Ouverture d'une enquête après une "suspicion de pollution de la Seine" par Lafarge, Hidalgo dénonce un "scandale écologique"

 |  | 529 mots
Photo d'illustration. Sur Twitter, Barbara Pompili, ministre de la Transition écologique, a indiqué que des inspecteurs de son ministère allaient se rendre sur place et que les responsables seront poursuivis.
Photo d'illustration. Sur Twitter, Barbara Pompili, ministre de la Transition écologique, a indiqué que des inspecteurs de son ministère allaient se rendre sur place et que les "responsables seront poursuivis". (Crédits : Enedis)
La maire de Paris a vivement réagi ce mardi aux révélations de la radio Europe 1 visant le cimentier français Lafarge, accusé de déverser des rejets polluants dans les eaux de la Seine. Une enquête est ouverte.

La maire de Paris, Anne Hidalgo, a dénoncé ce mardi un "véritable scandale écologique" après la révélation de rejets polluants dans la Seine issus d'une usine de cimenterie de Lafarge-Holcim, visée depuis fin août par une enquête du parquet de Paris.

"C'est un véritable scandale écologique, alors que nous travaillons avec nos partenaires depuis de nombreuses années pour améliorer la qualité du fleuve. La Ville de Paris va saisir le procureur de la République pour ces faits graves qui portent atteinte à notre environnement", a tweeté la maire PS Anne Hidalgo, en partageant l'information révélée par Europe 1.

Selon la radio, une usine Lafarge située dans le quartier de Bercy, dans l'est de la capitale, rejette dans le fleuve un mélange de "particules de ciment, de liquides de traitement et des microfibres de plastique".

Une enquête ouverte

Contacté par l'AFP, le parquet de Paris a annoncé qu'une enquête était déjà ouverte depuis que l'office français de la biodiversité (OFB) a constaté le 27 août une "suspicion de pollution de la Seine par une entreprise de travaux publics".

Le parquet avait immédiatement confié à l'OFB et à la brigade fluviale une enquête judiciaire pour "déversement de substances nuisibles par personne morale", "jet ou abandon par personne morale de substances nuisibles" et "utilisation de produits phytosanitaires sans respecter les conditions d'utilisation".

Sur Twitter, Barbara Pompili, ministre de la Transition écologique, a indiqué que des inspecteurs de son ministère allaient se rendre sur place et que les "responsables seront poursuivis".

Lafarge se dit "victime"

Dans un communiqué, Lafarge s'est dit "victime" et affirme que l'écoulement en question est le fait "d'un accident exceptionnel provoqué par un acte malveillant", et n'est en rien un acte volontaire de l'entreprise.

Selon le cimentier, "l'écoulement a été stoppé" et les actions de contrôles sur les centrales vont être renforcées.

Plus tôt dans l'année, Lafarge-Holcim avait déjà été accusé de polluer la Seine par les militants d'Extinction Rébellion. Visée par une série d'actions du groupe écologiste sur plusieurs de ses sites parisiens, l'entreprise avait alors assuré que ses installations répondaient "strictement aux normes environnementales et qu'aucune pollution de la Seine n'a été causée" par leur exploitation.

En avril 2019, le groupe Vinci avait lui aussi été accusé de déverser des résidus de béton dans la Seine depuis le site d'une de ses filiale, situé à Nanterre. Il avait ensuite été condamné à une amende de 50.000 euros.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/09/2020 à 9:55 :
le business est le business, nous avions pu le voir avec les terroristes, non?
Et comme nous sommes sur cette histoire au niveau médiatique actuellement, cela donne une idée des pratiques des dirigeants!

C'est sans doute pour renforcer les fondations de notre dame?
a écrit le 02/09/2020 à 6:14 :
De toute facon ce fleuve est deja une poubelle. Rien, hormis les rats ne peut y vivre.
Réponse de le 02/09/2020 à 10:02 :
Faux .La seine est beaucoup plus propre que dans les années 70/90 , de nombreuses espèces de poisson sont revenu alors qu'ils avaient disparu pendant des années.Aujourd'hui, sur 50 espèces de poissons de rivière en France, on en trouve 33 dans la Seine. Dix fois plus qu'il y a vingt ans. L'eau est plus claire, et des poissons rares ou migrateurs sont de retour ». Depuis quelques années, les truites de mer ont même fait leur réapparition et plus d'un millier de saumons remontent la Seine et traversent ainsi Paris.
Sinon :Pêche miraculeuse le 1er août! Responsable logistique pour la centrale d'achat d'une enseigne de la grande distribution où il est spécialisé dans les produits de la mer, Geoffrey Rulleau a pêché dans la Seine il y a un mois un silure mesurant 2,43 m et 90kg !
La prise exceptionnelle a eu lieu entre Choisy-le-Roi et Alfortville (Val-de-Marne).
a écrit le 01/09/2020 à 17:20 :
"En avril 2019, le groupe Vinci avait lui aussi été accusé de déverser des résidus de béton dans la Seine depuis le site d'une de ses filiale, situé à Nanterre. Il avait ensuite été condamné à une amende de 50.000 euros"

Ici on aime bien rire des "faibles" amendes, de plusieurs millions d'euros quand même, imposées aux géants GAFAM non ? C'est scandaleux et vas y que je t'affubles de superlatifs et autres adjectifs en tout genre, et que j'en fais des caisses, et que les américains sont mêchants et-c... le refrain rincé habituel.

Pour leurs avocats vu comme les pratiques politico-affairistes ont atteint une aberration majeure, ça doit être une véritable partie de plaisir d'y faire ce qu'ils veulent. "Mais enfin monsieur le juge ! Regardez vos propres entreprises polluent vos propres rivières et ils n'écopent que de quelques milliers d'euros d'amendes !? Mais de quoi nous accuse t'on nous en sommes enfin ?"

Le déclin.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :