Climat : le 5 mars, la France a déjà épuisé son budget carbone

 |   |  542  mots
Pourtant, techniquement, politiquement, financièrement, on sait ce qu'il faut faire. Ce qui manque c'est seulement la volonté politique, dénonce Cécile Duflot, à la tête d'Oxfam France.
Pourtant, "techniquement, politiquement, financièrement, on sait ce qu'il faut faire. Ce qui manque c'est seulement la volonté politique", dénonce Cécile Duflot, à la tête d'Oxfam France. (Crédits : Pascal Rossignol)
A ce rythme, la neutralité carbone ne pourra pas être atteinte en 2050 comme prévu, alertent quatre ONG déjà à l'origine d'un recours en justice contre l'inaction climatique contre l'Etat. Il faudra plutôt attendre 2085.

Le "jour du dépassement", où la France aura consommé toute sa part des ressources renouvelables mondiales, tombera en 2020 au début du mois de mai. Mais dès le 5 mars, ce sera le "jour du dérèglement": celui où l'Etat français atteint le budget carbone qu'il s'est lui même fixé pour 2050, année où il compte parvenir à la neutralité climatique. Tout ce qui est émis après cette date viendra donc accélérer le réchauffement.

L'alerte est lancée par les quatre ONG à l'origine du premier recours en justice contre l'Etat français pour son inaction climatique, dit "L'affaire du siècle": Greenpeace, la Fondation Nicolas Hulot pour la nature et l'homme (FNH), Notre affaire à tous (Naat) et Oxfam France. Leur objectif: permettre de mieux "visualiser la réalité" du retard climatique français,souligner encore une fois que l'Etat ne respecte pas ses propres lois, et "montrer le chemin qui reste à parcourir".

305 jours à rattraper

Le fondement du calcul de ce"jour du dérèglement", confié au cabinet Carbone 4, est en effet la loi française: notamment la loi énergie climat de 2019, mise en oeuvre par une "Stratégie nationale bas carbone". La première fixe l'objectif de neutralité carbone en 2050 et la deuxième détermine, en fonction des capacités annuelles d'absorption de carbone prévues pour cette date en France, une limite d'émissions annuelles: 79 millions de tonnes de CO2 équivalent -excluant les émissions "importées" et celles liées au transports maritime et aérien. Pour déterminer les émissions françaises de 2020 et les comparer à cette limite, Carbone 4 a utilisé les derniers chiffres officiels fiables, relatifs aux émissions et au taux moyen de baisse en 2017, précise le cabinet.

Or, en 2020, cette limite a été atteinte avec 305 jours d'avance, montre le calcul du "jour du dérèglement". Et "pendant les dernières quatre années, cette date n'a reculé que de 48 heures", s'inquiète Cécile Duflot, à la tête d'Oxfam France.

"Si l'on continue à ce rythme, la France n'atteindra pas la neutralité carbone en 2050 mais... en 2085", mettent en garde les ONG.

30 ans pour une "transformation sans précédent"

Ce nouveau "jour marqueur" révèle également que les efforts des seuls citoyens, même si poussés au maximum, ne permettraient pas de le repousser au-delà du mois de mai. Et que "les effets de certaines annonces de réduction des émissions ne se comptent qu'en minutes".

Pourtant, "techniquement, politiquement, financièrement, on sait ce qu'il faut faire. Ce qui manque c'est seulement la volonté politique", dénonce Cécile Duflot.

"Il y a donc un travail poussé à mener sur la régulation", un besoin de "mesures ambitieuses et coordonnées", plaident les quatre ONG. Elles réclament une "transformation sans précédent de tous les systèmes: énergie, alimentation, transports, logement, industrie, gestion des terres".

Lire aussi: Vigilance climatique : 25 multinationales françaises rappelées à l'ordre

"Or, 30 ans (le temps qui reste pour atteindre la neutralité carbone en 2050, NDLR), c'est loin d'être long lorsqu'il s'agit de changer de telles politiques", met en garde l'ancienne ministre du Logement et de l'Égalité des territoires.

Lire encore: Climat: l'Affaire du siècle appelle les citoyens à témoigner

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/03/2020 à 9:10 :
Ben oui mais il faut engraisser les déjà bien trop gras toujours plus vite, il y a des priorité avant la sauvegarde de l'humanité hein.
a écrit le 05/03/2020 à 6:32 :
N'importe quoi. Ce n'est pas la question. Le problème, toujours le même, tout d'abord bien trop d'hommes pour la planète et ensuite, quelques immensément riches omnipotents qui ne pensent qu'à s'enrichir encore plus = plus de sbires encore, qui pédalent toujours plus, tant que les sbires et la planète l'encaissent. Et l'échéance finale approche
a écrit le 04/03/2020 à 16:29 :
Ah la belle affaire
Grâce aux grèves de décembre/janvier de la SNCF, les Français ont repris de bonnes habitudes : auto, motos, bus (MACRON) et aujourd'hui CoronaVIRUS en expansion les Français doivent "privilégier leurs déplacements personnels (autos principalement) plutôt que les transports en commun"
Alors à ce rythme bien sûr que nous ne sommes plus dans les "clous écolos"
Mais le principal pollueur de la planète : LA CHINE tournant au ralenti, voit ses gaz à effets se serre diminuer et la pollution de ses grandes agglos, aussi.
Eux 40%, comme pollueurs, NOUS : 0,9%
Voilà donc une bonne nouvelle.....poiur la planète.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :