Canal de Suez bloqué : Poutine en profite pour vanter la voie maritime de l'Arctique

Le président de la Russie, qui veut capter une partie du trafic maritime mondial, a fait de l'exploitation de l'Arctique une priorité stratégique. Il prône la création d'une voie maritime le long des côtes nord, dans des eaux plus en plus souvent libres de glace, pour relier l'Europe à l'Asie et concurrencer le Canal du Suez qui voit passer environ 10% du fret maritime mondial.

2 mn

Photo illustrant les ambitions géostratégiques de la Russie dans l'Arctique: le navire de recherche russe Akademik Fyodorov en mission dans l'océan Arctique en 2007, avec à son bord deux mini-submersibles chargés de planter le drapeau russe au fond de l'océan Arctique sous le pôle Nord, dans une action de revendication symbolique de la propriété de cette zone riche en ressources.
Photo illustrant les ambitions géostratégiques de la Russie dans l'Arctique: le navire de recherche russe "Akademik Fyodorov" en mission dans l'océan Arctique en 2007, avec à son bord deux mini-submersibles chargés de "planter" le drapeau russe au fond de l'océan Arctique sous le pôle Nord, dans une action de revendication symbolique de la propriété de cette zone riche en ressources. (Crédits : Reuters)

Le blocage du Canal de Suez illustre la nécessité de développer la voie maritime dans l'Arctique russe, route de plus en plus praticable à cause du changement climatique, a jugé vendredi la diplomatie russe.

"L'incident du Canal de Suez a mis en lumière la nécessité avant tout de la poursuite du développement de la Route maritime du Nord", a relevé Nikolaï Korchounov, responsable de la coopération internationale dans l'Arctique pour le ministère russe des Affaires étrangères, cité par l'agence de presse Interfax.

Capter une part du trafic maritime mondial

Le président Vladimir Poutine a fait de l'exploitation de l'Arctique une priorité stratégique, notamment la création d'une voie maritime le long des côtes nord pour relier l'Europe à l'Asie et concurrencer le Canal du Suez qui voit passer environ 10% du fret maritime mondial.

Le changement climatique et le recul de la banquise estivale rendent ce projet plus réaliste même si, à l'heure actuelle, y voir une voie praticable et fiable est prématuré. La Russie développe cependant une flotte de brise-glaces à propulsion nucléaire.

M. Korchounov relève cependant que la paralysie du trafic sur le Canal de Suez par un porte-conteneur échoué "force chacun à réfléchir à la diversification des voies maritimes stratégiques".

Réchauffement climatique et fonte accélérée de la banquise

L'agence météo russe Rosguidromet a révélé dans un rapport jeudi que la Russie avait enregistré un record de chaleur pour l'année 2020 et un recul historique de la banquise d'été sur la Route maritime du nord.

Comparé aux années 1980, la surface de la glace y est "5 à 7 fois moindre", a souligné l'agence, et "en 2020 la surface de couverture de glace en septembre a atteint un record de faiblesse avec 26.000 km2".

Les entreprises russes exploitent en outre d'importants gisements de pétrole et de gaz, de charbon et de minerais précieux dans l'Arctique.

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 2
à écrit le 27/03/2021 à 11:42
Signaler
Bonne idée sauf si c'est encore pour y faire circuler tout ces bateaux ultra polluants. Voilà ma foi une idée qui serait intelligente et légitime, de n'y faire passer que des bateaux non polluants. Mais la cupidité a ses raisons que la raison n'a pa...

à écrit le 26/03/2021 à 23:52
Signaler
Il peut vanter ce qu'il veut, mais le coût de transport par tonne est plusieurs fois supérieur, en plus ce n'est pas pour tous les navires et pas toute l'année, loin de là.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.