Un pacte Vivendi-Amber Capital pour peser sur la gouvernance de Lagardère

 |  | 402 mots
Amber Capital a déjà critiqué à de nombreuses reprises la stratégie et la performance de Lagardère et Vivendi comme le fonds britannique ont régulièrement renforcé leur présence au capital de Lagardère ces derniers mois, avec de nouvelles prises de participation mi-juillet.
Amber Capital a déjà critiqué à de nombreuses reprises la stratégie et la performance de Lagardère et Vivendi comme le fonds britannique ont régulièrement renforcé leur présence au capital de Lagardère ces derniers mois, avec de nouvelles prises de participation mi-juillet. (Crédits : Reuters)
Cette alliance entre Vivendi et le fonds activiste, les deux premiers actionnaires de Lagardère, vise à obtenir un certain nombre de sièges au conseil de surveillance.

Vivendi et le fonds activiste Amber Capital ont conclu un pacte concernant la gouvernance de Lagardère, dont ils sont les deux premiers actionnaires, dans le but d'obtenir des sièges au conseil de surveillance du groupe d'édition, de médias et de boutiques d'aéroport. "Malgré leurs divergences, et à la suite des très mauvais résultats annoncés par Lagardère il y a quelques jours, Amber Capital et Vivendi ont décidé de signer un pacte", a annoncé mardi matin Vivendi dans un communiqué. Vivendi et Amber Capital "vont dans ce cadre entamer auprès de Lagardère des démarches afin d'avoir, chacun, au conseil de surveillance une représentation minoritaire, de trois membres pour Amber Capital et un membre pour Vivendi", a-t-il dit.

Demande d'une nouvelle assemblée générale

Les deux groupes vont demander qu'une nouvelle assemblée générale des actionnaires de Lagardère soit organisée "le plus tôt possible", a par la suite précisé à Reuters un porte-parole du fonds activiste britannique. Le pacte entre les deux groupes prévoit également une clause visant à stabiliser l'actionnariat de Lagardère, sur la base d'un accord par lequel ils prévoient "un droit de première offre et un droit de préemption réciproques" pendant cinq ans, peut-on lire dans le communiqué de Vivendi.

Le groupe de médias et de divertissement contrôlé par le milliardaire Vincent Bolloré et le fonds activiste détiennent respectivement 23,5% et 20% du capital du groupe de médias géré par Arnaud Lagardère, qui a déjà été la cible de plusieurs offensives du fait de sa gestion contestée.

Amber Capital a déjà critiqué à de nombreuses reprises la stratégie et la performance de Lagardère et Vivendi comme le fonds britannique ont régulièrement renforcé leur présence au capital de Lagardère ces derniers mois, avec de nouvelles prises de participation mi-juillet.

Une perte semestrielle de 218 millions d'euros

Lagardère a annoncé fin juillet une perte opérationnelle de 218 millions d'euros au premier semestre, plombé par la crise sanitaire liée au nouveau coronavirus. Ajoutant aux spéculations autour de Lagardère, un autre milliardaire français, le PDG du géant du luxe LVMH Bernard Arnault, a pris fin mai une participation d'environ 25% dans Lagardère Capital & Management (LCM), la société holding d'Arnaud Lagardère.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/08/2020 à 11:40 :
C'est bien de faire la morale et de la stratégie, mais restons à notre petit niveau, et disons-nous : miam-miam ! une belle bagarre en perspective.
Qui pourrait profiter au petit porteur, pour une fois.
a écrit le 11/08/2020 à 14:29 :
Le jour où les fils de sauront assumer d'être rentiers, de vivre de la façon dont rêve la plupart des gens à dépenser leur argent, alors qu'ils n'ont en plus aucune raison de prendre le boulot d'un autre, d'un qui a travaillé durement pour en arriver là, ce jour là marquera la fin du déclin.

Tant que les riches imposeront par orgueil, vanité mal placée, aliénation, déficience mentale, mais surtout par peur au final, leurs rejetons par fierté, ou leurs amis par sécurité, l'économie poursuivra sa dégringolade générant ce type d'aberrations à savoir des milliers de salariés otages de gens absolument pas adaptés à la situation.

Nietzsche disait qu'il ne voyait pas l'intérêt qu'une montagne soit suivie de monticules, si donc nous sommes maîtres dans une matière et que l'on veut des enfants il vaut mieux les orienter vers des voies totalement différentes.
a écrit le 11/08/2020 à 11:11 :
Les rapaces se regroupent dans l'objectif de dépecer leur proie mais ils risquent de passer leur tour, les vautours sont également sur l'affaire.
Réponse de le 11/08/2020 à 14:58 :
Le but est d'abord de neutraliser Arnaud, puis améliorer la valeur du portefeuille des sociétés de Lagardère, avec ou sans ce dernier.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :