L'éolien brésilien s'envole, Iberdrola en profite

 |   |  541  mots
Le Brésil, champion de l'éthanol, est aussi en passe de devenir un champion du vent. Il vient d'attribuer aux enchères inversées encore 1,52 GW de parcs éoliens. Bilan : 1,2 milliard de dollars de contrat pour Iberdrola sur 20 ans et 750 millions de dollars pour le fabricant argentin de turbines Impsa, dont la filiale Energimp est n°1 brésilien des parcs éoliens. Mais aussi un prix du kilowatt-heure éolien qui en ressort particulièrement bas, inférieur à celui du gaz !

Jackpot pour Iberdrola

C'est d'abord, une belle victoire pour l'espagnol Iberdrola : associé au groupe brésilien Neoenergia, le leader mondial de l'éolien a remporté les contrats d'installation et d'exploitation de 9 parcs éoliens, soit 258 MW. Il fournira l'électricité des parcs pendant 20 ans au gouvernement brésilien et touchera 60 millions de dollars par an - donc 1,2 milliard de dollars - sur 20 ans.

Le groupe espagnol rafle ainsi la plus grosse tranche de ces enchères qui portaient sur l'installation de 50 fermes éoliennes d'un total de 1,52 GW, cinq centrales hydroélectriques et une de biomasse. L'appel d'offres, le deuxième du genre, a été lancé par l'Agence Nationale de l'énergie électrique. Selon la fédération éolienne brésilienne, Abeeolica, le pays pourrait installer régulièrement 1,5 GW par an.

Iberdrola, qui a déjà installé dans le monde 11,4 GW de parcs éoliens, n'avait jusqu'ici installé au Brésil qu'un parc de 49 MW, dans l'Etat du Rio Grande do Norte. Mais l'espagnol compte bien continuer avec son associé brésilien à participer aux futures enchères de l'Agence et développer ensemble des parcs terrestres et offshore.

Et aussi pour Impsa

Un autre gagnant de ces enchères brésiliennes a été le fabricant argentin de turbines, Impsa, qui a vendu 450 MW de turbines aux vainqueurs des contrats d'installation de parcs.

Une vente réalisée via sa filiale Wind Power Energía (WPE) et qui représente le montant impressionnant de 730 millions de dollars. Ses clients sont la filiale d'Eletrobras Compania Hidroelectrica San Fransisco (CHESF), pour 180 MW de turbines, et Energimp, filiale d'Impsa, pour 270 MW.

Energimp s'affirme comme le n°1 des développeurs de parcs éoliens au Brésil, avec un portefeuille de projets de 803 MW, dont 100 MW déjà opérationnels, et 433 MW en construction qui seront opérationnels entre juin 2012 et janvier 2013.

Prix du kilowatt-heure éolien inférieur au gaz !

Ces enchères inversées ont fait l'objet d'une concurrence acharnée qui a fait dégringoler le prix de l'électricité éolienne au Brésil, même au-dessous du coût du gaz naturel : les contrats attribués traduisent un prix d'environ 13 centimes par kilowatt-heure contre 14 centimes pour le gaz naturel !

Selon le président de l'Association de l'énergie éolienne brésilienne (Abeeólica), Ricardo Maya Slater, cette concurrence s'explique par la forte accélération des parcs éoliens dans le pays, qui a déjà attribué 2 GW de parcs éoliens, mais aussi par la diminution du prix des turbines, pénalisées par le ralentissement des projets éoliens en Europe. Enfin, les turbines brésiliennes génèrent plus d'énergie par MW installé que les européennes.

Selon l'Abeeólica, le Brésil est devenu une nouvelle frontière dans l'énergie éolienne du monde, car la demande d'énergie électrique reste élevée. «En plus des groupes qui ont établi des usines (d'éoliennes) dans le pays (Impsa, Alstom et GE), d'autres entreprises sont intéressées à la construction de nouvelles usines ici», a dit à la presse brésilienne le président d'Abeeólica, dont Gamesa, Vestas et Suzlon, sans oublier des fabricants chinois et des investisseurs coréens.

Selon Ricardo Simoes, d'Abeeólica, "le potentiel du pays dans le vent est de 300 GW".

Green Business - le site de référence

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :