Le Grand Jeu des métaux : qu'est-ce qu'une Doctrine Ressources naturelles  ?

 |   |  629  mots
Il y a 2.500 ans, au sein de la démocratie athénienne de l'époque, le stratège Thémistocle convainquit ses concitoyens de mettre en commun les produits de l'exploitation de la mine d'argent du Laurion: 200 navires en furent financés, et, en 480 av. J-C, l'envahisseur Xerxès fut vaincu à Salamine.
Il y a 2.500 ans, au sein de la démocratie athénienne de l'époque, le stratège Thémistocle convainquit ses concitoyens de mettre en commun les produits de l'exploitation de la mine d'argent du Laurion: 200 navires en furent financés, et, en 480 av. J-C, l'envahisseur Xerxès fut vaincu à Salamine. (Crédits : Cassell's illustrated universal history / viaWikipedia)
SÉRIE D'ÉTÉ (1/7). Depuis l'Antiquité, les pays ou les cités ont développé des stratégies de puissance et d'influence en matière de possession de matières premières. C'est la condition d'une économie et d'un pouvoir forts dans la compétition internationale. Aujourd'hui : pourquoi il est nécessaire pour un État d'avoir une Doctrine Ressources naturelles ? Par Didier Julienne, spécialiste des marchés des matières premières (*).

Il y a 2.500 ans, le stratège grec Thémistocle exprima sans doute la première Doctrine Ressources Naturelles qui soit au service d'une communauté. Au sein de la démocratie athénienne de l'époque, il convainquit ses concitoyens de mettre en commun les produits de l'exploitation de la mine d'argent du Laurion : 200 navires en furent financés, et l'envahisseur Xerxès fut vaincu à Salamine en -480.

Sa pensée était simple. De nos jours, nous la comprenons comme l'expression d'une Solidarité Stratégique de défense de la Cité armée d'une stratégie de puissance appliquée à un gisement de métal précieux. Elle se prolongea par des conquêtes, des stratégies d'influence sur ses nouveaux territoires, un progrès des sciences et des philosophies, autant de facettes d'une lumineuse thalassocratie athénienne qui marqua sa différence par rapport aux cités et royaumes voisins.

Avons-nous de nos jours de telles doctrines exercées par des producteurs sur leurs réserves de pétrole, de gaz naturel, sur les récoltes de blé ou de riz, ou bien sur leurs mines de cuivre, de nickel, de cobalt, de lithium ou de lanthanides ?

Doctrine Ressources Naturelles

À l'image de cette Athènes, nos États se sont différenciés les uns des autres parce qu'ils ont défini chacun à leur façon des Doctrines Ressources Naturelles, c'est-à-dire des dépendances, des indépendances et des interdépendances vis-à-vis de ces ressources, et donc de leurs économies, mais aussi de leurs sécurités.

Nos pays sont producteurs ou consommateurs de matières premières et ils ont adopté trois doctrines : 1) la Doctrine Agricole Nationale et l'autosuffisance alimentaire; 2) la Doctrine Énergétique Nationale et l'indépendance énergétique; 3) la Doctrine Minière et l'industrie nationale.

L'absence de l'une d'entre elles ne permettra pas à une nation de catalyser harmonieusement, avec indépendance et souveraineté, une communauté d'objectifs et de moyens pour pérenniser son existence à long terme, elle devra compter sur des territoires étrangers.

La géopolitique des ressources naturelles est ce prélude à la construction politique et au développement économique des États, ce Grand Jeu dans lequel s'élaborent puis collaborent ou se confrontent les Doctrine Ressources Naturelles nationales des États producteurs ou consommateurs. Elles ont chacune des trajectoires à très long terme, ce sont des Solidarités Stratégiques intergénérationnelles, auxquelles les gouvernements et les administrations qui se succèdent à la tête des pays ne touchent que rarement, parce qu'elles façonnent la relation particulière entre la population et son concept de nation.

Nationalisme des ressources

Cette grille de lecture qui m'est personnelle fut élaborée à partir des années 1980. Depuis plus de trente ans, elle éclaire à sa façon comment nos États se sont construits au fur et à mesure de révoltes, de révolutions ou bien d'évolutions plus pacifiques pour aboutir à des démocraties, des monarchies constitutionnelles ou des « démocratures ».

Ici, les pays producteurs exercent une stratégie de puissance sur leurs sols ou sous-sols, et ce nationalisme des ressources peut être favorable ou défavorable aux autres pays, les pays consommateurs, selon qu'un accès privilégié à ces matières premières leur sera accordé ou refusé. Là, les pays consommateurs exercent des stratégies d'influence pour s'approvisionner auprès des pays producteurs, tout en s'engageant également dans des logiques d'économie circulaire via le recyclage et une consommation plus économe en ressources.

Retrouvez, chaque mercredi, un épisode de notre série d'été : "Le Grand Jeu des métaux" avec notre expert Didier Julienne.

___
(*) Didier Julienne anime un blog sur les problématiques industrielles et géopolitiques liées aux marchés des métaux. Il est aussi auteur sur LaTribune.fr.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :