Bataille rangée pour contrôler la BPI

 |   |  1888  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
<b>LES FAITS -</b> Le 17 octobre doit être présenté le projet de loi créant la « banque des PME ». Elle sera dotée d'une trentaine de milliards venant de la CDC, du FSI et d'Oséo.<br /> <b>L'ENJEU -</b> Entre les Régions qui souhaitent diriger l'établissement, et la CDC qui veut garder son autonomie de gestion, la marge de manœuvre de Moscovici est limitée.

C'est féroce et c'est compliqué. Tellement féroce et compliqué que tant que le dernier décret d'application n'aura pas été publié, nul ne saura qui a vraiment gagné. Une seule certitude : personne ne comprend personne, et les compromis se défont à une vitesse inversement proportionnelle à la lenteur qui a présidé à leur élaboration. C'est une bagarre à trois arbitrée par le président de la République. François Hollande lui-même, pas l'Élysée.
Premier camp : les régionaux emmenés par Alain Rousset, avec Ségolène Royal en électron libre. Le président de l'Association des Régions de France (ARF) a réclamé, « théorisé » et imposé la Banque publique d'investissement (BPI) comme première proposition du programme de François Hollande. Il souhaite que les Régions la dirigent nationalement ou, au moins, régionalement.
Le deuxième camp : la Caisse des dépôts et consignations (CDC). Jean-Pierre Jouyet, son directeur général, ne veut pas perdre le contrôle du financement public des PME et, surtout, voit mal pourquoi les Régions verrouilleraient la BPI, alors que les sous sortent de ses caisses.
Au milieu, avec un net penchant toutefois en faveur de la Caisse : Bercy. Pierre Moscovici et la...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
0.49TTC
J'achète
Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :