Bienvenue à Bruxelles côté pile !

 |   |  582  mots
DR
DR (Crédits : dr)
Matignon cherche 5 milliards d'euros d'économies pour 2014. Les membres du gouvernement belge, tels des cardinaux, siègent en concile permanent pour trouver 2,8 milliards sur le budget 2013. Les chefs d'État et de gouvernement des Vingt-Sept réunis les 14 et 15 mars à Bruxelles se retrouvent dans la diversité... et la rigueur. Mais les Belges ont quelque chose en plus : ils ont Bruxelles.

Dire que leur capitale est à l'image du continent n'est pas juste : elle est bien pire. Bruxelles est une île de pauvreté au milieu de la mer de richesse flamande et un enfer automobile. Les derniers chiffres publiés par l'observatoire belge de la pauvreté sont atterrants. Un enfant bruxellois sur quatre naît dans « un ménage sans revenu du travail ». Ce n'est pas totalement surprenant puisque le chômage atteint 20%. Conclusion : les plus démunis se reproduisent un chouïa plus. Près de 30% des habitants ont un revenu inférieur au seuil du risque de pauvreté.

LES CHOSES NE S'ARRANGENT PAS. Selon une étude de l'université catholique de Louvain, la sacro-sainte indexation salariale sur l'inflation n'a pas protégé les plus pauvres contre la hausse du coût de la vie. Pour une personne dont le revenu annuel net atteint 25000 euros, la perte de pouvoir d'achat a été de... 2000 euros entre 2001 et 2011, soit 8%, à cause des hausses des prix de l'électricité, de l'habillement et de l'immobilier.
Bruxelles a beau être le siège des institutions européennes et le lieu de résidence de la bourgeoisie qui travaille pour elles et gravite autour d'elles, la ville n'en respire pas moins la désorganisation avec ses trottoirs sales et constamment éventrés et ses escaliers roulants en panne. La voirie ne dispose pas de plans consolidés des canalisations. Les alentours du rond-point Schuman, c?ur du quartier européen, offrent le spectacle désolant d'un cloaque bordé de barrières mobiles déplacées au gré des travaux du métro lancés en 2008.

S'IL AVAIT FALLU RÉUNIFIER Bruxelles-Est et Bruxelles-Ouest après 1989, on en serait encore à enjamber des restes du Mur. La ville est à mille lieues des standards des grandes capitales européennes : Londres, Berlin, Paris ou Rome. Hélas, elle est, en plus de la capitale des Belges, celle de l'Union.
Consolons-nous en pensant que le contre-exemple peut être une pédagogie. Pour se déplacer, l'idéal y reste... la voiture! Comme dans les années 1960 où Bruxelles, rayonnant du prestige de l'Exposition universelle de 1958, était à la pointe de la modernité. Plus il y a de pauvres dans la ville, plus les riches la quittent pour vivre en périphérie, dussent-ils revenir y travailler la journée. Moyennant quoi 225000 voitures entrent et sortent chaque jour d'une agglomération qui ne compte pas plus d'un million d'habitants. À l'intérieur, les automobilistes, qu'ils soient Bruxellois uniquement de jour ou à plein-temps, font comme les autres Européens : ils vont acheter leur pain à quatre roues, 25% des déplacements font moins d'un kilomètre, la moitié moins de trois. Il faut dire que les transports en commun sont indigents. Après 20 heures, il faut compter vingt minutes d'attente pour un bus ou un tram et dix pour le métro, dont il n'existe que deux lignes. Les taxis présentent la caractéristique d'être non seulement plus chers que dans n'importe quelle autre ville européenne, mais aussi spécialement sales.
À quoi s'ajoutent des particularités locales, comme par exemple le goût de l'improvisation des chemins de fer belges. Ne croyez surtout pas qu'arriver dix minutes avant le départ de votre Thalys vous garantisse de rentrer à temps à Paris. En dépit des indications des panneaux, il est tout à fait possible qu'à cause de la surcharge du réseau votre train parte finalement d'un autre quai que celui indiqué. Un conseil : écoutez bien les annonces vocales. Bienvenue à Bruxelles!

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :