Au Royaume-Uni, les bornes de recharge obligatoires dans toute nouvelle construction dès 2022

Alors que s'est achevée la semaine dernière la COP26 à Glasgow, le Premier ministre britannique Boris Johnson a annoncé lundi que toutes les nouvelles constructions (logements, bureaux et supermarchés) devront obligatoirement être équipées de bornes de recharge électriques à partir de 2022. Une mesure qui participe de la volonté du gouvernement britannique d'accélérer sur la transition énergétique, et d'interdire la vente de nouveaux véhicules thermiques dès 2030.

6 mn

Avec la mesure annoncée ce jour, le gouvernement britannique espère que 145.000 nouveaux points de recharge privés et professionnels seront créés chaque année de 2022 à 2030 (plus de 1 million de bornes au total).
Avec la mesure annoncée ce jour, le gouvernement britannique espère que 145.000 nouveaux points de recharge privés et professionnels seront créés chaque année de 2022 à 2030 (plus de 1 million de bornes au total). (Crédits : Denis Balibouse)

Redorer l'image du Royaume-Uni en matière climatique, c'est le cap que s'est fixé le Premier ministre britannique Boris Johnson au lendemain d'une COP26 à l'issue de laquelle il avait exprimé « une certaine déception ». Faute de mesures suffisantes, ce sommet mondial pour la sauvegarde du climat, qui s'est tenu à Glasgow du 31 octobre au 12 novembre, laisse en effet un goût d'inachevé : force est de constater que ce pacte ne permettra ni de tenir l'objectif de hausse des températures sous les 1,5°C ni de répondre aux demandes pressantes d'accompagnement des pays pauvres, en première ligne face aux effets du dérèglement climatique.

« We cannot go on as we are »

Considérant la situation actuelle, Boris Johnson a affirmé lundi matin : « Nous ne pouvons pas continuer ainsi » (« We cannot go on as we are »), et a souligné la nécessité d'adapter les infrastructures du pays, lequel est, selon lui, « à un moment charnière » de son histoire.

Précisément, le Premier ministre britannique a annoncé que tous les nouveaux bâtiments construits au Royaume-Uni à partir de 2022 devront impérativement être équipés d'un point de recharge pour véhicules électriques. Seront concernés les nouveaux logements (maisons et immeubles), mais également les nouveaux bureaux et supermarchés, ainsi que tous les bâtiments dotés de plus de 10 places de parking et qui feront l'objet de « rénovations majeures ». Ces mesures seront soumises à l'approbation du Parlement d'ici fin 2021.

Pour rappel, aujourd'hui, le Royaume-Uni est l'un des pays européens où la vente de véhicules électriques est la plus importante, bien que la part de véhicules électriques sur l'ensemble du parc automobile reste encore faible. Ainsi, la part des véhicules électriques dans le marché britannique représente 6,6% des ventes, contre 5,8% pour la France et 8,4% pour l'Allemagne, selon les données de l'ACEA (l'Association des constructeurs européens d'automobiles). En outre, à ce jour, le Royaume-Uni compte environ 8,5 bornes de recharge tous les 100 kilomètres, et est ainsi meilleure élève que la France qui en compte seulement 4,4. Le Royaume-Uni se situe en revanche loin derrière le leader européen, les Pays-Bas, qui dénombrent pas moins de 48 bornes pour 100 kilomètres.

Lire aussi 4 mnDossier-enquête : le "business" des bornes de recharge électrique

Accélérer la création de bornes de recharge privées et professionnelles

Avec la mesure annoncée ce jour, le gouvernement britannique espère que 145.000 nouveaux points de recharge privés et professionnels seront créés chaque année de 2022 à 2030 (plus de 1 million de bornes au total). Cette mesure devrait permettre de soutenir le déploiement du parc de véhicules électriques au Royaume-Uni, alors que le pays a fixé à 2030 l'interdiction de vendre de nouveaux véhicules essence et diesel dans le pays, et qu'il entend également devenir neutre en carbone à horizon 2050.

Dans le cadre de cette stratégie, le gouvernement britannique a précisé avoir déjà soutenu jusqu'ici la construction de « plus de 250.000 » points de recharge à domicile et sur des lieux de travail.

