Cultiver des micro-algues au pied des éoliennes en mer ?

 |   |  303  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : REUTERS)
Une société néerlandaise spécialisée dans l'économie verte envisage de combiner le vent et la biomasse pour faire des parcs éoliens en mer de véritables petites centrales de production d'énergie.

Le cabinet de conseil néerlandais Ecofys est actuellement en train de tester l'utilisation de fermes éoliennes offshore pour la culture d'algues destinées à la production de biocarburants. Depuis mars, un module de culture est installé dans une zone en mer à l'ouest de l'île hollandaise de Texel, dont Ecofys compte utiliser la première récolte en juin prochain à la fois pour la production de biocarburants, de nourriture animale et d'énergie. Le module de 20 mètres sur 20 est composé de câbles d'acier maintenus à deux mètres sous la surface de l'eau et sert de support à des filets dans lesquels sont cultivés des algues poussant naturellement dans les eaux de Mer du Nord.
L'objectif de l'expérience est à la fois de valider la possibilité de cultiver ces algues en pleine mer, et d'utiliser pour ce faire des fermes éoliennes en mer. Ces fermes étant par définition inaptes à la pêche et au trafic maritime, elles constituent d'excellentes zones de conservation. Les poissons y seraient d'autant plus attirés par la présence des algues.

Des perpsectives pour le soja

Le centre de recherche sur l'énergie néerlandais explore les possibilités de transformer les algues en protéines et en biocarburants. La culture en mer pourrait par exemple remplacer celle du soja, habituellement effectuée sur de grandes surfaces à terre. Pour cette expérience, Ecofys travaille en consortium avec plusieurs entreprises dont l'énergéticien néerlandais Eneco et le centre de recherche sur l'énergie. Le projet est financé par les ministères de l'Economie, de l'Agriculture et de l'Innovation. Ecofys a prévu d'organiser une fête à l'occasion de la récolte prévue fin juin pour médiatiser les résultats du test et discuter des prochaines étapes, qui nécessiteront des financements supplémentaires.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :