Sommes-nous en 1937 ?

 |   |  1180  mots
Robert J. Shiller
Robert J. Shiller (Crédits : Reuters)
Comme en 1937, le pessimisme règne en Europe, après plusieurs années de crise. Il alimente les tensions géo-politiques qui, elles-mêmes, affectent la croissance et contribuent au pessimisme... Jusqu'où faire le parallèle entre notre présent et cette funeste période?

Huit ans après le krach boursier de 1929, en 1937, la situation prend un virage catastrophique, l'activité rechute lourdement. La reprise ne sera possible que grâce à une dynamisation économique considérable engendrée par la Seconde Guerre mondiale, conflit qui coûtera la vie à plus de 60 millions de personnes. À l'heure où surviendra enfin la reprise, la majeure partie de l'Europe et de l'Asie ne sera plus qu'un tas de ruines.

Des parallèles avec 1937: une inquiétude pour le long terme

Bien que le contexte mondial actuel soit sans commune mesure avec l'horreur de cette période, plusieurs parallèles peuvent être avancés, notamment par rapport à l'année 1937. Aujourd'hui comme à l'époque, les citoyens sont depuis longtemps déçus, et pour beaucoup plongés dans la détresse. Ils s'inquiètent désormais beaucoup plus de leur avenir économique à long terme. Or, cette inquiétude est susceptible d'engendrer de graves conséquences.

 Les déceptions sur la croissance peuvent engendrer des conflits

L'impact de la crise financière de 2008 sur les économies ukrainienne et russe pourrait bien par exemple avoir en fin de compte contribué au conflit qui y fait rage depuis peu. D'après le Fonds monétaire international, l'Ukraine et la Russie ont toutes deux enregistré une croissance spectaculaire entre 2002 et 2007 : au cours de ces cinq années, le PIB réel par habitant a augmenté de 52 % en Ukraine et de 46 % en Russie. Cette dynamique appartient désormais au passé : la croissance du PIB réel par habitant n'a atteint que 0,2 % en Ukraine l'an dernier, pour seulement 1,3 % en Russie. Le mécontentement suscité par cette déception pourrait bien en partie expliquer la colère des séparatistes ukrainiens, l'irritabilité des Russes, ainsi que les décisions d'annexion de la Crimée et de soutien des séparatistes de la part du président russe Vladimir Poutine.

 Comme à la fin des années 30...

Il existe un nom au désespoir qui alimente cette colère apparue depuis la crise financière - et pas seulement en Russie et en Ukraine - à savoir le terme de « nouvelle norme, » formule popularisée par le fondateur du géant obligataire PIMCO, Bill Gross, en référence à l'érosion des perspectives de croissance économique à long terme. Le désespoir observé après 1937 avait conduit à l'émergence de nouveaux termes similaires, parmi lesquels celui de « stagnation séculaire, » évoquant un malaise économique sur le long terme. Le terme « séculaire » nous vient du latin saeculum, qui signifie « génération » ou « siècle. » Celui de « stagnation » a pour connotation une sorte de marasme, véritable terreau des menaces les plus virulentes. À la fin des années 1930, les peuples s'inquiétaient également du mécontentement observé en Europe, qui avait d'ores et déjà contribué à l'avènement au pouvoir d'Adolph Hitler et de Benito Mussolini.

 Un risque de sous-consommation

Un autre terme apparu comme soudainement dominant aux alentours de 1937 fut celui de « sous-consommationnisme » - théorie selon laquelle l'inquiétude des populations serait susceptible de conduire les individus à épargner de manière excessive, dans un souci d'anticipation de lendemains difficiles. Or, le volume d'épargne souhaité par les individus excède les opportunités d'investissement disponibles. Par conséquent, le désir d'épargner ne s'ajoute pas à l'épargne globale en direction de la création de nouvelles entreprises, de la construction et de la vente de nouveaux immeubles, etc. Bien que les investisseurs puissent procéder à une surenchère quant aux prix des immobilisations existantes, leurs efforts d'épargne ont pour seul effet de ralentir l'économie.

La dépense découragée, l'économie fragilisée

« Stagnation séculaire » et « sous-consommationnisme » sont autant de termes trahissant un pessimisme sous-jacent, lequel, en décourageant la dépense, contribue non seulement à la fragilité de l'économie, mais suscite également colère, intolérance et potentiel de violence.

