Trottinettes en libre-service : Flash veut devenir le nouveau roi du macadam à Paris (face aux Lime, Bird, Bolt, Wind...)

 |   |  646  mots
Flash est loin d'être la seule à parier sur l'essor des trottinettes partagées sans borne (en free-floating) à Paris. La société américaine Lime (photo) avait ouvert le bal l'été dernier, suivie de Bird, Bolt, ou encore Wind, soit une demi-douzaine d'entreprises qui proposent des services de trottinettes partagées dans la capitale.
Flash est loin d'être la seule à parier sur l'essor des trottinettes partagées sans borne (en "free-floating") à Paris. La société américaine Lime (photo) avait ouvert le bal l'été dernier, suivie de Bird, Bolt, ou encore Wind, soit une demi-douzaine d'entreprises qui proposent des services de trottinettes partagées dans la capitale. (Crédits : Sipa)
Le marché de la trottinette électrique sans borne d'attache (free-floating) n'est donc pas encore saturé puisque voilà une nouvelle startup qui se jette dans la mêlée. Flash, qui vise la mise en service de plusieurs milliers d'engins -"mais pas trop" pour "ne pas déranger l'espace public"-, va commencer avec 500 engins, déployés à partir de ce week-end sur les trottoirs des Ve et VIe arrondissements. Puis à Lyon, et à terme, dans une trentaine d'autres villes de France.

La startup européenne Flash a annoncé mardi le lancement d'un service de trottinettes électriques en libre-service à Paris, rejoignant la demi-douzaine d'entreprises proposant déjà ce type de service.

Flash va commencer avec 500 engins qui seront déployés sur les trottoirs des Ve et VIe arrondissements à partir de ce week-end.

Prospérer dans "une démarche de compréhension" des municipalités

"Actuellement, il y a une sorte d'euphorie, on ne s'inscrit pas là dedans", a assuré à l'AFP Stéphane MacMillan, cofondateur et directeur France de Flash, qui dit vouloir être "un acteur de poids, pas un acteur de plus".

Car Flash est loin d'être la seule à parier sur l'essor des trottinettes partagées sans bornes (en "free-floating") à Paris. La société américaine Lime a ouvert le bal en juin 2018, suivie de Bird, Bolt, ou encore Wind, soit une demi-douzaine d'entreprises qui proposent des services de trottinettes partagées dans la capitale.

"Tout le monde ne pourra pas continuer à opérer très longtemps", estime Stéphane MacMillan qui mise sur l'extension de Flash dans "une trentaine de villes" françaises d'ici à la fin de l'année pour réussir. Le tout -il l'assure- dans une "démarche de compréhension" des municipalités.

A Paris, Flash prévoit ainsi de déployer "plusieurs milliers" de trottinettes, mais "pas trop", afin de "ne pas déranger l'espace public", avant d'étendre son service à Lyon la semaine prochaine.

Présente à Madrid, Lisbonne et Zurich, la startup a levé 55 millions d'euros

Concrètement, les utilisateurs pourront localiser les trottinettes disponibles grâce à l'application sur leur smartphone, et les faire démarrer en flashant un QR Code. Le tarif est, comme pour Bird ou Lime, de 1 euro par course plus 15 centimes la minute.

L'entreprise assure également être à l'origine de la création d'une "petite vingtaine" de CDI "en charge de la maintenance" et du rechargement des appareils.

Flash a été fondée à l'été 2018 par l'entrepreneur germano-polonais Lukasz Gadowski. Le service est déjà présent à Madrid, Lisbonne et Zurich et prévoit, en même temps que Paris, de s'installer dans "16 pays et plus de 80 villes". En décembre, elle a réalisé une levée de fonds de 55 millions d'euros.

Un nouveau giga-tour de table à 310 millions pour le pionnier Lime

La semaine dernière, le jeudi 7 février 2019, la startup de trottinettes électriques en libre-service Lime a annoncé avoir bouclé une nouvelle levée de fonds de 310 millions de dollars, portant la valorisation de la toute jeune société américaine à 2,4 milliards de dollars.

Les fonds ont été apportés par "un groupe d'anciens et de nouveaux investisseurs", dont le géant de la finance Fidelity, le fonds de Google GV, Andreessen Horowitz, Bain Capital Ventures et IVP, selon un communiqué diffusé mercredi.

Améliorer la sécurité pour diminuer les accidents de trottinettes

"Cette nouvelle levée donnera à Lime la possibilité de pénétrer de nouveaux marchés, d'améliorer sa technologie, de renforcer ses équipes ainsi que de saisir de nouvelles opportunités de développement", a affirmé la jeune pousse née en janvier 2017, qui souhaite également "faire de la sécurité de ses utilisateurs un enjeu permanent".

Au moins 1.500 personnes ont été soignées après des accidents survenus en trottinette électrique aux Etats-Unis depuis fin 2017, début de l'engouement pour ce mode de transport, selon une organisation de défense des consommateurs.

Une précédente levée de fonds auprès d'Uber et Alphabet (Google)

Lime avait déjà levé 335 millions de dollars en juillet 2018, notamment auprès d'Uber et d'Alphabet, la maison mère de Google.

Présente dans plus d'une centaine de villes dans le monde, Lime domine aujourd'hui le marché en France, depuis qu'elle a été la première à proposer des trottinettes électriques en libre-service grâce à son application sur smartphone à Paris, en juin 2018.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/02/2019 à 18:19 :
Moi je n'ai pas trouver leur application dans le play store
a écrit le 13/02/2019 à 9:48 :
On aimerait bien savoir combien les ferrailleurs rachètent ces trottinettes aux chiffonniers.
On le saura après.
a écrit le 12/02/2019 à 17:26 :
le concept est rigolo... et permet de se déplacer pour trois francs six sous dans les grands centres villes.....ceci étant, il y a 15 jours, dans bordeaux, sur de grande avenue commerçante et pietonnes.... les utilisateurs roulent vraiment vite... et on ne le entend pas arriver derrière soi.... bref, limite malgré tout, surtout si on se promène avec des enfants....

mais sinon..... assez sympa, bcp moins encombrant qu un vélo..... mais....... a mon avis, ça va poser des pb dans pas longtemps... c est trottoirs.... ou rue..... les pistes cyclables étant encore fort peu déployées

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :