Washington enquête sur le rachat de Cirrus par le chinois Avic

 |   |  327  mots
Copyright Reuters
Spécialisé dans les petits avions privés, l'américain assure ne pas utiliser de technologies de pointe sensibles.

Les appétits de China Aviation Industry Corporation (Avic) aux États-Unis ne laissent pas insensibles les autorités américaines. Le Comité sur les investissements étrangers (CFIUS) vient d'ouvrir une enquête sur le rachat de Cirrus Aviation, une société construisant des jets privés, par une filiale du groupe aéronautique chinois. Cette transaction, annoncée la semaine dernière mais dont les modalités financières n'ont pas été révélées, doit permettre à l'industriel de mettre un premier pied sur le marché américain, le plus important au monde. Et elle constituerait, en outre, la première acquisition d'un avionneur occidental par un groupe chinois.

Décision politique

Pour être mené à bout, ce rachat doit d'abord obtenir le feu vert du CFIUS, l'autorité chargée d'étudier les acquisitions pouvant représenter une menace pour la sécurité nationale. Cirrus, qui emploie 500 salariés, n'utilise pas de technologies de pointe sensibles, a fait valoir son PDG, Brent Wouters, affichant sa confiance sur l'issue de ces investigations. Mais la décision du CFIUS sera également politique alors que les transferts de technologies vers la Chine restent un sujet brûlant outre-Atlantique. En novembre, le rachat de la start-up informatique 3Leaf Systems par Huawei, le géant chinois des équipements en télécoms, avait ainsi été bloqué par ce même comité.

Ce dossier est d'autant plus épineux que China Aviation Industry Corporation ne cache pas ses ambitions aux États-Unis. Associé à US Aerospace, le groupe chinois étudie une participation à l'appel d'offres visant à remplacer les hélicoptères utilisés par le président américain. Il pourrait également proposer son nouveau L-15 à l'US Air Force qui doit moderniser sa flotte d'avions servant à l'entraînement de ses pilotes de chasse. Dans l'aviation commerciale, sa filiale Comac a présenté en 2009 son premier moyen-courrier, le C919. Prévu pour 2014, il doit concurrencer les monocouloirs d'Airbus et de Boeing sur le marché chinois mais aussi à l'international.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :