Etihad Airways espère réaliser ses premiers profits en 2010

 |   |  323  mots
Née en 2003, la jeune compagnie d'Abou Dhabi augmente fortement sa capacité cette année pour ensuite la stabiliser en 2010 et 2011. L'année 2012 sera une nouvelle étape d'une très forte expansion.

Née en 2003, la toute jeune compagnie d'Abou Dhabi Etihad Airways vise ses premiers profits l'année prochaine, a indiqué mardi son PDG James Hogan dans un entretien accordé à latribune.fr. Un pari ambitieux pour ce transporteur qui maintient cette année une très forte croissance de ses capacités dans un marché en crise. Mais qui pourrait ne pas se réaliser si la grippe porcine devait prendre le même impact sur le transport aérien que le Sras en 2003. Face aux critiques de plusieurs compagnies aériennes européennes qui crient à la concurrence déloyale des transporteurs du Golfe qui bénéficient de soutiens financiers massifs de leurs Etats-actionnaires, James Hogan a affirmé qu'il ne recevait «ni subventions ni garanties étatiques» sur les financements d'avions. Le dirigeant n'a pas souhaité donner l'état des pertes aujourd'hui.

Pour l'heure, Etihad va prendre livraison en 2009 de 11 avions (l'équivalent d'une hausse de capacité de 18%) pour ensuite maintenir une offre stable autour d'une cinquantaine d'appareils pendant deux ans (deux nouveaux avions seront livrés en 2010 et en 2011) pour appuyer à nouveau sur l'accélérateur en 2012 avec l'arrivée des premiers exemplaires de la méga commande de plus de 100 appareils faites en 2008 à Boeing et Airbus au salon aéronautique de Farnborough. Ce sera notamment l'arrivée dans la flotte de la compagnie des premiers des dix A380 commandés (+5 options). James Hogan n'a pas de projet d'en commander d'autres pour le moment.

En 2008, Etihad a transporté plus de 6 millions de passagers et vise 7 millions en 2009. Cette hausse de trafic devrait permettre d'augmenter le chiffre d'affaires de 20% à 3 milliards de dollars. Abou Dhabi a lancé cette compagnie pour rivaliser les émirats voisins de Dubai et du Qatar, propriétaires respectivement d'Emirates et de Qatar Airways. Tous les transporteurs de cette région sont des clients clés d'Airbus puisqu'ils détiennent une grande partie des commandes d'A380 et d'A350 du constructeur européen.

 


 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Certes Abou Dhabi a lancé Etihad pour rivaliser ses voisins Dubai et Doha, propriétaires respectivement d'Emirates et de Qatar Airways, mais le Qatar est il a considérer comme un emirat? L'état du Qatar se revendique comme un état dirigé par un Emire, et non comme un émirat. La Qatar avait refuse il y a 37 de faire partie de la confédération des émirats arabes unis, dont Abou Dhabi et Dubai font parties.

"James Hogan a affirmé qu'il ne recevait «ni subventions ni garanties étatiques»" mais l'emirat d'Abu Dhabi n'est il pas propriétaire d'Etihad, des bâtiments prêtés à Etihad, de l'aéroport d'Abu Dhabi, des sociétés qui servent Etihad (y compris SRTechnics)... Difficile dans ces conditions de comparer Etihad a Lufthansa, British Airways ou Air France.

Etihad arrivera peut être à un équilibre financier en 2010, mais lequel. Celui entre ce qui est dépensé pour payer des équipages, le salaire de Mr. Hogan et ce que rapporte la vente de billet d'avion...?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :