Coup dur pour British Airways, May donne son feu vert à l’extension d’Heathrow

 |  | 839 mots
Le ministère des Transports a précisé qu'il allait proposer la mise en oeuvre de règles contraignantes en matière de nuisances sonores, censées apaiser les craintes des riverains de l'aéroport.
Le ministère des Transports a précisé qu'il allait proposer la mise en oeuvre de règles contraignantes en matière de nuisances sonores, censées apaiser les craintes des riverains de l'aéroport. (Crédits : Reuters)
Theresa May a donné son feu vert à la construction d'une troisième piste à l'aéroport de Londres-Heathrow aujourd'hui saturé, qui permettrait d'ajouter 260.000 vols par an. Une hausse de capacité colossale qui accentuera fortement la concurrence sur cet aéroport en grande partie contrôlé par Briitsh Airways.

Coup dur pour British Airways. Solidement installée à l'aéroport de Londres-Heathrow et relativement protégée de la concurrence par la saturation dont souffre cet aéroport depuis plus de 20 ans, la compagnie britannique doit d'ores et déjà se préparer à affronter d'ici à une dizaine d'années une concurrence beaucoup plus vive.

260.000 vols supplémentaires par an

Ce mardi en effet, après 25 ans de débat qu'aucun gouvernement n'avait osé trancher face aux protestations des riverains et des défenseurs de l'environnement, le gouvernement de Theresa May a donné son feu vert à la construction d'une troisième piste sur l'aéroport d'Heathrow, près de Londres, un projet évalué à 18 milliards de livres (20,2 milliards d'euros). L'annonce a fait chuter le cours de Bourse de 2,45% en milieu de journée avant qu'il ne se ressaisisse pour terminer en baisse de 0,74% en clôture.

Cette nouvelle piste devrait ainsi permettre d'augmenter de 260.000  le nombre mouvements annuel (décollages, atterrissages) et d'accueillir un trafic de 135 millions de passagers par an contre 73,5 millions en 2015. Plus grand aéroport d'Europe devant Roissy Charles-de-Gaulle (64 millions de passagers en 2015) Heathrow a une capacité de 480.000 vols par an. Ce qui est énorme avec une capacité de deux pistes. A titre de comparaison, Roissy et ses 4 pistes a enregistré 470.000 mouvements en 2015.

Un signe envoyé aux milieux d'affaires

Theresa May a donc rejeté les deux autres options sur la table, à savoir l'extension d'une des deux pistes d'Heathrow ou la construction d'une deuxième piste à l'aéroport de Gatwick, située au sud de Londres, même si ce dernier dossier était moins coûteux et autorisait un nombre plus élevé de vols supplémentaires (280.000) chaque année. Mais, plutôt  que d'avoir deux aéroports de taille relativement similaire, le gouvernement a préféré renforcer l'aéroport qui accueille aujourd'hui la totalité des vols internationaux de la capitale.
Mais, si une troisième piste à Heathrow ne fera pas les affaires de British Airways, il permettra en revanche au Royaume-Uni d'améliorer sa connectivité avec le reste du monde, notamment en Asie, aujourd'hui mise à mal par les compagnies du Golfe et leur hub du Moyen-Orient.

Une telle décision sur ce sujet aussi controversé, permet au gouvernement britannique de donner un signe fort pour rassurer sur l'avenir économique de la capitale britannique et du Royaume-Uni après l'incertitude créée par le vote pour une sortie de l'Union européenne lors du référendum du 23 juin.


"C'est une nouvelle fantastique d'autant plus que le pays a attendu cette décision pendant cinquante ans", a déclaré Paul Drechsler, président de la principale confédération patronale CBI. " Cela montre au monde entier que nous sommes vraiment ouverts aux affaires, au moment où nous négocions notre sortie de l'UE", a-t-il ajouté.

Création de 77.000 emplois

"Il s'agit à l'évidence d'une décision importante pour ce pays, mais c'est aussi le signe le plus clair depuis le référendum montrant que ce pays est très clairement ouvert aux affaires", a dit à la presse le ministre des Transports, Chris Grayling.

Plus tôt dans un communiqué, ce dernier expliquait ce choix "dans le but de donner un grand coup d'accélérateur à l'économie britannique". Selon le gouvernement, la nouvelle piste à Heathrow bénéficiera à toute l'économie à hauteur de 61 milliards de livres (69 milliards d'euros). Elle entraînera la création de " 77.000 emplois sur les 14 prochaines années".
Selon une étude réalisée par une commission indépendante, une nouvelle piste à Heathrow permettrait la création de 70.000 emplois nouveaux d'ici 2050 et augmenterait la croissance du produit intérieur brut (PIB) de 0,65 à 0,75 point sur la même période, ce qui représenterait une contribution économique de 147 milliards de livres (165 milliards d'euros) sur 60 ans.

Avant que la construction puisse débuter, le dossier devrait faire l'objet de plusieurs recours administratifs et juridiques et être soumis aux Parlement, d'ici un an environ. La nouvelle piste ne devrait donc être opérationnelle qu'en 2025 au plus tôt.

Boris Johnson voulait fermer Heathrow

La perspective d'étendre Heathrow irrite de nombreux élus de la capitale et divise même le gouvernement conservateur. Parmi ces détracteurs se trouve Boris Johnson, l'ancien maire de Londres devenu ministre des Affaires étrangères, dont la circonscription est proche d'Heathrow. L'an dernier, il avait déclaré que l'option de la troisième piste était vouée à l'échec. Il y a deux ans, son projet de fermer Heathrow et de construire un immense aéroport à l'Est de Londres et au sud de l'estuaire de La Tamise, avait été rejetée en raison de son coût astronomique.

Son successeur à la mairie de la capitale, le travailliste Sadiq Khan, a critiqué la décision de Theresa May, parlant de mauvaise décision pour Londres et pour la Grande-Bretagne.
Le ministère des Transports a précisé qu'il allait proposer la mise en oeuvre de règles contraignantes en matière de nuisances sonores, censées apaiser les craintes des riverains de l'aéroport.



Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/10/2016 à 21:01 :
Entre parenthèses, certes le coût est exhorbitant, mais ne serait-il pas plus sage d'attendre avant de faire une telle annonce ? Nous savons que le RU va sortir de l'Europe, il va donc à nouveau falloir un visa à tous les européens, ce qui ne sera peut-être pas si facilement attribué.

Par conséquent, le nombre de passagers va certainement diminuer en provenance de l'Europe alors que nous sommes originellement très nombreux à nous y rendre.

C'est une hérésie cette histoire.... Mettre la charrue avant les boeufs !
a écrit le 26/10/2016 à 12:42 :
Il est faux de dire que Heathrow "accueille aujourd'hui la totalité des vols internationaux de la capitale" tel que mentionné dans l'article.
a écrit le 25/10/2016 à 20:14 :
Pour avoir bossé 4 ans à Heathrow , vu le sens des vents dominants ( vents d'ouest ) cette piste sera orientée est/ouest et.. la majorité des approches se feront vers l'Ouest donc en survolant LONDRES mais aussi ses quartiers chics tels que Richmond/Wimbledon... .
J'ai du mal à croire que ce projet se réalise un jour vu les nuisances qui seront apportées au grand LONDRES ou vit la bagatelle de 10 millions de personnes . Time will tell .
a écrit le 25/10/2016 à 18:19 :
Je ne suis pas un expert mais 21 milliards d'euros pour une piste cela me semble enorme, meme en comptant les infrastructures associees (terminal, routes, etc.).
Quelqu'un peut-il m'eclairer ?
Réponse de le 25/10/2016 à 19:34 :
C'est pourtant le montant annoncé du projet , Heathrow runway 3
Ce n'est pas qu'une piste c'est tout le nouveau terminal, c'est énorme comme projet s'il voit le jour car il y aura une opposition très forte
C'est sur que nddl avec 300 millions est bien minuscule en comparaison !
Réponse de le 25/10/2016 à 20:51 :
@Heathrow, à une différence près, NDDL n'apporte rien à la France, la piste 3 de Heathrow apportera beaucoup au UK
Réponse de le 25/10/2016 à 22:12 :
NDDL est appelé à desservir l'une des régions les plus attractives et les plus dynamiques de France.
Réponse de le 26/10/2016 à 7:52 :
Effectivement, 21 Md€ est extrêmement chers et correspond au plus ou moins au financement de tout le métro du Grand Paris avec ses 200 stations ! La construction d'une piste à l'Aéroport de Washington-Dulles a couté seulement 356 millions de $ US....on est loin des milliards de Londres, même si on inclut un nouveau terminal, une déviation d'autoroute et le rachat de 750 maisons.
C'est un chiffre déraisonnable. Il y a lieu de se poser des questions sur ce coût exorbitant. Bref, qui en profitera pour se remplir les poches.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :