Location de voitures : Virtuo lève 20 millions d'euros et vise le leadership en Europe

 |   |  501  mots
Thibault Chassagne (à gauche) et Karim Kaddoura ont fondé Virtuo en 2016.
Thibault Chassagne (à gauche) et Karim Kaddoura ont fondé Virtuo en 2016. (Crédits : Virtuo)
La startup française va accélérer son développement pour s'imposer comme le leader de la location de voitures 100% digitale. Virtuo veut bousculer le métier de loueur, qui souffre d'une image de marque très dégradée, et se positionne sur un segment haut-de-gamme, tout en revendiquant des tarifs très compétitifs.

C'est une très nette accélération que s'apprête à consacrer Virtuo à travers une massive levée de fonds. L'agence de location de voiture 100% digitale a annoncé avoir bouclé un tour de table de 20 millions d'euros auprès d'Iris Capital, Raise Venture, mais également auprès de Balderton Capital, l'investisseur historique.

Ce refinancement doit permettre à Virtuo d'accélérer sa croissance en étendant son réseau en France, mais également en Europe. Virtuo vise désormais l'Espagne et l'Allemagne, tout en se renforçant à Londres avec l'ouverture de nouvelles stations.

"L'objectif, c'est de gérer une flotte de 3.000 voitures d'ici à la fin de l'année, contre 1.000 aujourd'hui", explique à La Tribune, Thibault Chassagne, cofondateur et Pdg de Virtuo qui a pourtant déjà multiplié sa flotte par 4 en un an. "Nous pensons être capable de multiplier notre business par trois chaque année d'ici à 2020", ajoute-il.

Virtuo prévoit également de doubler ses effectifs en passant à 90 salariés.

Vers les États-Unis ?

Fondée en mai 2016 par Thibault Chassagne et Karim Kaddoura, Virtuo est leader en France des loueurs de voitures 100% digitaux. Elle a, jusqu'ici, levé environ 9,5 millions d'euros et dispose d'une trentaine de sites en France, à Londres et à Bruxelles. Le groupe vise le leadership européen, et ne cache pas travailler à une implantation aux États-Unis, indispensable pour suivre ses clients voyageurs.

Mais Thibault Chassagne estime que le potentiel de croissance existe aussi sur ses implantations actuelles. A Gare de Lyon par exemple, Virtuo dispose d'une flotte de 200 voitures, mais pourrait facilement doubler de taille s'il se compare à la flotte de ses concurrents.

Virtuo s'est positionné dans une démarche 100% digitale et défie les loueurs traditionnels. Selon Thibault Chassagne, ces derniers n'ont pas su utiliser tout ce que le digital pouvait apporter:

"Les loueurs traditionnels ont laissé leur métier devenir une commodité [marchandise basique, Ndlr], ce qui tire les prix et la qualité des prestations vers le bas. Notre ambition est de réinventer une expérience client qualitative."

Un positionnement premium

La startup joue sur l'image dégradée des loueurs, eux-mêmes contraints par des coûts de structures exorbitants.

"Nous avons un positionnement premium, mais nous ne sommes pas si cher que cela, puisque, rapporté aux options cachées, aux conducteurs additionnels, au GPS optionnel -qui sont les vraies sources de rentabilité de nos concurrents traditionnels-, sont inclus chez Virtuo", souligne Thibault Chassagne.

Uniquement équipé de Mercedes Classe A et GLA (le petit SUV de la marque allemande), l'agence ne propose que des modèles dotés d'un GPS, et les prix sont "tout compris", et ce, sans file d'attente au comptoir.

Les loueurs historiques, eux, prétendent pourtant avoir fait la bascule dans le tout-digital avec des applications beaucoup plus intuitives, et des grilles tarifaires plus claires. Certaines ont même accentué leur positionnement premium comme Sixt ou Europcar qui a racheté l'espagnol Goldcar en charge de l'entrée de gamme. Mais, la bascule n'est pas structurelle puisqu'ils continuent à entretenir un réseau d'agences et de comptoirs...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :