Communication de crise

 |   |  334  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
Par Jacques Rosselin, directeur de la rédaction

Le terme « communication de crise » est habituellement utilisé pour évoquer les efforts d'une entreprise dans la tourmente et la mise en oeuvre d'un plan média subtil et minutieux. La crise est bien là, massive. La subtilité en revanche l'est moins. Il est vrai que les périodes électorales ne la favorisent guère. La récente prestation du duo Sarkozy-Merkel (« Merkozy » pour les espiègles) en est une navrante illustration. La très médiatique « taxe Tobin » sur les transactions financières fait toujours son petit effet, même si, City oblige, elle n'a aucune chance d'aboutir. Plus fort encore, la Règle d'Or. Non, il ne s'agit pas d'un jeu télévisé mais d'un produit rudement efficace. Voyez plutôt : vous l'appliquez avec soin sur une vieille Constitution et la vilaine tache de la dette disparaît, comme par magie ! Dommage que les « marchés » n'achètent pas... Mais la palme revient sans conteste à l'opération récemment lancée par deux grands communicants, Warren Buffett et Maurice Lévy, relayée (bien entendu) par un grand hebdomadaire de centre gauche. Une brochette de 16 patrons y lancent un appel vibrant : « Taxez-nous ! » s'écrient ces « très riches », main sur le coeur. Plaident-ils pour une tranche supplémentaire de l'impôt ? Un élargissement de son assiette ? Que l'on se rassure, il s'agit d'une « contribution exceptionnelle » accordée du bout des doigts. Une obole fiscale en quelque sorte au moment même où, ironie du sort, se remplissent les demandes de remboursement liées au bouclier fiscal. Personne n'est dupe, y compris au sein de la majorité. Jean Arthuis, président de la commission des Finances du Sénat, appuyé par de nombreux parlementaires, propose par exemple de créer une nouvelle tranche marginale de l'impôt sur le revenu, à 46 % contre 41 % aujourd'hui, pour les revenus supérieurs à 150.000 euros, comme en Allemagne ou plus récemment au Royaume-Uni. Voilà qui est plus sérieux. Et autrement plus convaincant que cette dangereuse « communication de crise ».

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :