Une filière éolienne offshore naît en Grande-Bretagne

 |   |  604  mots
Pour rattraper ses rivaux bien plus avancés que lui dans la fabrication d'éoliennes offshore, General Electric, via sa filiale GE Energy, a décidé d'investir 340 millions d'euros sur 5 ans en Europe, notamment pour installer sa première usine d'éoliennes offshore, qui sera située au Royaume-Uni, avec ses sous-traitants, créant ainsi 2.000 emplois environ.

Il compte aussi installer des sites d?ingénierie et de services en Norvège, en Suède et en Allemagne, qui sont avec le Royaume-Uni, les marchés en pointe de l?éolien offshore européen.

Filière éolienne en GB

C?est le troisième groupe éolien mondial à avoir annoncé ces dernières semaines l?implantation d?usines d?éoliennes offshore sur le sol britannique, après Clipper et le japonais Mitsubishi.

Et d'autres arrivent encore : l?espagnol Gamesa est lui aussi en train d?y réfléchir et se décidera dans quelques mois et surtout Siemens, leader mondial des éoliennes offshore et premier fournisseur des éoliennes implantées au large des côtes britanniques, hésite actuellement entre implanter un grand site d?éoliennes offshore soit en Grande-Bretagne, soit au Danemark.

Le groupe allemand se fait courtiser depuis trois mois, par le gouvernement britannique (le Premier ministre avait en septembre annoncé qu?il ferait tout pour le convaincre) qui lui promet de grosses subventions s?il implante son site dans le pays.

Le marché éolien offshore britannique fait rêver tous les fabricants, d?autant que Londres multiplie les aides financières pour les attirer.
Pour la Grande-Bretagne, l?enjeu est non seulement de créer chez elle toute une filière éolienne offshore avec les emplois qui en découlent, mais aussi d?éviter d?importer les turbines, qui sont devenues encore plus chères avec la baisse de la livre face à l?euro.

Pour l'instant, les éoliennes offshore sont toutes importées et chaque MW installé en mer coûte environ 4 millions d?euros, ce qui signifie que pour réaliser les 32 GW prévus par l?appel d?offre de la Couronne britannique, il faudra trouver 132 milliards. C?est beaucoup....

Le joker de GE, une nouvelle éolienne de 4 MW

Pour conquérir ce marché offshore tout nouveau pour lui, GE compte sur un nouvel atout : une éolienne à transmission directe d?une puissance de 4 MW, nettement plus grande que ses habituelles turbines terrestres de 1,5 MW, que le groupe va commencer à tester.

Une éolienne développée avec sa nouvelle filiale, le norvégien ScanWind, un spécialiste des éoliennes offshore que GE a racheté en septembre dernier.

C?est la première fois que GE sortira une turbine sans multiplicateur de vitesse (boîte d?engrenages), un système plus solide car comptant moins de pièces détachées, indispensable pour résister aux vents du large ? la spécialité de ScanWind.

GE installera donc sa première usine de production de turbines éoliennes offshore au Royaume-Uni, ainsi que des ressources d'ingénierie d'application et de service. Il y fera aussi s?installer ses partenaires et fournisseurs de tours, de pales, de nacelles et autres composants. Soit un investissement pour GE de 110 millions d'euros, qui pourrait créer jusqu?à 2 000 emplois d'ici 2020.

GE va aussi investir 75 millions d?euros en Norvège d?ici 2016 pour y créer un nouveau centre de développement technologique offshore à Oslo et des lignes de production de prototypes et de services à Verdal. C?est là que seront testées les premières éoliennes de 4 MW. Ce projet va créer près de 100 emplois jusqu'à 2016.
En Suède, le groupe investira 50 millions pour créer un centre de conception et d'ingénierie à Karlstad, ainsi qu?un département de présentation des technologies sur le port de Göteborg (50 emplois).

En Allemagne, ce seront 105 millions investis dans un nouveau centre d'ingénierie à Hambourg et pour développer son usine éolienne à Salzbergen et un centre de recherche mondial à Munich (100 emplois créés).

Green Business - le site de référence



 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :