Ce qu'attendent les consommateurs de la voiture électrique

 |   |  521  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
Réalisée dans 13 pays auprès de plus de 7.000 personnes, une étude d'Accenture lève le voile sur les freins et les atouts du développement des véhicules électriques et hybrides.

Alors qu'au nom de la lutte contre le changement climatique de nombreux États cherchent à développer les transports non-polluants, l'étude de la société de conseil Accenture sur les véhicules électriques, que révèle aujourd'hui mercredi « La Tribune », permet à la fois d'y voir plus clair sur ce phénomène et de balayer, ou a contrario de confirmer, un certain nombre d'idées reçues.

Réalisée dans 13 pays dont la France auprès de plus de 7.000 personnes de décembre 2010 à janvier 2011, l'enquête fait ressortir une première surprise : les Chinois sont très impliqués dans la voiture électrique. Seul un quart (27 %) de la population française déclare être suffisamment informé sur le véhicule électrique, contre 44 % pour les Chinois. Et seulement 20 % pour les Japonais. Un paradoxe car ce pays a été le pionnier en matière de commercialisation de voitures électriques en série. Le sondage fait ressortir une forte appétance pour les automobiles hybrides rechargeables (moteur électrique couplé à un moteur thermique) que les consommateurs privilégient aux véhicules tout électrique. C'est aussi vrai en France avec 74 % des réponses en leur faveur contre 26 % qui préfèrent le tout électrique.

Les sondeurs d'Accenture ont cherché à savoir quels seraient les facteurs incitant à l'acte d'achat. Et les réponses sont à l'image des questions récurrentes qui se posent autour du concept de voiture électrique. 69 % des Français affirment que la présence d'une prise de recharge à la maison les aiderait à franchir le pas. La question de l'autonomie les taraude également puisque 61 % acheteraient une voiture électrique si sa batterie autorisait un parcours équivalent à celui d'un plein d'essence. Enfin les coups de pouce gouvernementaux semble ne pas les convaincre : seuls 32 % des sondés seraient poussés à l'achat par des aides gouvernementales. En revanche et s'agissant d'avantages, 76 % des Français disent qu'ils changeraient leur voiture pour une hybride électrique si les taxes sur les automobiles disparaissaient. Une réponse plus qu'étonnante puisque les vignettes ont disparue des pare-brise depuis 2001. ce qui n'est pas le cas dans les autres pays ou ce pourcentage atteint 86 %. En outre, le fait de permettre aux voitures électriques et hybrides de bénéficier de places de parking gratuites, serait une forte incitation à leur acquisition puisque 72 % des français y sont sensibles (contre 65 % pour les autres pays).

D'origine contrôlée

Enfin, et c'est sans doute encore une des surprises du sondage, les acheteurs potentiels de véhicules électriques sont très sensibles à l'origine du courant qui alimente leurs batteries. Et ceci quel que soit leur pays. 48 % des français affirment qu'en connaître l'origine influencerait leur décision. Contre 31 % qui se déclarent curieux d'en être informés mais sans que cela n'oriente leur choix et 21 % qui disent ne pas être interessés par ce critère ( respectivement 45 %, 35 % et 20 % pour le reste du monde). Parmi les personnes qui se déclarent concernées par l'origine de l'électricité, 88 % seraient d'autant plus incités si l'électricité était d'origine renouvelable, À l'inverse, 41 % d'entre-elles renonceraient si elles apprenaient que l'électricté est de source nucléaire. Et ceci avant la catastrophe de Fukushima !

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :