Une taxe internationale sur les ultrariches

 |   |  889  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)

Nicolas Sarkozy a déclaré au cours de la campagne qu'il voulait taxer les exilés fiscaux au-delà d'un certain seuil de revenus. On peut en effet rester français et échap-per aisément à l'impôt en changeant de pays de résidence. Les pays européens utilisent un système d'organisation territoriale selon lequel tout revenu gagné hors du territoire fiscal n'est pas imposable. Tout encourage encore aujourd'hui le riche Européen à devenir résident d'un pays qui jouit d'une faible charge fiscale tout en conservant sa nationalité. Des études récentes montrent que, par exemple, sur les vingt-huit milliardaires vivants en Suisse, seulement onze sont citoyens suisses?; de même, quatre vivent à Monaco alors que seul l'un d'entre eux est citoyen de la principauté.

Justice fiscale et nationalité

Mais la proposition de Nicolas Sarkozy n'est qu'une demi-mesure, comme le montre l'exemple des États-Unis?: les ultrariches peuvent non seulement changer de résidence, mais aussi de nationalité... Car lorsqu'un État soumet ses ressortissants à des impôts au-delà des frontières nationales, quel que soit leur lieu de résidence, ces personnes optent de plus en plus souvent pour un changement de nationalité. Les États-Unis, seul pays développé à imposer un impôt fondé sur la citoyenneté plutôt que sur le domicile, subissent ce phénomène. Cette pratique a incité les mégariches à renoncer à leur nationalité afin d'éviter de payer des impôts américains. Le Heroes Earnings Assistance et le Relief Tax Act de 2008 ont tenté d'atténuer ce phénomène en soumettant certains expatriés volontaires (des citoyens qui abandonnent leur citoyenneté et des résidents permanents qui renoncent à leur carte verte) à une « exit tax ». Cela n'a pas empêché que, depuis 2008, le nombre d'Américains expatriés a été multiplié par quatre au moins (passant de 238 en 2008 à 1?027 en septembre 2010).Comment instaurer plus de justice fiscale tout en respectant le droit de chaque être humain à avoir une nationalité, à ne pas en être privé contre son gré?? En soumettant les individus les plus fortunés à un impôt international indépendant de la nationalité ou du lieu de résidence. À titre d'exemple, un impôt annuel de 1 % sur la fortune appliqué aux 1?210 milliardaires du monde entier aurait représenté 45 milliards de dollars en 2011. Deux hypothèses. Soit l'État de nationalité ou de résidence de chacun de ces milliardaires perçoit par l'impôt sur le revenu et/ou tout autre impôt national ce 1 %?: le milliardaire est quitte. Si, après avoir payé d'éventuels impôts sur son lieu de résidence ou dans son pays de nationalité, ce milliardaire n'a pas atteint la somme de 1 % de sa fortune, il devra payer le reste de la somme due. S'il a changé de nationalité ou ne réside pas dans son pays de nationalité, le montant de l'impôt sera réparti entre les États auxquels il aura appartenu dans le pré-sent et dans le passé, proportionnellement au nombre d'années passées sous telle ou telle nationalité. Si un Américain devient suisse à 49 ans, les États-Unis percevront 49/50 de cet impôt lorsque ce contribuable aura 50 ans et la Suisse 1/50, puis 49/51 à 51 ans, etc.

Financer les organismes internationaux

Cet impôt serait perçu par le pays de résidence ou, en cas de refus ou d'échec de la perception de l'impôt, par un quelconque autre pays de l'ONU signataire de cet accord. Cet impôt réparti entre les États nations pourrait contribuer prioritairement à financer les organisations internationales (à titre d'exemple et de com-paraison, le budget de l'ONU est de 13 milliards de dollars). Il pourrait venir en déduction des contributions dont doit s'acquitter chaque État envers les différentes organisations internationales auxquelles il appartient (priorité serait donnée aux agences de développement de l'ONU, à la Banque mondiale et au Fonds monétaire international). Si le montant de l'impôt perçu dépasse le montant de ces contributions aux organisations internationales, l'excédent pourra être utilisé pour rembourser les dettes de ces États nations auprès de ces organisations internationales ou pour le financement direct de dépenses ayant un impact international, comme les dépenses d'environnement ou de développement.Un tel impôt bénéficierait aux plus grands pays et à leurs citoyens en réduisant les besoins de financement de ces États et en dissuadant l'évasion fiscale. Il pourrait décourager une partie des personnes qui changent de pays de résidence et/ou de nationalité à le faire. Car, même si la Suisse, Monaco ou les îles Caïmans refusent de signer l'accord, leurs résidents expatriés et leurs ressortissants ne pourront plus voyager dans les États de l'Union européenne, la Chine, la Russie, les États-Unis - tous pays qui subissent l'évasion fiscale et ont intérêt à l'accord - sans risquer de se le voir imposer. Cet accord profiterait aussi aux pays pauvres en renforçant les orga-nismes internationaux auxquels ils appartiennent. Les coûts seraient supportés principalement par les ci-toyens les plus fortunés du monde et par les paradis fiscaux, qui deviendraient potentiellement moins at-tractifs. Mais n'est-il pas temps?? Au prochain président de la France de proposer à ses collègues du G8 ou du G20 la création d'un tel accord et d'une telle taxe.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/06/2012 à 18:44 :
L'acharnement fiscalisateur (de gauche, bien sûr!!) suscite à l'évidence toutes sortes d'ingénieuses solutions pour s'attaquer au porte-monnaie de tout-un-chacun.
Navrante dérive frannco-française...
a écrit le 08/06/2012 à 7:15 :
Le vrai capital est entre les mains de ces petites monarchie du golfe
qui se permettent de dépenser 6 millions d euros juste pour un séjour dans un hôtel de luxe qui appartient au Qatar , donc plus on ira plus l argent dépense par retournera a ceux qui vendent le pétrole . c est un cercle infernal puisque ils achètent tous ce qui peut être vendu . Et les pays occidentaux aident les pays Africans ainsi que les pays du moyen orient , Quelque chose m echappe probablement , Cherchez l erreur !!!!
Par contre taxer plus les riches qui eux produisent véritablement , vous pensez
que ça pourra sauver l humanité ????
Reste a savoir si on doit laisser ces petites monarchies diriger et jausqu a quand
l avenir de Lhumanite qui ont été crees par ces chers anglais ????????? A méditer !
a écrit le 04/06/2012 à 12:57 :
Patrick Weil, chercheur fonctionnaire sans intérêt, plutot orienté vers la sociologie, nous pond une nouvelle idée inapplicable.
Avant lui, on avait eu Rocard avec L'ISF et le RMI qui sont les deux mamelles de la paupérisation du pays.
Que les fonctionnaires proches du pouvoir cessent de nous donner des leçons et qu'ils essayent de créer une entreprise histoire de nous faire rire.
Allez Patrick Weil, ouvre donc une pizzeria pour commencer, ça t'évitera de dire n'importe quoi...
Réponse de le 10/06/2012 à 6:29 :
exporter de l'ISF pour importer des RMISTE voila la grande idée pour rester au pouvoir + de pauvres + d'assistés + de votants socialistes si vous rajoutez le droit de vote aux immigrés le tour est joué
a écrit le 26/05/2012 à 22:02 :
Plutôt que de taxer une minorité qui ne permettra pas de combler les déficits, on devrait favoriser la créativité des autres. Un exemple publié récemment dans la tribune, merci pour le très bon article, en Espagne pays à 40% de chômage, on trouve un ingénieur à qui l'Etat fait faire de la cueillette. C'est édifiant!
a écrit le 26/05/2012 à 17:48 :
On solde un passif. Si l'on ne peut plus s'endetter, c'est que la limite est atteinte, on n'aurait pu faire comme les japonais, de quoi se plaint-on? On a gobé les actifs pourris, mais les japonais en ont pris que le dixième. Ils ont déjà connu une crise immobilière, avant celle américaine il me semble. Il semblerait que les machines aient perdu la boule. Il fallait que Sarkozi réforme l'administration comme le fait Merkel et soutienne le travail au lieu de le pénaliser.
a écrit le 22/05/2012 à 11:09 :
C'est bien un article de fonctionnaire payé par nos impôts et infoutu de réfléchir aux moyens d'attirer ces personnes plutôt que de les faire fuir.
a écrit le 18/05/2012 à 11:17 :
On va changer le monde. Et s'il ne veulent pas , on leur fera la guerre. Sieg Heil !
a écrit le 16/05/2012 à 12:25 :
A tous les détracteurs, si imposer 1 % aux milliardaires, c'est du néo-marxisme, alors même aux USA, ils sont communiste! A partir du moment où on propose un impôt sur les riches toutes les voix des libéraux s'élèvent! Rappelez-vous que les riches sont moins taxés que les classes moyennes et pauvres, et ça partout dans le monde en terme de prélèvements obligatoires!! Les impots sont peanuts la dedans mais si les prélèvements obligatoires étaient égaux entre les classes, on aurait pas de déficit, ni en France, ni en Grèce! Oui à la taxation progressive!!
Réponse de le 16/05/2012 à 16:35 :
La Flat Tax, faible mais uniforme, est la seule imposition progressive valable. Tout le monde, tous les revenus payent le même taux, 10% par exemple. Si on gagne 100, on paye 10. Si on paye 1000, on paye 100. 100 est dix fois plus d'impôts que 10 : c'est parfaitement progressif.
Réponse de le 13/06/2012 à 18:34 :
L'idée d'aller vouloir taxer des émigrés est stupide et immorale.
Stupide parce qu'elle conduit les victimes fiscales à couper définitivement tout lien avec la France (alors que d'un autre côté on cherche par tout moyen à attraire les riches Qatariens et qu'on leur confère des privilèges exorbitants).
Immorale parce que s'il est légitime qu'un pays puisse instaurer les règles du jeu qu'il décide , il est aussi légitime qu'en contre partie, un individu puisse refuser ces règles qui lui paraissent suicidaires et sorte du jeu. Sinon ça s'appelle une dictature.
a écrit le 15/05/2012 à 23:18 :
Voila un excellent article qui n'est pas sans rappeler celui que j'ai cosigne en 2009:

http://archives.lesechos.fr/archives/2009/LesEchos/20478-39-ECH.htm
a écrit le 14/05/2012 à 20:03 :
ce président a été élu pour la France. personne ne lui a confié une tache planétaire. occupons nous de nos oignons, ce sera déjà bien et cessons de broder sur des théories aussi fumeuses qu'inutiles
a écrit le 14/05/2012 à 16:05 :
Décidemment on essaye par tous les moyens de contourner le mur qui est devant nous, en récitant toutes les fadaises.. les riches vont payer...en oubliant que 45 milliards de recette pour le monde ne sont rien en comparaison des seuls 150 milliards de creusement du déficit pour la France l'an passé. Alors, le plus génant dans cet article, ce n'est pas que l'auteur raconte des carabistouilles, mais bien qu'il occulte la seule question qui sera incontournable: la réduction des dépenses et de nos trains de vie dispendieux. Chaque fois que l'on écarte cette question, on fait du tord à la France!
a écrit le 11/05/2012 à 13:30 :
J'espère seulement que notre nouveau président ne l'aura pas dans ses conseillers...
a écrit le 11/05/2012 à 11:27 :
il y a TOUJOURS une confusion entre expatriés (= statut juridique particulier) et immigrés (personne qui sont parties vivre dans un autre pays). Moi je vis en Allemagne, parce que j'y ai trouvé un bon boulot d'ingénieur. Contrat local. Je gagne en gros 5000? brut - plus que le meme job en France- mais je paye des impots sur le revenus de 1000?/mois et une cotisation maladie de 500?/mois , ce qui fait qu'à la fin c'est comme en France. Je suis expatrié pour certains, mais je ne suis pas riche. J'ai des amis expatriés : leur job en France a été transféré en Allemagne, leur boite leur paye donc quelques avantages (genre : l'école francaise pour les enfants qui est très cher), mais ce n'est pas crésus. En gros 500? de plus par mois que moi.
Donc éviter la confusion : expatriés = super riche. Merci. Il y a 250 000 francais en Allemagne qui sont là parce que l'économie est en forme, c'est tout !
a écrit le 11/05/2012 à 10:52 :
N'en déplaise aux grincheux, c'est une idée à creuser. En lieu et place d'argument contraire solide et dûment étayé, inutile de sortir les mots du Dimanche, marxiste, bolcheviks, fonctionnaire, toussa!!! De toute façon c'est le rééquilibrage ou la débâcle mondiale, il suffit de suivre l'actualité (et pas seulement financière) pour s'en rendre compte. Avec la politique de l'autruche, on finit toujours par se faire...Alors vous pouvez toujours jouer les vierges effarouchées, de cette manière ou d'une autre, va falloir égaliser la pyramide. Certains, comme Warren Buffet l'ont déjà bien compris. Ne vous inquiétez pas, même avec quelques plumes de moins, les paons continueront de traîner dans la cour.
Réponse de le 13/06/2012 à 18:40 :
Le rééquilibrage se fait tout seul. Par l'investissement, l'héritage, la consommation, le don. Les gens savent savent très bien dépenser leur argent tous seuls. PAs besoin de l'Etat pour les aider. En revanche il est du devoir d'un pays de permettre ce rééquilibrage en laissant les gens libres et en arrêtant de ponctionner les contribuables comme des sansues le feraient sur un animal. En arrêtant les subventions et autres cadeaux fiscaux.
a écrit le 11/05/2012 à 9:22 :
Patrick Weil, directeur de recherche au CNRS est un fonctionnaire. Qu'il la ferme.
Réponse de le 11/05/2012 à 10:39 :
Euh, pourquoi tant de haine ?
Réponse de le 13/05/2012 à 23:48 :
@Toto,
Parce que de plus en plus de francais sont OBLIGES de partir en allemagne, ou autre pour des questions de boulots !!!
ILS NE PARTENT PAS POUR ENVCAISSER LES VENTES DE STOCK OPTIONS !!!!
L'idée meme est injuste !
De plus elle est inaplicable !
Donc cette homme a bien perdu une occasion de la fermer !!!!

Ah, oui, ce monsieur est payé au frais du contribuable !
Pour sur que si il veut une augmantation de salaire, des impots, et donc des rentrées fiscales en plus seraient utiles !!!!
Hélas, c'est moi qui paie !!!
ET J'EN AI ASSEZ !
a écrit le 11/05/2012 à 0:44 :
C'est soulageant de voir un plus grand nombre de commentaires allant à l'encontre de l'arriération néo-marxiste omniprésente dans beaucoup de sites d'actualités. Et c'est marrant de constater la différence avec avant la campagne présidentielle, lorsque les commentateurs bolcheviks zélés occupaient tout le terrain de la discussion et croyaient être seuls au monde. La douche a du être sacrément froide lorsque sarko a récolté un nombre honorable de voix, malgré l'acharnement médiatique criminel contre sa personne. Bon allez, à charge de revanche. Les gauchistes, vu leur idéologie défaillante, finiront bien par faire la connerie de trop, et c'est là qu'on va rigoler.
Réponse de le 11/05/2012 à 2:36 :
ils vont revenir au fur et à mesure qu'on se rapproche des législatives...!!
je pense que leur activisme fait parti d'une organisation délibérée de leur campagne !!!
a écrit le 11/05/2012 à 0:28 :
ça ressemble à une usine à gaz ce système et difficile à apliquer, parce que les pays ont des acciords pour éviter la double imposition (US et France par exemple) pour les mêmes revenus. D'autre part, la loi française ne permet pas de rendre apatride des citoyens français (attention donc à ceux qui changent de nationalité, car eux peuvent perdre leur nationalité même si c'est compliqué).
Réponse de le 11/05/2012 à 22:24 :
Pas aussi compliqué que toutes les astuces et méthodes parfaitement légales utilisées pour réduire massivement les impôts et autres taxes...
Voir les groupes juridiques du CAC40 pour plus d'information car ce n'est pas le "petit" chef d'entreprise de la PME_PMI du coin qui pourra vous l'expliquer...
a écrit le 10/05/2012 à 23:25 :
et faudra pas oublier d'inventer un organsime qui collectera cet impot, iun organisme qui controlera que le premier à bien fait son travail, un organisme qui s'assurera que tout contribuable présumé aura bien payé, un organisme qui sanctionnera les récalcitrants, un organisme qui fera appliquer les sanctions, un organisme qui jugera si les sanctions étaient justifiées, un organisme qui financera la défense des contribuables mis en cause (penser à créer une taxe pour financer les avoocats nécessaires), et ...
Je suggère qu'on supprime le financement des recherches de ce directeur de recherche, et qu'on ne lui attribue que le résidu du bénéfice de son idée géniale !!!
Réponse de le 11/05/2012 à 2:38 :
t'es major de promo à l'ena pour avoir pensé à tout ça : je dis: chapeau l'artiste !!!
Réponse de le 11/05/2012 à 9:34 :
Un flicage informatisé au niveau mondial suffira
a écrit le 10/05/2012 à 22:56 :
Et hop ! Un de plus ! Celui-ci mérite toutefois une médaille d'honneur pour cette oeuvre impressionnante qui, faut-il le rappeler, est financée intégralement par nos impôts. Sympathique sinécure, ce CNRS ! On glandouille ferme pendant toute sa carrière en gardant un air pénétré et sérieux, avec pour seule obligation de pondre une grosse guignolade néo-marxiste de temps en temps, le tout pour un confortable salaire de plusieurs fois le smic. Morale de cette piètre histoire : le jour venu de la réduction des dépenses publiques, on sait déjà par quoi et qui il faudra commencer.
Réponse de le 11/05/2012 à 2:08 :
Qui vous dit que cet article est financé par les impots ? l'auteur est fonctionnaire, mais ça ne signifie pas que cet article a été rédigé dans son temps de travail, ni qu'il soit lié à ses recherches.
Réponse de le 11/05/2012 à 9:35 :
Personnellement je commencerais par le CES
a écrit le 10/05/2012 à 21:50 :
Je propose que le citoyen est le choix de payer ou de ne pas payer d'impôt...
Cependant, celui qui ne veut pas en payer doit immédiatement être interdit de sécurité sociale, d'école de la république, de protection (police, gendarmerie), d'intervention (pompiers, Samu...), de soins dans les hôpitaux, de préfectures, de mairie ou tout organisme public...
Il faudrait monter en parallèle des sociétés privées prenant en charge tous ces services afin que les non-sociétaux désirant ne pas acquitter l'impôt puissent dépenser sans compter dans ces services privés à coup sûr beaucoup plus rentables que nos pauvres administrations... ;-)
Réponse de le 10/05/2012 à 22:17 :
Génial !
Comme commençons nous ??????
Je paris qu'en 1 an plus personne ne va a la préfecture !
Réponse de le 10/05/2012 à 22:25 :
L'article de monsieur Weil est stupéfiant de bêtise et de haine. Quant aux lecteurs qui applaudissent des deux mains à l'inquisition fiscale et à la chasse aux riches, il serait bon qu'ils indiquent le vrai moteur de leur ressentiment et de leur haine.
Réponse de le 10/05/2012 à 23:15 :
Je ne vois ni haine ni ressentiment dans cet article.

En fait, je pense que vous n'arrivez pas à conceptualiser les ordres de grandeur dont il est question. Lorsque l'on parle d'impots sur les "ultra-riches", il ne s'agit pas de leurs enlever le pain de la bouche. Lorsque l'on prive un milliardaire de 1% ou 20% de sa fortune, on ne le prive finalement de rien. Son niveau de vie n'est pas altéré. Peut-être sa satisfaction d'être plus riche que les autres sera affectée.

Pour vous, c'est peut-être déjà trop demander, c'est une "inquisition fiscale" mais ça me semble peu cher payé. Le but n'est pas de taxer pour punir, mais par solidarité, pour aider ceux qui ont eu moins de chance. Parce qu'il ne s'agit que de chance.

On peut discuter de l'efficicaté des taxes, mais certainement pas accuser de haine ou de ressentiment ceux qui ne pensent pas comme vous. Et vous admettrez qu'il y a de quoi s'amuser en voyant ces "ultra riches" changer de nationalité pour payer un peu moins d'impôts.

En fait, je vous retourne la question, quel est le moteur de cette aversion pour toute forme de taxe ?
Réponse de le 10/05/2012 à 23:27 :
désolé j'ai écrit ma contribution (sans jeu de mots!) -super...- ... avant de vous lire : après coup, je vous la dédicace !
a écrit le 10/05/2012 à 21:21 :
Le système est possible mais en contradiction avec les décisions des tribunaux, l'exit tax a déjà été déclarée nulle. Ensuite, on pourrait appliquer le même système aux salariés français en Suisse, ils recevraient le salaire versé par l'employeur français à un Français, il n'y aurait aucune raison qu'il touche le même salaire que le Suisse, cela d'autant moins qu'il habite en France où le coût de la vie est moins cher, donc en bénéficiant du salaire suisse, il y a une inégalité créée et donc une discrimination par rapport aux salariés français dans une situation égale devant se contenter de beaucoup moins, le raisonnement est tenable, mais ce seront les patrons suisses qui se frotteraient les mains, le même raisonnement serait applicable aux ressortissants suisses travaillant en France dont le patron français alignerait le salaire sur le Suisse, on a connu cela en droit, où les ressortissants normands à Paris, continuaient à se voir appliquer la coutume normande et pas la Parisienne cela en dépit du fait qu'ils étaient sur Paris. En outre, il faudrait alors changer les standards de l'ocde qui taxe le résident à son lieu de résidence et non pas selon la nationalité, sauf pour les biens immobiliers.
Réponse de le 10/05/2012 à 22:23 :
Dans le genre délire, pourquoi ne pas payer tous les immigrés au tarif de leurs pays d?origine ???? on aurait ainsi des salaires vachement compétitifs. Voyez comme on peut dire n?importe quelle co........ies avec ce genre de réflexion.
Réponse de le 10/05/2012 à 23:32 :
erreur dans votre raisonnement : les patrons suisses ne se frotteront pas les mains, car le salarié français sera bien rémunéré au tarif suisse : c'est le salarié français qui serait ponctionné de la différence avec le salarié en france . Ce sont donc les concurrents français qui se frotteront les mains : les salaires et donc le cout de la vie devraient baisse dans les zones limitrophes...

et géotrouvetou a parfaitement compléter la proposition ... ç ava relancer l'économie, toutes ces bonnes idées (enfin, si Hollande en fait la lecture !!)
a écrit le 10/05/2012 à 20:19 :
Ras-le-bol de la "justice fiscale" et autres joyeusetés bolcheviques.
Et c'est un pauvre qui le dit.
Réponse de le 10/05/2012 à 22:19 :
Attention, si vous en avez ras le bol !
Cela signifie vraissemblablement que vous payer et que vous ne touchez aucune aide de l'état !!!
Donc non, vous n'etes pas pauvre !!!!
ET puisque vous n'etes pas pauvre, vous devriez etre fier de participer à la redistribution des richesses vers les pauvres malheureux !!!!!!
a écrit le 10/05/2012 à 19:44 :
La concentration de richesse n'est pour l'instant pas assez forte et les prix des matières premières pas assez élevés pour que ce type de mesure soit pensable. De plus, ce sont les plus riches, donc puissants, qui dirigent les gouvernements. Donc, faut arrêter de rêver, les gars.
a écrit le 10/05/2012 à 19:04 :
Je m'en vais privatiser le CNRS moi !
Et financer cette institution sur les investissements privés !
Ces braves gens changeront d'avis rapidement
je vous en fiche mon billet !
a écrit le 10/05/2012 à 19:02 :
LOL !
Alors là, certain doivent arreter immédiatement la consommation de substance illégale en France !!!!!
D'ailleurs, à ce niveau, je me demande ce qui reste de la moquette et des rideaux !!!!!!
La France est et reste un enfer fiscal !
En fait, l'état est tellemnt au bout du rouleau qu'ils ne savent plus quoi inventer pour faire rentrer l'argent !!!!
Ca va pas etre beau à voir !!!!
a écrit le 10/05/2012 à 18:26 :
Nous revenons aux pires moments de l'epoque Staliniene
Réponse de le 12/05/2012 à 3:39 :
Vous avez l'air d'voir très bien connu l'époque stalinienne vous, non ?
a écrit le 10/05/2012 à 18:17 :
ne pourrait ton pas taxer aussi la connerie et diviser par 6 le nombre de deputes et senateurs pour arrive au mm nombre proportionnel que les autres pays !
Réponse de le 10/05/2012 à 23:34 :
taxons la connerie...y aura beaucoup plus de contribuables qu'aujourd'hui : il suffit de voir les chiffres des élections pour le constater ....
a écrit le 10/05/2012 à 17:48 :
Une taxe sur les fonctionnaires publics

On pourrait aussi envisager une taxe sur les fonctionnaires publics et autres chercheurs du CNRS en histoire sociale. De nombreuses études démontrent qu'au cours des dernières années, leur salaire a augmenté bien plus que les salaires du privé. La moyenne des salaires des fonctionnaires fédéraux est de 126 000 dollars aux USA alors que la moyenne des salaires du privé est de 63 000 dollars. En France, une personne employée par l?Etat touchait 28520 ? net en 2009, contre 24530 ? pour un salarié du privé.

En tant de crise, il est juste que les plus favorisés, participent a l'effort de la nation. Cette taxe servirait a aider les plus démunis au nom de la justice fiscale.

En outre , pas besoin de monter une usine a gaz, et lever l'impôt au prorata de je ne sais quoi, il n'y a aucun risque d'exil fiscal pour les fonctionnaires.

Un impôt facile a mettre en oeuvre, qui répare une injustice fiscale et aide les plus démunis, est un impôt juste.
Réponse de le 10/05/2012 à 23:32 :
Bien sur qu'il y a un risque d'exil fiscal pour les fonctionnaires : les chercheurs CNRS sont généralement suffisamment brillant pour aller travailler dans des grandes universités étrangères (ou pour avoir des carrières lucratives dans le privé). Mais contre toute logique, il préfère vivre en France et travailler (oui, il y en même qui travaillent) pour un salaire moindre
Réponse de le 10/05/2012 à 23:34 :
+1
Réponse de le 12/05/2012 à 3:40 :
+2
a écrit le 10/05/2012 à 17:21 :
Voilà une fois de plus à quoi sert notre fameux CNRS. A débiter n'importe quelle fadaise. Comment un journal tant soit peu sérieux comme La Tribune peut rendre compte d'une telle ineptie ?? Tous les millionnaires et plus de Russie, de Chine ou d'ailleurs se fendent la pipe. Faudrait quand même limiter l'usage des boissons fortes dans l'université française.
a écrit le 10/05/2012 à 16:20 :
La seule chose que les politiques savent bien faire, ce sont vos poches !
a écrit le 10/05/2012 à 16:03 :
C'est le petit bout de la lorgnette. Si en effet on avait fait rentrer 45 milliards de dollars par cette nouvelle taxe, elle ne représenterait que 32 jours d'emprunt américains et ... 4 heures d'emprunts mondiaux souverains. Beau boulot les gars !
Réponse de le 10/05/2012 à 16:19 :
Bastien, vous me l'avez ôté du clavier... C'est effectivement du purement symbolique mais ... pour la populace des non milliardaires (soit, l'humanité moins 1210 personnes), tout doit être dans le symbole...
Réponse de le 10/05/2012 à 17:26 :
Je suis tout à fait de votre avis... et je me rappelle un dicton :
L'impot tue l'impot !!!
On y arrive !
a écrit le 10/05/2012 à 15:56 :
Nicolas Sarkosy est parti et c'est tant mieux ,car lorsqu'on pretend pourchasser les exilés fiscaux français,on ne baisse pas l'isf pour des gens fortunés avec une nouvelle reforme baissant les taux, tout en parallele,on met à contribution des gens ayant un certain patrimoine mais de faibles revenus.en effet,il est scandaleux qu'apres avoir proné et instauré un bouclier fiscal de 50 % des revenus,ce monsieur ait cru bon de supprimer le plafonnement de l'isf à 85 % des revenus,une mesure de gauche ammenant de la justice dans le paiement de cet impot.
Réponse de le 10/05/2012 à 17:18 :
Sauf que c'est vrai pour une personne riche, mais l'isf concerne également le marin vivant dans sa maison de famille sur l'ile d'oleron donc c'est tout de même un impot injuste entout cas pour le patrimoine immobilier
Réponse de le 10/05/2012 à 23:41 :
moi je constate surtout que l'ISF, ça coute plus cher à collecter que ça ne rapporte : donc, foi de contribuables loin d'être soumis à l'ISF, ce n'est pas un impôt qui ammène de la justice, c'est juste une CONNERIE !
Réponse de le 10/05/2012 à 23:43 :
et j'ai envie de rajouter : et dire que je paie des impots (revenu fiscal de référence inférieur à 25000? annuel !) pour payer la collecte de cette connerie !!!
Réponse de le 11/05/2012 à 10:49 :
si on lit bien mes propos,on remarquera que je ne glorifie certainement pas l'isf qui devrait disparaitre comme partout en europe.quand je parlais que cela ammenait un peu de justice,je parlais simplement du plafonnement de l'isf à 85 % des revenus que Mr Sarkosy à preféré abroger et mettre ainsi à contribution des gens comme moi à faibles revenus tout en baissant cet impot pour des gens ayant de bons revenus et un patrimoine supérieur au mien.bref ! avec lui on soulage les vrais riches et on enfonce les gens à faibles revenus.bravo ! en effet...
a écrit le 10/05/2012 à 14:58 :
décidément, le socialisme a infesté toutes les strates de l'enseignement français.

Quand des soi-disants personnes éduquées et intelligentes en viennent à affirmer qu'un impot est juste car il finance des causes justes, ce n'est plus le fond qu'on atteint, mais on a commencé à creuser depuis longtemps
Réponse de le 10/05/2012 à 17:40 :
Cher John Galt on se retrouve! Et si c'était le libéralisme de l'école de Chicago qui infestait toutes les strates de la société. On ne peut que constater que ce système débouche sur un enrichissement éhonté d'une oligarchie de superriches et de ses serviteurs: intermédiaires financiers et avocats spécialisés dans la défiscalisation. Que des hommes politique responsables (je ne parle pas de NS) se posent la question de corriger ce phénomène pour éviter une explosion de violence liée aux exaspérations que générent ces inégalités croissantes me semble tout à fait normal. Gouverner c'est prévoir et pas laisser faire!Cordialement.
Réponse de le 10/05/2012 à 21:31 :
Comment peut-on gober cette théorie libertarienne que ce sont quelques milliers de milliardaire qui portent
le monde ? c'est une belle fable, mais ça ne tient tout simplement pas debout.

Les hommes ne sont pas motivés par l'argent. Est-ce qu'un Bill Gates serait devenu fonctionnaire s'il avait
eu peur de devoir payer des impots ? est-ce que Einstein aurait mieux bossé avec un salaire plus élevé ?
Et quand bien même ce serait vrai, comment justifier qu'un homme possède des milliards (souvent par simple chance)
quand un autre, ni pire ni meilleur, travaille pour des cacahouettes.

Et lorsqu'on renie ça, on se fait traiter de Staline !
Réponse de le 10/05/2012 à 22:45 :
Les hommes politiques responsables sont ceux qui mobilisent les forces de police et de justice pour désarmer les voleurs politisés lorsqu'ils s'attaquent à la liberté et à la propriété privée, au prétexte d'inégalités imaginaires. L'égalité, c'est l'égalité devant la loi. L'égalitarisme marxiste, c'est la régression de tous vers les fainéants et la spoliation des courageux et des honnêtes pour financer les parasites. Comment justifier qu'un homme gagne plus qu'un autre, même à milliards ? Parce que le travail du second est reconnu moins utile par l'ensemble de la société, de la façon la plus démocratique qui soit, par le vote des acheteurs, le vote du marché. Mais cela ne veut pas dire que celui qui gagne moins serait pire ou meilleur que le milliardaire, ce qui n'a strictement aucun sens. Il faut vraiment être obsédé par l'argent et mépriser profondément les pauvres pour oser juger les individus sur le seul critère de leurs revenus.
Réponse de le 10/05/2012 à 23:47 :

Fondamentalement, ce que vous ne comprenez pas, c'est que la propriété privée n'a plus de sens quand on parle de telles sommes. Par ailleurs, les choix possibles ne se limitent pas à libéralisme pur et marxisme.

En passant, on ne parle pas d'inégalités imaginaires quand on compare un pauvre type condamné à bosser dans une mine au fin fond de la chine, et un riche héritier monégasque. C'est le fruit du hasard et de l'arbitraire, certainement pas du mérite de chacun. Mais je vous l'accorde, on n'est pas dans une société libertaire parfaite.

Personnellement, si c'est le prix à payer pour moins de misère dans le monde, je m'accomode mieux d'éventuels parasites que je n'ai de peine pour des milliardaires "spoilés" de quelques millions.
a écrit le 10/05/2012 à 13:32 :
La bonne blague
Réponse de le 11/05/2012 à 8:05 :

Quand je lis ce genre d'article, je suis content de ne plus avoir renouvelé mon abonnement à LA TRIBUNE.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :