Monarch Airlines dépose son bilan sous les coups de boutoir des low-cost

 |   |  472  mots
(Crédits : Toby Melville)
La compagnie aérienne britannique Monarch, a déposé le bilan, l'obligeant à cesser immédiatement ses activités et à annuler quelque 300.000 réservations. Il s'agit de la plus grosse faillite dans le ciel britannique.

Monarch Airlines, nouvelle victime des compagnies low-cost. La compagnie charter britannique a déposé son bilan entraînant l'arrêt immédiat de son activité a annoncé ce lundi la direction britannique de l'aviation civile (CAA). Quelque 110.000 passagers se retrouvent ainsi sans vol de retour et 300.000 réservations risquent d'être purement et simplement annulées. En déposant le bilan, Monarch a été privé de son certificat de transport aérien et donc de sa capacité à opérer.


"Il s'agit de la plus grande compagnie aérienne britannique qui ait déposé son bilan", a déclaré la CAA.

En 2008, la faillite du groupe britannique XL avait provoqué de sérieuses perturbations (XL France et XL Germany avaient été vendues et n'avaient pas été concernées par le dépôt de bilan de leur maison-mère).

Après Alitalia et Air Berlin, il s'agit de la troisième compagnie européenne à se déclarer en cessation de paiement en quelques mois.

KPMG nommé administrateur

Dotée d'une flotte d'une trentaine d'avions, la compagnie reliait Londres et Birmingham à des lieux de villégiature prisés des Britanniques, notamment l'Espagne, les îles Canaries, Baléares et les Alpes françaises.

"Une pression sur les coûts de plus en plus importante et des conditions de marché toujours plus concurrentielles sur les court-courriers en Europe ont contraint Monarch à subir des pertes sur une longue période. Cela a débouché sur la décision de la direction de nous désigner en tant qu'administrateurs tôt ce matin", a expliqué Blair Nimmo, associé chez KPMG.

La compagnie a été en effet placée entre les mains du cabinet KPMG, nommé administrateur du groupe.

En difficulté depuis des années à cause de la concurrence des compagnies à bas coûts, Monarch avait notamment bénéficié en octobre 2016 de l'injection d'argent frais à hauteur de 165 millions de livres de la part de son principal propriétaire, le fonds d'investissement Greybull Capital. Cette recapitalisation lui avait permis de renouveler sa licence pour un an alors que la compagnie avait prévenu devoir faire face un contexte difficile, entre attentats terroristes, chute de la livre britannique et incertitudes liées au Brexit.

Londres organise le rappatriement

Pour l'heure, le rapatriement des passagers s'organise. Le gouvernement britannique a chargé la CAA  d'affréter plus de 30 avions pour rapatrier les touristes qui se trouvent actuellement à l'étranger. Il s'agit de la plus importante procédure de rapatriement en temps de paix a déclaré le ministère des Transports.

Monarch avait dit jeudi qu'elle discutait avec des tiers à la suite d'informations selon lesquelles une partie de son réseau court-courrier serait à vendre. La forte concurrence à l'oeuvre dans le transport aérien fragilise encore plus les compagnies les moins bien préparées et a déclenché une dynamique de consolidation.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/10/2017 à 19:00 :
Royal :)!
a écrit le 02/10/2017 à 18:49 :
Ou est oleary et sa clik pour manger les reste...ryanair doit subir le même sort
a écrit le 02/10/2017 à 18:00 :
Toutes mes condoléances aux gens qui sont passés directement par la compagnie par acheter les billets .... pas dit que le retour soit gratuit, l'article ne le dit pas !!!!!!!!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :