Grèce, mais que font les pompiers ?

 |   |  857  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : dr)
Défaut de la Grèce et sortie de l'euro. Bond en avant dans une Europe fédérale. Nouveau plan de redressement. Trois scénarios pour sauver la Grèce de l'embrasement sont à l'étude. La cacophonie actuelle est consternante car si une solution est à portée, les périls sont réels. Et le temps n'a jamais autant été compté.

Sans doute eût-il mieux valu que la Grèce ne rentre pas dans l'euro. En conservant sa drachme, elle n'aurait pu s'endetter inconsidérément comme elle l'a fait sous le parapluie de l'euro et la sous-compétitivité de son économie aurait pu être corrigée par une dévaluation. Aujourd'hui, la Grèce doit mener une « dévaluation intérieure » en faisant baisser salaires, prestations sociales et valeur des actifs. Elle doit encore pratiquer une thérapie de choc pour rendre plus compétitive son économie en l'ouvrant à la concurrence. Elle doit enfin être soulagée par l'Europe dans le portage de sa dette. Même si les efforts de la Grèce sont sérieux et les résultats appréciables, la Grèce est entrée dans la spirale infernale où rigueur et taux d'intérêt élevés étouffent son économie, ce qui accroît le risque de défaut et pousse donc à une nouvelle augmentation des taux. La situation n'est guère tenable. Trois scénarios sont sur la table.

 

1 Le défaut de la Grèce et sa sortie de l'euro. Ce scénario hante les marchés. Il est pourtant peu vraisemblable. Car si la Grèce faisait défaut, les banques et les assurances - principalement allemandes et françaises - qui détiennent des obligations et...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
0.49TTC
J'achète
Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :