Aviation électrique : pourquoi Green Aerolease s’allie à Pipistrel Aircraft

 |  | 755 mots
Lecture 4 min.
A l'heure où le groupe Air France se désengage de certains aéroports régionaux et ferme des lignes comme à Lorient ou à Morlaix, laissant des salariés sur le tarmac, l'aviation légère apparaît pour le dirigeant comme un moyen d'attirer de nouvelles PME et chefs d'entreprises sur les territoires.
A l'heure où le groupe Air France se désengage de certains aéroports régionaux et ferme des lignes comme à Lorient ou à Morlaix, laissant des salariés sur le tarmac, l'aviation légère apparaît pour le dirigeant comme un moyen d'attirer de nouvelles PME et chefs d'entreprises sur les territoires. (Crédits : Green Aerolease)
Tout juste fondée, la jeune société Green Aerolease signe un partenariat exclusif avec Pipistrel Aircraft. Il porte sur la commande de 50 avions biplaces Velis Electro destinés à la formation des pilotes. Avec la plateforme OpenFly de location d’avions privés et la compagnie Finist’Air, Green Aerolease est la troisième entreprise dédiée à l’aviation légère du groupe W3, piloté par l’entrepreneur breton Charles Cabillic. Elle vise à donner des ailes à l’aviation électrique en France.

L'aviation légère au service de la transition écologique et de la mobilité régionale ? L'entrepreneur breton Charles Cabillic, président du groupe brestois W3 y croit. Ce passionné d'aviation, également co-pilote avec l'ex-dg d'Arkéa Ronan le Moal du fonds d'investissement Epopée Gestion, vient de fonder sa troisième entreprise dans ce domaine. Après le lancement en 2017 de la plateforme de location d'avions privés OpenFly (ex-Air Affaires) puis le rachat en mai 2020 de la compagnie Finist'Air, Green Aerolease décolle cette semaine de Brest, avec une propulsion garantie sans CO2. Tout juste immatriculée, la jeune société de location d'appareils à destination des clubs annonce la signature d'un partenariat exclusif avec Pipistrel Aircraft, un leader dans la conception et la production d'avions légers électriques.

Conclu avec le soutien de la Fédération française aéronautique (FFA), il porte sur...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/01/2021 à 17:03 :
Souhaitons meilleure chance à Green Aerospace que pour l'E FAN et le bon nombre d'autres compagnies qui avaient développé des avions électriques solaires (pourtant beaucoup plus performants et plus modernes , que le SOLAR IMPULSE.

Il faut toutefois savoir qu'avec des materiaux photovoltaïques et des panneaux solaires
de configurations beaucoup plus modernes et jusqu'à deux fois plus performants , et avec en plus des encapsulements transparents anti-réfléchissants, antierosion, anticorrosion antigivre, on peut disposer d'une efficacité augmentée d'un autre facteur supplémentaire de x3 à x6, soit au total jusqu'à un facteur de plus de dix , sachant que la lumière solaire pour un avion est en général azimutale et en incidence oblique et qui n'est que tres peu récupérée et transformée en électricité. De quoi définitivement transformer les premières tentatives d'avions électriques en véritables succes commerciaux, économiques et financiers, avec le recours aux nouvelles générations de matériaux avancés ( que l'on a déjà beaucoup commencé à exploiter surtout en Asie depuis au moins dix ans- et de maniére plus marginale dans certaines institutions européennes et dont malheureusement on ne parle en général encore peu dans les milieux de la recherche scientifique et technologique appliquée et dans les industries technologiques en France .
Voir en particulier, publications Materials Today Proceedings Vol.5 N°5 (2018)13816-13826 et Vol.5 N°5 (2018) 13837-13845 et MDPI (Micromachines) Vol.10 N°8 (2019)539
a écrit le 26/01/2021 à 9:01 :
Les premiers avions électriques auront intérêt à faire comme celui-ci à savoir l'écrire dessus, ils seront accueillis à bras ouverts par la population qui si elle est devenue méfiante du fait de leur pollution, parce que c'est pas agréable de voir un truc voler au dessus de sa tête en se disant qu'il nous largue forcément du kérozène sur la gueule, aime toujours autant les avions. Devenant plus du tout polluants ils auront, le secteur aéronautique aura, de nouveau un énorme succès.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :