Von der Leyen valide le plan de la France et vient l'annoncer directement à Macron

INFOGRAPHIE. La présidente de la Commission européenne est adepte de la diplomatie de proximité: elle a décidé de faire une tournée européenne pour annoncer les validations, pays par pays, des plans de relance nationaux. Hier, en Italie, aujourd'hui à Paris, où le président de la République française la recevra en milieu d'après-midi.

4 mn

La présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen (ici, en Cornouailles le 11 juin dernier, avec Emmanuel Macron, lors du G7 de Carbis Bay) s'est lancée dans une tournée européenne pour appuyer de sa présence la validation de chacun des plans de relance nationaux.
La présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen (ici, en Cornouailles le 11 juin dernier, avec Emmanuel Macron, lors du G7 de Carbis Bay) s'est lancée dans une tournée européenne pour appuyer de sa présence la validation de chacun des plans de relance nationaux. (Crédits : Reuters)

La présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen sera à Paris ce mercredi 23 juin pour donner le feu vert de Bruxelles au plan de relance français. Elle doit rencontrer à 16h45 Emmanuel Macron à cette occasion.

Sur les 100 milliards d'euros prévus dans le plan de relance du gouvernement français, Paris devrait en faire financer quelque 40 milliards par des subventions européennes (voir tableau de répartition des fonds européens, par programme, en pied d'article, et par pays ci-dessous).

La France fera une belle place à la transition écologique

La France compte dépenser plus de la moitié de cette somme dans la transition écologique, avec notamment 5,8 milliards pour la rénovation énergétique, 6,5 milliards pour les infrastructures de transports et de mobilités vertes, ou encore 5,1 milliards pour le développement des énergies et technologies vertes.

Environ 10 milliards seront consacrés à la numérisation de l'économie française, tandis que le reste de cette subvention européenne inédite doit être alloué à des dépenses en faveur de la recherche, du système de santé et de la cohésion territoriale.

La France se situe ainsi dans les clous des critères fixés par Bruxelles, qui fixait au moins 37% de dépenses en faveur de la transition écologique et 20% pour la transition numérique.

Les réformes structurelles (dont celle des retraites) en bonne place

Au-delà des investissements, les États membres devaient assortir leur plan national d'un volet de réformes structurelles, réclamées par l'UE.

Dans son plan, le gouvernement français a repris une bonne partie des réformes adoptées depuis 2017:

  • la politique du logement,
  • la loi climat ou encore
  • la loi de simplification de l'action publique et de la vie des entreprises.

Le document transmis à Bruxelles rappelle aussi la détermination du gouvernement "à mener une réforme ambitieuse du système de retraites", sans toutefois donner de calendrier précis.

L'UE commencera à emprunter sur les marchés à la mi-juin

Ursula von der Leyen a entamé la semaine dernière en Espagne et au Portugal une tournée pour annoncer dans les pays concernés l'approbation par la Commission des plans nationaux, cofinancés par le méga-plan de relance européen de 750 milliards d'euros. Hier mardi 22 juin, le feu vert a été donné à l'Italie, qui recevra de Bruxelles 68,9 milliards d'euros en subventions directes.

L'UE a commencé à emprunter sur les marchés financiers à la mi-juin pour financer ce plan destiné à surmonter les conséquences économiques de la pandémie. Le recours commun à l'emprunt permettra de verser 672 milliards d'euros de subventions et prêts aux pays membres (sur la répartition des fonds alloués entre subventions et prêts, voir Annexe 1, ci-dessous).

Les pays de l'UE ont commencé à déposer fin avril à Bruxelles des plans nationaux d'investissements associés à des réformes structurelles, afin de décrocher leur part de ces financements.

L'Espagne, avec 70 milliards de subventions directes, ainsi que l'Italie devraient être les principaux bénéficiaires, devant la France.

Formellement, le feu vert définitif aux différents plans nationaux sera donné par le Conseil qui représente les États membres, dont les premiers avis positifs sont attendus le 13 juillet.

(avec AFP)

___

ANNEXE 1 
Les 7 programmes financés par les fonds affectés à la relance de l'UE

Next Generation EU dotera l'Union des moyens nécessaires pour relever les défis posés par la pandémie de COVID-19. Au titre de l'accord, la Commission pourra emprunter jusqu'à 750 milliards d'EUR sur les marchés. Ces fonds pourraient servir à financer des prêts adossés et des dépenses engagées par l'intermédiaire des programmes du CFP. Les capitaux levés sur les marchés financiers seront remboursés au plus tard en 2058.

Les montants disponibles dans le cadre de Next Generation EU seront alloués à 7 programmes différents:

  • Facilité pour la reprise et la résilience: 672,5 milliards d'euros (prêts: 360 milliards d'euros, subventions: 312,5 milliards d'euros)
  • REACT-EU: 47,5 milliards d'euros
  • Horizon Europe: 5 milliards d'euros
  • InvestEU: 5,6 milliards d'euros
  • Développement rural: 7,5 milliards d'euros
  • Fonds pour une transition juste (FTJ): 10 milliards d'euros
  • RescEU: 1,9 milliard d'euros

(source: Conseil européen)

4 mn

Replay I Nantes zéro carbone

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 10
à écrit le 23/06/2021 à 19:52
Signaler
Von Der Layen autorise la France à dépenser son propre argent donc...Et le Bundestag vient lui aussi d'autoriser un programme français d'armement le SCAF entre autre...C'est moi où les Allemands finalement ont gagné la dernière guerre ? La guerre de ...

à écrit le 23/06/2021 à 18:58
Signaler
Bon ! Elle cherche à se racheter après les ratés de la cde de vaccins... Rien de tel que le présentiel, les mains pleines de bons cadeaux en monnaie sonnante et trébuchante.

à écrit le 23/06/2021 à 17:11
Signaler
C'est qui cette dame ? Elle a été élue par qui ? Je me souviens pas.

le 23/06/2021 à 19:04
Signaler
Par le Parlement Europeen organe pour lequel vous avec vous meme vote...en principe

le 24/06/2021 à 10:48
Signaler
@ ABC La parlement quoi ? Le parlement allemand vous voulez dire plutôt non ? On ne voit et n'entend qu'eux.

à écrit le 23/06/2021 à 16:50
Signaler
Quel flambeur celui là !!! Il va encore claquer un pognon de dingue...!!!!!...ça va le "Cramer" pour 2022 !!!!! Après avoir trahi son parti il est entrain de trahir les français.Rien d étonnant qu il s affiche a la Samaritaine !!!! Avec son banquier...

à écrit le 23/06/2021 à 14:22
Signaler
noter que la France est bien classée dans l'indice sur la place accordée à la transition écologique dans les plans de relance (Greenness of Stimulus Index, Vivid Economics, 12/02/2021).

à écrit le 23/06/2021 à 13:05
Signaler
"Paris devrait en faire financer quelque 40 milliards par des subventions européennes " On peut rappeler que la France est le deuxième contributeur au budget de l'UE derrière l'Allemagne, avec 28,8 milliards d'euros versés en 2021.

à écrit le 23/06/2021 à 12:46
Signaler
Femme sympa et reconnaissante elle doit son poste actuel à M. Macron

à écrit le 23/06/2021 à 12:43
Signaler
Qu'ils sont grotesques et c'est n'est franchement pas rassurant d'avoir des chèvres comme dirigeants. L'empire des faibles.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.