Et pour rappel, sur le volet des bornes de recharge publiques, le gouvernement en a déjà installé près de 26.000 bornes, dont 4.900 bornes de recharge rapide, selon les données du Département britannique des Transports (Department for Transport, DfT).

À titre de comparaison, la France compte 43.700 bornes de recharge publiques, et ambitionne d'atteindre le cap de 100.000 bornes publiques d'ici à la fin 2021.

Le Premier ministre Boris Johnson a affirmé ce matin la volonté du Royaume-Uni de faire figure de précurseur pour imposer des réglementations en matière de constructions compatibles avec la recharge électrique, et créer, par la même occasion, de nouveaux emplois verts à travers le pays.

« Étant donné que la majorité des recharges sont effectuées à domicile, les citoyens pourront acheter de nouvelles maisons déjà équipées pour un véhicule électrique, tout en pouvant également recharger sur les points de charge dans les nouveaux supermarchés et lieux de travail. Ainsi, la recharge électrique au Royaume-Uni sera aussi simple que le ravitaillement d'une voiture en essence ou diesel aujourd'hui », a expliqué le gouvernement de Boris Johnson dans un communiqué.

Des partenariats publics-privés pour financer la « révolution industrielle verte »

Le Premier ministre britannique s'est exprimé ce matin devant des chefs d'entreprises britanniques réunis pour la conférence annuelle de l'organisation patronale CBI (Confederation for British Industry). À cette occasion, il a présenté la révolution industrielle verte comme « la plus grande opportunité d'unir et de mettre à niveau le Royaume-Uni, en créant des partenariats publics-privés entre le gouvernement et les entreprises du secteur ».

Il a notamment fait savoir aux chefs d'entreprise que le financement public seul ne suffirait pas à « adapter l'économie britannique à la révolution industrielle verte », mais que le gouvernement allait donc se concentrer sur l'investissement dans la science et la technologie et l'augmentation de la productivité, mais laisserait le soin aux entreprises privées de s'occuper du reste.

Fin octobre déjà, Boris Johnson avait réuni investisseurs et multinationales à l'occasion d'un sommet visant à financer sa « révolution verte », pour laquelle il s'est fixé l'objectif d'attirer 90 milliards de livres d'investissements privés d'ici à 2030, qui devraient permettre de stimuler la création de métiers qualifiés.

D'autres projets d'investissements verts en cours au Royaume-Uni

Ces annonces interviennent alors que le gouvernement britannique prévoit d'investir près de 10 millions de livres sterling (11,9 millions d'euros) dans un nouveau projet hydrogène en Écosse, le premier d'une telle envergure au Royaume-Uni, situé dans le plus grand parc éolien terrestre du pays, près de Glasgow. Ce projet est destiné à fournir de l'hydrogène vert produit à partir d'électrolyse de l'eau pour approvisionner les transports locaux en carburant zéro carbone. Développé par ITM Power et BOC, avec Scottish Power, il a le potentiel de stocker et produire suffisamment d'hydrogène vert pour alimenter plus de 200 trajets en bus quotidiens entre Glasgow et Edimbourg.

Le gouvernement de Boris Johnson soutiendra également un nouveau programme de prêts de 150 millions de livres sterling (178 millions d'euros) à destination des PME britanniques. Ces « prêts innovation », distribués sur trois ans par Innovate UK, l'agence d'innovation publique britannique, seront accessibles à une variété de secteurs, incluant les entreprises vertes, et viseront à commercialiser leurs dernières innovations.

___

| LIRE NOTRE DOSSIER Voiture électrique : enquête sur le "business" des bornes de recharge (34 articles dont 13 sur la situation dans chacune des régions françaises)

6 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 2
à écrit le 23/11/2021 à 17:08
Signaler
Encore une fausse bonne idée. La voiture électrique n'a pas d'avenir et sera un gouffre financier pour les utilisateurs, sans compter les problèmes de dépendance aux matériaux et composants. Attendons le véhicule à hydrogène ou mettons-nous au vélo.

à écrit le 23/11/2021 à 0:45
Signaler
Il y a t'il une norme mondiale sur les prises ,les bornes et leur fonctionnement ,leur signalétique ect.. Quand 6 millions de véhicules rechargeront en même temps, les réseaux tiendront ils la chargent ? Faudra il attendre son tour ? nous auront pe...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.