Les taxis au bord de la crise de nerfs

 |   |  791  mots
(Crédits : Reuters)
La guerre entre taxis et voitures de tourisme avec chauffeur (VTC) continue de faire rage en France. Pourtant, outre-manche, la cohabitation se passe plutôt bien... Par Richard Darbéra, chercheur au CNRS

Personne ne sait exactement, mais il y aurait en France près de 55 000 taxis et près de 10 000 voitures de tourisme avec chauffeur, les « VTC ». Une concurrence redoutable que les taxis ont sommé le gouvernement de neutraliser. Vont-ils avoir gain de cause comme en 1973 quand le gouvernement a commencé d'étrangler la petite remise, cet ancêtre des VTC maintenant éteint ?


Les taxis britanniques ont survécu aux VTC

L'année dernière, il y avait en Angleterre et au pays de Galles 77 961 taxis et 152 581 minicabs, l'équivalent anglais des VTC, pour une population de 10 millions inférieure à la nôtre. Soit une offre totale par habitant plus de quatre fois supérieure. Comment cela a-t-il été possible ? Comment les taxis anglais ont-ils survécu ?

En Angleterre, les taxis sont une affaire du ministère des Transports. Ce ministère publie chaque année des statistiques détaillées disponibles sur Internet. Il rédige aussi régulièrement à l'attention des collectivités locales des licensing guidances, des sortes de modes d'emploi d'une trentaine de pages qui expliquent dans le détail les règles minimales que les véhicules ou les entreprises doivent respecter pour obtenir des licences de taxi ou de minicab.

Des candidats nombreux

En France les taxis sont l'affaire du ministre de l'Intérieur. Il y a dix ans, en 2004 le ministère a cessé de publier son recensement quadriennal. Et la seule guidance qu'il ait produite est une circulaire de 1993 du ministre de l'Intérieur aux préfets, leur recommandant, dans une belle litote, de « ne pas étendre à l'excès le nombre des exploitants de voitures de petite remise de façon à maintenir les fragiles équilibres avec les exploitants de taxi ». Cette circulaire d'une page, appuyée par une nouvelle circulaire en 2000, signait l'arrêt de mort des voitures de petite remise, car, contrairement à celles des taxis, leurs autorisations étaient personnelles et non transférables.

On ne connaît pas le nombre de taxi en France, mais on en connaît le nombre à Paris. Il y en a 17 636. Entre 1967 et 2013 ce nombre a augmenté de 23%. À Londres, dans la même période, il a augmenté de 193 % : il a quasiment triplé. Et dans la même période, sont apparus à Londres 55 000 minicabs avec leurs 65 000 chauffeurs. Devant cette concurrence le métier de chauffeur de taxi est-il devenu moins attractif à Londres ? Pas du tout ! L'afflux de candidats est tel qu'il a fallu durcir les conditions d'admission dans la profession. En 1967, il fallait 18 mois de préparation intense pour passer le Knowledge, l'examen topographique très sélectif qui barre l'entrée dans la profession de taxi. Il faut maintenant quatre ans de préparation, et contrairement aux licences de taxi parisiennes, cet investissement considérable n'est pas récupérable quand on quitte la profession.

 

Les anglais les plus pauvres férus de "minicabs" 

Ce développement de l'offre, tant en quantité qu'en diversité, bénéficie bien sûr en premier lieu aux usagers. En 25 ans le nombre de voyages en taxi et minicab par habitant a triplé en Grande Bretagne alors qu'il a probablement stagné ou décru en France. Mais les chiffres disponibles montrent aussi un autre phénomène intéressant : ce sont les Anglais les plus pauvres qui prennent le plus souvent les taxis et les minicabs : 16 voyages par an et par personne pour les 20% les plus pauvres contre 10 voyages pour les 20% les plus riches.

Ils le font principalement pour des courses, des affaires personnelles ou pour rendre visite à des amis. On ne connaît pas les chiffres pour les Français, mais selon l'Enquête Globale Transport de l'Ile de France 2001-2002, les 10% des franciliens les plus riches font à eux seuls autant de voyages en taxis que les 50% les plus pauvres.

Plébisciter les citoyens ?

Il y a deux ans, la Commission des Lois anglaise a lancé une « consultation » sur une cinquantaine de propositions pour réformer les lois qui régissent les taxis et les minicabs. Elle a reçu près de 3500 contributions de simples citoyens comme d'élus, d'artisans comme de grosses entreprises. Des contributions de quelques lignes à plusieurs dizaines de pages. Les recommandations de la Commission seront publiées à la mi-avril, mais on en connaît déjà les principales orientations : supprimer le numérus clausus sur les taxis qui existe encore dans quelques villes comme Liverpool et abolir les frontières administratives qui cantonnent les marchés des minicabs.

Le gouvernement français a donné deux mois à Thomas Thevenoud, le député PS qu'il a nommé comme médiateur, pour régler le conflit entre taxis et VTC. Ses recommandations seront probablement publiées en même temps que celles de la Commission des Lois Anglaise. Suspense…

 

 

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/04/2014 à 9:36 :
Moi je trouve qu'a Paris on a quand meme de beaux taxis , j'ai pas reussi a monter dans un taxi Mercedes ou Bmw a Londres et surtout qu'il ne sont pas moin chère ! C'est leurs probleme si ils doivent payer la licence a prix d'or , si ils gagnaient bien leurs je pense pas qu'ils travailleraient 11h/ jour et 7j/7
Réponse de le 28/04/2014 à 19:37 :
les artisans restent toujours flous sur leurs revenus...
a écrit le 13/04/2014 à 23:17 :
Il est temps de casser le monopole des ventes de licences de taxi. 230000Euros c'est bien une escroquerie organisée avec la bénédiction des syndicats et vendeurs. L' Etat ne doit fermer les yeux devant une telle tromperie qui se répercute sur le service et les abus de tarifs que ces propriétaires s'octroient sans vergogne.
a écrit le 13/04/2014 à 22:03 :
ça fait des années que les TAXIS tirent sur la ficelle et elle est en train de péter. Premières catégorie professionnelle présente en stage de récupération de point et première catégorie professionnelle qui conduit sans permis. Jolis palmarès non? Restez garé sur les parking d'aéroport quand on a besoin de vous en intra-muros. Continuez à vous garer n'importe où, faites ce que bon vous semble, slalom entre les voies, stationnement illicites, refus de client, circuler à vide ou libres dans les couloirs de bus (Réservé au transport DE VOYAGEURS pas de BANQUETTES !!!). Faites votre métier correctement et le problème de la concurrence va repartir comme il est arrivé
a écrit le 11/04/2014 à 14:17 :
Pourquoi les commentaires relatifs à l'attribution gratuites des licences taxi par l'etat ont ils été publiés puis supprimés? J'en ai fait une copie d'écran, vous voulez que je montre l'avant/après sur twitter?
a écrit le 10/04/2014 à 10:48 :
Les licences de taxi n'ont jamais rapportées le moindre centime à l'Etat: 'Le problème du cout est du au fait que leur faible nombre a entrainé une pénurie que certains se sont empressés de négocier au prix fort (idem pour les licence IV des bars...) Il est donc nécessaire que l'état crée de nouvelles licences pour pallier à cette pénurie ! Il faut que les exigences de qualité de véhicules comme de qualité de formation soient les mêmes pour VTC et pour Taxis. Enfin, il faut que la licence soit personnelle et incessible : les G7 et autres groupes ne devraient plus pouvoir fournir de licences mais seulement un service de groupement !!! ... le reste n'est que littérature...
a écrit le 10/04/2014 à 10:42 :
Perso, lorsque je suis à l'étranger, je préfère négocier le prix de ma course avant de monter dans la voiture, pour ne pas me faire arnaquer par des détours inutiles, des compteurs non contrôlés, etc ... On peut donc admettre que les étrangers visitant la France aient la même appréhension ... !! Le principe de la course au forfait doit donc pouvoir être proposé !
a écrit le 09/04/2014 à 17:38 :
Le chercheur du cnrs, fonctionnaire, se rit de la précarité des taxis?
Réponse de le 09/04/2014 à 18:27 :
De quelle précarité parlez-vous? Celle des artisans taxis qui ont vendu à prix d'or une licence GRATUITE à des apprentis rentiers de la course?
Réponse de le 10/04/2014 à 0:21 :
" De quelle précarité parlez-vous? "

Pour une minorité qui a acheté il y a une dizaine d'année et revendu à prix d'or.
Mais que faites vous de ceux qui ont acheté à prix d'or et passe leurs journées à tenter de rembourser leur crédit et de payer leur RSI ?
a écrit le 09/04/2014 à 16:40 :
Les taxis UK servent le public, les taxis français ne servent qu'eux même.
Il faut supprimer le numérus closus sur les licences ; Le système qui consiste à revendre à prix d'or une licence donnée gratuitement par l'état ne pourra durer éternellement devant le manque de taxi et la mauvaise qualité du service fourni. Il faudra bien y passer et il ne sert à rien de reculer autant de fois l'inévitable.
Réponse de le 09/04/2014 à 17:55 :
Erreur. Les licences ne sont pas données gratuitement par l'état, mais achetées à prix d'or tant à Paris que dans les grandes villes de province. Certains artisans taxis s'endettent pour 10 ans, voire plus pour acheter cette fameuse licence.
Réponse de le 09/04/2014 à 18:32 :
@Loumijo

C'est faux! Les licences de taxis sont GRATUITES délivrées par les communes qui déterminent elles-mêmes le nombre de véhicules en circulation. Les conducteurs de taxis qui paient à prix d'or une licence n'ont qu'à se plaindre aux escrocs qui leur ont vendu une licence délivrée GRATUITEMENT. Apparemment ces conducteurs ne doivent pas si endetter au regard du prix du véhicule dans lequel ils circulent...
Réponse de le 09/04/2014 à 18:49 :
C'est faux : les licences sont données par l'Etat. Ce sont les chauffeurs qui les revendent, mais l'Etat n'en tire aucun profit. Bizarrement on ne parle pas de ces chauffeurs qui ont eu leur licence gratuitement et l'ont revendue à prix d'or!
Que les jeunes taxis s'endettent pour acheter leur licence, c'est tout à fait vrai, et on peut comprendre leur mécontentement. Mais c'est parce que d'autres chauffeurs plus agés revendent leur licence bien plus qu'ils ne l'ont achetée, pas parce que l'Etat impose une taxe.
Réponse de le 10/04/2014 à 0:41 :
La licence est gratuite et ne peut être vendu uniquement après 15 ans d'exploitation ! Mais un chauffeur qui la acheter à un autre qui la lui même assistance acheter à un autre et ainsi de suite peut la revendre au bout de 5 ans d'exploitation.
a écrit le 09/04/2014 à 16:24 :
Belle et utile présentation qui remet les choses à leur place.
En plus en Angleterre (en tout cas à Londres) les taxis sont comparativement moins chers et bien plus disponibles qu'à Paris, sans parler de leur amabilité sans commune mesure avec celle de leurs collègues parisiens
Réponse de le 09/04/2014 à 17:16 :
Pareil, Je me suis retrouvé coincé à l'aéroport à Stansted j'ai pris le taxi jusqu'au centre ville (1h d'autoroute à 2h du matin) et sa m'a couté 45 livres soit 55 euros
Je fais de l'aéroport de marignane à Marseille (environs 20mn d'autoroute) et sa m'a couté 65 euros ... - A Barcelone je n'ai fait que de petit trajet mais nettement moins cher aussi qu'en France
Réponse de le 09/04/2014 à 18:39 :
Quand je vois ces commentaires j'ai envie de rigoler
Le taxi est moins cher à londres qu'à paris
Bande d'ignorants
Combien vous donne uber pour ainsi denigrer les taxis?
Vous croyez que le gens n'ont pas compris votre manège
Réponse de le 09/04/2014 à 20:33 :
C'est vrai, je confirme les taxi sont plus chers en france et en plus ils aiment les détours. Un peu de concurences loyales ne fera pas de mal a ce petit monde. Il me semblait qu'en France le monopole était interdit?
Cdt
Réponse de le 09/04/2014 à 21:34 :
Ils se font du fric sur le dos des clients. Une honte ces taxis français et en plus ça se plaint ! Quelle plaisanterie !
Réponse de le 10/04/2014 à 0:16 :
"ils se font du fric sur le dos des clients".

Ah oui, on devrait bosser gratuitement, c'est la solution.

Ainsi que tous les artisans et commerçants français.
Réponse de le 10/04/2014 à 15:34 :
Ils ont raison le service taxi parisien est tellement mauvais , qu il ne faut pas vous étonner messieurs. ..........taxi parisien=nouveau assisté français
Réponse de le 14/04/2014 à 10:14 :
L'état prend 5% sur les licence alor ce qui disent que l'état ne prend rien rensigner vous avant c'est incroyable comment des personne de permette de parler sans savoir

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :