

C'est le transfert le plus cher de l'histoire... Jusqu'au prochain. Les montants record atteints par les transactions de joueurs de football sont régulièrement battus : après Zidane en 2001 (75 millions d'euros), puis Cristiano Ronaldo en 2008 (94 millions d'euros) et Gareth Bale (101 millions d'euros) en 2013, c'est au tour du français Paul Pogba de devenir le joueur le plus cher du monde, en passant de la Juventus à Manchester United pour 105 millions d'euros. Pour la petite histoire, Manchester United brise ainsi la série du Real Madrid, qui détenait les trois précédents records. Si le montant de ce transfert conclu en août 2016 semble déraisonnable, il est à relativiser en le comparant aux recettes annuelles du club anglais (518 millions d'euros pour la saison 2014-2015).

En effet, KPMG a analysé, via son département « Football Benchmark », la corrélation entre les "montants déboursés par les clubs phares ces dernières années pour acquérir les footballeurs parmi les plus renommés" et les "revenus d'exploitation de ces clubs au moment de la transaction". KPMG se focalise sur le plus gros de transfert par année depuis 2007 et compare donc le montant déboursé par le club acheteur et ses recettes sur la saison précédant le transfert en question (voir tableau ci-dessous).

 

(Source : KPMG)

Le transfert de Paul Pogba de cet été est donc tout à fait dans la moyenne des autres transferts, avec un ratio prix/revenus d'exploitation situé à 20%, soit à peine plus que pour l'achat de Thiago Silva par le Paris Saint Germain en 2012 ou celui de Fernando Torres par Liverpool en 2007. Pire encore, le transfert de Robinho de Madrid à Manchester City en 2008 pour 43 millions d'euros correspond à un ratio deux fois plus élevé (41%) ! Cette transaction représentait le premier coup de folie de l'autre club de Manchester après son rachat par les Emiratis, et les revenus d'exploitation n'étaient donc pas encore au rendez-vous. Lors de l'achat de Kevin de Bruyne à Wolfsburg à l'été 2015, les recettes du club sur l'année étaient passées à 462 millions d'euros...

Manchester United avait la place pour 5 Pogba

Ce ratio est essentiel pour comprendre le mécanisme du fair-play financier. Pour entrer dans les clous du fair-play financier, il faut donc que les dépenses d'un club soient à l'équilibre avec ses recettes, ce qui aurait donc pu permettre à Manchester United de réaliser plusieurs opérations d'un montant équivalent à celui payé pour Paul Pogba.

Lire aussi : Le transfert record de Paul Pogba à l'épreuve du fair-play financier

Si des clubs comme le Paris Saint-Germain ou Manchester City ont été pénalisés, c'est parce qu'ils ont investi massivement sur une courte période après leur rachat, sans attendre que leurs recettes atteignent celles des autres gros clubs européens tels que Manchester United ou le Real Madrid. Le club espagnol, pourtant régulièrement très dépensier, ne voit pas son ratio s'envoler quand il débourse 94 millions d'euros pour Cristiano Ronaldo ou 101 millions pour Gareth Bale, tant ses revenus d'exploitation sont importants. C'est là toute la critique portée à l'encontre du système de fair-play financier, qui peut être perçu comme une façon de protéger les grands clubs historiques de l'arrivée des « nouveaux riches ». Une interprétation assez singulière de la notion de fair-play...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/09/2016 à 19:52 :
Le ratio est peut être dans la moyenne mais si l'on se réfère aux performances sportives du joueur, cela demeure toujours trop cher. Le fait que le club acheteur ait les moyens financiers du transfert n'améliore pas pour autant les qualités du joueur. La démonstration de ce point de vue ne paraît pas convainquante.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :