Echec de la fusion BAE Systems-EADS : mauvais signal pour l'industrie européenne de la défense

 |   |  443  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Dans cette tribune, Jean-Pierre Maulny, directeur adjoint de l'IRIS, explique que, contrairement à la France et au Royaume-Uni qui l'ont soutenu, l'Allemagne s'est opposée à ce rapprochement car pour Berlin, l'Europe de la défense n'est pas une fin en soi.

Dans cette fusion BAE Systems - EADS, la question que devaient se poser les Etats était de savoir s'ils allaient créer une entreprise qui soit compétitive au niveau mondial dans l'aéronautique et la défense et qui leur assure une autonomie d'approvisionnement. Les Français ont répondu oui par intérêt stratégique car le projet s'inscrivait dans le cadre global de construction de l'Europe de la défense. Les Britanniques ont répondu oui parce qu'ils souhaitaient conserver la compétitivité de leur entreprise. L'Allemagne a répondu non car l'Europe de la défense n'est pas une fin en soi pour ce pays, que l'industrie allemande est compétitive et que les Allemands voulaient conserver le contrôle sur la définition de cette compétitivité. Ce n'est pas un bon signe pour l'Europe de la défense car les trois principaux pays qui comptent en matière de défense n'ont pas réussi à s'entendre. Une occasion unique de procéder à la consolidation industrielle européenne a été manquée.

 

Ce n'est pas un bon signe pour EADS car globalement, depuis 15 ans, nous nous dirigions vers une gouvernance normale d'entreprise avec des Etats de moins en moins présents ; l'attitude allemande contribue à un retour en arrière. Notons d'ailleurs que l'Allemagne, qui ne détenait pas d'actions dans EADS au moment de la négociation, a bloqué celle-ci, ce qui vient relativiser une bonne fois pour toutes le rôle de l'actionnariat public comme moyen de contrôle dans les entreprises y compris dans les entreprises de défense.

 

Reste qu'il y avait sans doute un paradoxe que les Allemands avaient du mal à accepter. A l'heure où le commerce extérieur de l'Allemagne est florissant, grâce à la performance de son industrie, les seules coupes d'une telle fusion en termes d'emploi risquaient de viser l'Allemagne et le site de Manching suite à l'échec de l'Eurofighter en Inde.

 

Ce dossier n'est pas ordinaire car il concernait au premier chef les Etats. Les négociations entre Etats ne peuvent s'inscrire dans les règles boursières traditionnelles, les transactions à trouver sont des transactions entre Etat que les règles financières, commerciales et boursières du monde de l'entreprise ont du mal à prendre en compte. Il n'est pas rare qu'en diplomatie on arrête les pendules pour continuer à négocier, et il n'était pas possible de faire pareil pour une fusion d'entreprises. Toutefois, imaginons que les Etats trouvent un accord ultérieurement, qu'est ce qui empêcherait alors les dirigeants des deux entreprises de reprendre la négociation ? A dossier spécial, règle spéciale !


 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/10/2012 à 14:47 :
Et pour corroborer, compléter et étayer : http://mariequantier.fr/2012/10/12/un-francais-un-anglais-et-un-allemand-sont-dans-un-avion-eads-etf-sicav-assurancevie-bae/
a écrit le 12/10/2012 à 15:29 :
Je pense que Bae systems( déjà proche de Saab) devrait se rapprocher de Finmeccanica, on aurait ainsi 2 grands groupes de défense en europe, car le risque avec une fusion eads-bae system est tout simplement de vider l'europe d'un autre concurrent valable, nous serions alors à la merci des intérêts britanniques et certainement américains à terme; alors que si nous conservons 2 grands groupes européens ceux-ci pourrons jouer le jeu de la concurrence. Bien que je puisse me tromper, je ne pense pas que l'italien accepterait une alliance avec Eads ou alors avec de très très fortes contraintes, je ne pense pas non plus que Bae tomberait dans l'escarcelle d'un américain, Bae irait plutôt faire son marché en zone anglophone, le canada, l'australie, l'afrique du sud.
a écrit le 12/10/2012 à 10:51 :
Il n'y a que la France qui veuille une Europe de la défense. Les autres défendent leurs intérêts nationnaux. D'autre part je pense que BAE a pris EADS pour un pôle emploi !
a écrit le 10/10/2012 à 20:00 :
je ne pense pas que l association eads bae soit une bonne chose les anglais voulait prendre les commandes; pour pouvoir piller le savoir faire eads airbus et le transferer aux states .
et se faire du fric sur le dos des europeens

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :