Après la hausse de 2018, les ventes de pesticides baissent de 44% en 2019

 |   |  408  mots
Ls quantités de produits vendus considérés comme les plus préoccupants, dits CMR (cancérigènes, mutagènes et reprotoxiques) ont diminué de plus de 50% en 2019 par rapport à 2018, a précisé le gouvernement.
Ls quantités de produits vendus considérés comme "les plus préoccupants", dits CMR (cancérigènes, mutagènes et reprotoxiques) ont diminué "de plus de 50% en 2019 par rapport à 2018", a précisé le gouvernement. (Crédits : Stephane Mahe)
Selon le gouvernement, qui a fourni ces "données provisoires", cette baisse est l'effet des mesures engagées depuis 2018 pour réduire l'utilisation des produits phytosanitaires.

Les ventes de pesticides ont reculé en France de 44% en volume en 2019, après l'envolée des ventes intervenue en 2018 (+18%), a annoncé mardi le gouvernement. Les quantités vendues de glyphosate, désherbant controversé, "diminuent de 35% (-3.358 tonnes) entre 2018 et 2019 après avoir augmenté de 11% (+999 tonnes) entre 2017 et 2018", ont précisé les ministères de la Transition écologique et de l'Agriculture dans un communiqué conjoint. Le gouvernement français avait promis fin 2017 que cette molécule serait interdite "dans ses principaux usages" dans un délai de trois ans, sans attendre les cinq ans décidés au niveau européen.

Lire: Glyphosate : recherche alternatives désespérément

"Ces évolutions à la baisse compensent totalement l'augmentation des ventes en 2018, intervenue juste avant la hausse de la redevance pour pollution diffuse intervenue au 1er janvier 2019", a indiqué le gouvernement dans son communiqué.

Le biocontrôle en hausse

Selon ces "données provisoires", les quantités totales de substances actives vendues en usages agricoles, hors produits de biocontrôle, ont diminué de 44% entre 2018 et 2019 (-28.078 tonnes), après avoir augmenté de 18% entre 2017 et 2018 (+11.870 tonnes), a indiqué le gouvernement, qui estime que ces résultats "permettent de constater les premiers effets des mesures engagées (...) depuis 2018 afin de réduire l'utilisation des produits phytosanitaires". Concernant les quantités de produits vendus considérés comme "les plus préoccupants", dits CMR (cancérigènes, mutagènes et reprotoxiques), elles ont diminué "de plus de 50% en 2019 par rapport à 2018", a précisé le gouvernement. A l'inverse, la part relative des produits de biocontrôle, alternatives aux pesticides chimiques, "continue à augmenter, ce qui illustre une substitution progressive et continue des substances les plus dangereuses par ces produits", ont affirmé les autorités.

La Cour des Comptes avait épinglé le 4 février dernier la politique de réduction des pesticides agricoles menée par l'Etat, laquelle avait donné jusque là des résultats "très en deçà des objectifs" en 2018, malgré un budget considérable, de quelque 400 millions d'euros (dont 71 millions prélevés sur la redevance pour pollutions diffuses). Depuis le Grenelle de l'environnement fin 2007, qui avait fixé un objectif de réduction de 50% de l'usage des pesticides de synthèse en 10 ans, les deux plans successifs mis en œuvre, Ecophyto 1 et 2, ont abouti à des échecs. En avril, le gouvernement a donc tenté pour la troisième fois de désintoxiquer l'agriculture des excès de la chimie en lançant un plan Ecophyto 2+.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/07/2020 à 18:50 :
Je le croirai seulement quand j'en aurai la confirmation par des organisations écologistes. On est trop habitué aux mensonges dans ce domaine.
a écrit le 01/07/2020 à 17:00 :
L'achat à diminué car le filière à fais le "plein" l’année précédant!
a écrit le 01/07/2020 à 10:53 :
Il s'agit pour partie d'un leurre. La concentration des principes actifs est plus importante avec des volumes produits et conditionnés par conséquent moindres...Particulièrement malins les chimistes...Je suis bien placé pour le savoir...
Réponse de le 01/07/2020 à 12:29 :
@ Levine
Intéressant !
En valeur absolue, les prix seraient stables, voirent auraient augmenté ?
a écrit le 01/07/2020 à 10:41 :
Le glyphosate n'est que l'arbre qui cache la forêt de l'empoisonnement généralisé.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :