L’hôpital à l’heure de la robotisation  ?

 |   |  700  mots
(Crédits : Reuters)
La crise de l'hôpital public français oblige à repenser ses fondements. Alors qu'il est difficilement imaginable que les moyens qui lui sont alloués augmentent de manière substantiel, l'adoption des nouvelles technologies et la réorganisation du système de soin peuvent lui permettre d'acquérir d'immenses gains de temps et de qualité. Par Olivier Babeau, président de l'Institut Sapiens et professeur à l'université de Bordeaux.

Épuisement, désorganisation, crise des urgences : l'hôpital est la partie malade de notre système de santé. Personne n'imagine que la solution sera simple et rapide. La réponse budgétaire suffira-t-elle, si tant est qu'on soit en mesure de l'apporter ? La France dépense déjà 4.600 dollars par habitant en dépenses de santé, soit 15% de plus que la moyenne des pays de l'OCDE. Alors que nous avons un nombre de médecins et d'infirmiers par habitant au niveau de la moyenne des pays développés, nous comptons en revanche bien plus de lits d'hôpitaux : 6,1 lits pour 1.000 habitants contre 4,7 lits en moyenne. Difficile d'imaginer que les moyens de l'hôpital augmentent substantiellement.

A budget égal, des marges de manœuvre existent pour apporter un service de santé de meilleure qualité, à condition d'avoir le courage de changements en profondeurs. Dans Les Echos du 27 septembre, le professeur Guy Vallancien plaide pour que l'hôpital soit repensé en entrepreneur. Une véritable culture managériale peut apporter une meilleure prévision des flux et une capacité à repenser son fonctionnement autour de ses objectifs. Un constat particulièrement pertinent : l'adoption des nouvelles...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
0.49TTC
J'achète
Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/10/2019 à 11:01 :
ON sait que les laboratoires pharmaceutiques, aliénés par leur vénalité, n'ont fait aucune découverte majeure ces trente dernières années ne faisant que faire du fric avec leurs brevets.

C'est la robotique qui a fait toutes les avancées donc espérons qu'elle continue...
a écrit le 11/10/2019 à 23:02 :
Contrairement à ce qui est affirmé dans cet article, le robot n'apporte à ce jour aucun bénéfice démontré aux patients. En effet, en ce qui concerne les procédures laparoscopiques, les études montrent qu'il n'y a aucune différence en termes de résultats entre la laparoscopie et la chirurgie robot assistée. En outre, en raison du business model (durée de vie des instruments : 10 utilisations) de la compagnie commercialisant le robot, le surcoût est d'environ 1500-2000 euros par intervention, non remboursé par la CPAM et donc à la charge des hôpitaux le possédant. Le seul bénéfice est en conséquence pour le chirurgien dont le confort chirurgical est amélioré.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :