Aviation électrique : pourquoi Green Aerolease s’allie à Pipistrel Aircraft

Tout juste fondée, la jeune société Green Aerolease signe un partenariat exclusif avec Pipistrel Aircraft. Il porte sur la commande de 50 avions biplaces Velis Electro destinés à la formation des pilotes. Avec la plateforme OpenFly de location d’avions privés et la compagnie Finist’Air, Green Aerolease est la troisième entreprise dédiée à l’aviation légère du groupe W3, piloté par l’entrepreneur breton Charles Cabillic. Elle vise à donner des ailes à l’aviation électrique en France.

4 mn

A l'heure où le groupe Air France se désengage de certains aéroports régionaux et ferme des lignes comme à Lorient ou à Morlaix, laissant des salariés sur le tarmac, l'aviation légère apparaît pour le dirigeant comme un moyen d'attirer de nouvelles PME et chefs d'entreprises sur les territoires.
A l'heure où le groupe Air France se désengage de certains aéroports régionaux et ferme des lignes comme à Lorient ou à Morlaix, laissant des salariés sur le tarmac, l'aviation légère apparaît pour le dirigeant comme un moyen d'attirer de nouvelles PME et chefs d'entreprises sur les territoires. (Crédits : Green Aerolease)

L'aviation légère au service de la transition écologique et de la mobilité régionale ? L'entrepreneur breton Charles Cabillic, président du groupe brestois W3 y croit. Ce passionné d'aviation, également co-pilote avec l'ex-dg d'Arkéa Ronan le Moal du fonds d'investissement Epopée Gestion, vient de fonder sa troisième entreprise dans ce domaine. Après le lancement en 2017 de la plateforme de location d'avions privés OpenFly (ex-Air Affaires) puis le rachat en mai 2020 de la compagnie Finist'Air, Green Aerolease décolle cette semaine de Brest, avec une propulsion garantie sans CO2. Tout juste immatriculée, la jeune société de location d'appareils à destination des clubs annonce la signature d'un partenariat exclusif avec Pipistrel Aircraft, un leader dans la conception et la production d'avions légers électriques.

Conclu avec le soutien de la Fédération française aéronautique (FFA), il porte sur la commande de 50 avions biplaces Velis Electro destinés à la formation des pilotes, aux balades aériennes de pilotes déjà formés et aux baptêmes de l'air. Pipistrel est le premier constructeur européen à avoir obtenu en juin 2020 la certification de l'Agence de la sécurité aérienne de l'Union européenne (EASA) pour cet avion léger, économe et durable. La FFA, qui teste l'appareil depuis deux ans et a réalisé plus de 200 heures de vols via son Fablab de Toussus Le Noble (78) confirme sa performance.

Par cette initiative, W3 entend anticiper l'essor sous deux à trois ans du secteur de l'aviation légère et privée en France et en Europe et contribuer à sa transition écologique.

« Le secteur aérien léger a un bel avenir devant lui avec l'arrivée progressive entre 2022 et 2025 de petits avions électriques ou hybrides à destination du voyage à la demande, d'affaires ou de loisir », assure Charles Cabillic, fondateur de Green Aerolease. « Ces avions seront une réponse aux enjeux de désenclavement, de mobilité régionale pour assurer la continuité économique territoriale et la desserte des villes de taille moyenne. Il est donc indispensable de dispenser des formations aux futurs pilotes », explique-t-il.

60 à 80 aéroclubs abonnés sous deux ans

Livrés entre juin 2021 et juin 2022, les 50 Velis Electro affichent une heure d'autonomie de vol et un faible bruit de 60 dB. Ils seront proposés à la location auprès des écoles de pilotage et des aéroclubs des zones urbaines pour un forfait clé en main de 2.500 euros HT pour 250 heures par an, plus 80 euros HT par heure supplémentaire. Le renouvellement des batteries est compris dans ce tarif.

Green Aerolease prévoit d'être à l'équilibre sous deux ans avec 60 à 80 aéroclubs abonnés et 70 avions en année 2. « La priorité sera donnée à un déploiement en France avant une extension de l'activité de la société à plusieurs pays européens. Nous avons déjà reçu des demandes du Danemark, de Pologne et d'Italie », indique Charles Cabillic.

A l'heure où le groupe Air France se désengage de certains aéroports régionaux et ferme des lignes comme à Lorient ou à Morlaix, laissant des salariés sur le tarmac, l'aviation légère apparaît pour le dirigeant comme un moyen d'attirer de nouvelles PME et chefs d'entreprises sur les territoires. Dans son optique de formation de professionnels, la société a entamé des discussions avec plusieurs collectivités régionales dont les Régions Bretagne et Pays-de-la-Loire afin de faire baisser le prix du forfait.

Finist'Air : maintenance et formation pour le Grand Ouest

L'après-vente et le réseau de maintenance des avions seront pris en charge par Finesse Max, le distributeur français de Pipistrel. Dans ce réseau, figure déjà le site de maintenance et de formation de Finist'Air, la compagnie sœur de Green Aerolease qui assurera ce service pour le Grand Ouest. Entre les deux entreprises, W3, holding qui intervient également dans les domaines du numérique et de l'investissement, joue la complémentarité sur la voie du zéro carbone. A moyen terme, Charles Cabillic souhaite que Finist'Air, dont l'unique appareil assure la liaison Brest-Ouessant pour 3.000 passagers par an avant l'ouverture de lignes vers Nantes et les îles de Jersey et Guernesey, fasse voler un des premiers avions de ligne électriques. Et en attendant que les 250 appareils mis à disposition des clients d'OpenFly (450 à 600 nouveaux inscrits par mois, 700 pilotes, 30 compagnies) bénéficient eux aussi de la transition vers le 100 % électrique ou l'hybride, les vols réservés sur la plateforme de location sont tous compensés par la plantation d'arbres.

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 2
à écrit le 26/01/2021 à 17:03
Signaler
Souhaitons meilleure chance à Green Aerospace que pour l'E FAN et le bon nombre d'autres compagnies qui avaient développé des avions électriques solaires (pourtant beaucoup plus performants et plus modernes , que le SOLAR IMPULSE. Il faut toutefo...

à écrit le 26/01/2021 à 9:01
Signaler
Les premiers avions électriques auront intérêt à faire comme celui-ci à savoir l'écrire dessus, ils seront accueillis à bras ouverts par la population qui si elle est devenue méfiante du fait de leur pollution, parce que c'est pas agréable de voir un...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.