Dans son ouvrage majeur intitulé Les conséquences morales de la croissance économique, Benjamin M. Friedman a présenté nombre d'exemples de situations dans lesquelles le déclin de la croissance économique avait fait naître - de manière variable et plus ou moins rapide - l'intolérance, le nationalisme agressif, et la guerre. Il en conclut : « La valeur d'une élévation du niveau de vie ne réside pas seulement dans les améliorations concrètes qu'elle génère dans l'existence des individus, mais également dans la manière dont elle façonne l'identité sociale, politique, et en fin de compte morale d'un peuple. »

La croissance économique? Simplement vivre mieux que par le passé

Certains affirment douter de l'importance de la croissance économique. Pour beaucoup, nous serions peut être trop ambitieux, et aurions davantage intérêt à vivre une existence plus agréable et plus divertissante. Peut-être ont-ils raison.

Mais la véritable problématique réside dans l'estime de soi, ainsi que dans les processus de comparaison sociale, dont le psychologue Leon Festinger a expliqué qu'ils constituaient une tendance universelle chez l'être humain. Beaucoup s'en défendront probablement, mais nous passons nos vies à nous comparer les uns aux autres, et aspirons à gravir l'échelle sociale. L'individu n'appréciera jamais pleinement ses nouvelles opportunités de loisirs si ces opportunités semblent signifier son échec par rapport aux autres.

L'espoir de voir la croissance économique favoriser la paix et la tolérance se fonde sur la propension des individus à se comparer aux autres non seulement dans le présent, mais également par rapport aux souvenirs qu'ils ont de certaines personnes - parmi lesquelles leur propre être - au cours du passé. Pour citer Friedman, « À l'évidence, il est impossible que la majorité des individus s'en sorte mieux qu'autrui. Mais il est toujours possible pour la plupart des individus de vivre une existence présente plus prospère que leur existence passée, et c'est là précisément ce que signifie la croissance économique. »

 Les sanctions imposées à la Russie pourraient affecter l'activité en Europe

Le risque existe de voir les sanctions qui ont été imposées à la Russie, en raison de ses agissements en Ukraine de l'Est, engendrer une récession à travers l'Europe et au-delà. Ainsi pourrait-on aboutir à un monde de Russes mécontents, d'Ukrainiens mécontents et d'Européens tout aussi mécontents, dont la confiance et le soutien à l'endroit d'institutions démocratiques pacifiques seraient voués à s'éroder.

Bien que certains types de sanctions à l'encontre d'agressions internationales semblent nécessaires, il nous faut demeurer attentifs aux risques associés aux mesures extrêmes ou punitives. Nous aurions tout intérêt à nous entendre sur la fin des sanctions, à intégrer plus pleinement la Russie (et l'Ukraine) à l'économie mondiale, tout en combinant ces démarches à des politiques économiques expansionnistes. Toute résolution satisfaisante du conflit actuel n'exigera pas moins que cela.

Traduit de l'anglais par Martin Morel

Robert J. Shiller, prix Nobel 2013 d'économie et professeur d'économie à l'Université de Yale, a co-écrit avec George Akerlof l'ouvrage intitulé Animal Spirits: How Human Psychology Drives the Economy and Why It Matters for Global Capitalism.

© Project Syndicate 1995-2014

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/09/2014 à 17:32 :
En 1937, plus de chomage en Allemagne ! Volkswagen, IG-Farben, Krupp, Mercedes,
Messerschmitt, Siemens, Telefunken, AEG,............. tournaient a fonds !!!!!!!!
a écrit le 16/09/2014 à 13:54 :
De l'importance de relire un ouvrage commençant à accuser son âge mais trouvant valeur de modèle théorique propre à soutenir (malheureusement) les thèses avancées ci-dessus: "La fin de l'histoire et le dernier homme" de F. Fukuyama...
a écrit le 16/09/2014 à 12:30 :
Et il y a comme dans les annees 30 un impérialisme du système économique et banquaire dominant pour étendre ses zones de contrôle. Le système hégémonique mondiale en grave crise essaie vainement de se refaire une santé au risque de provoquer un conflit étendu. Ainsi va le monde...
Réponse de le 16/09/2014 à 16:08 :
Un cycle habituel du capitalisme, sommes toutes: croissance, spéculation, excès de capital, guerre, destruction, reconstruction..., croissance, spéculation, bulle, deleveraging, guerre, destruction, reconstruction..., a ce niveau de reproductibilité, ça devient presque génétique.
a écrit le 16/09/2014 à 11:30 :
la faute a qui ? pas aux ouvriers, mais bien aux spéculateurs a ceux qui on trouver le système de notation comme cela ils peuvent dégrader un pays le ruiner et d en empocher les bénéfices .l euro est en cause a 100 pour 100 , grâce aussi a cela certains ont pu empocher une petite fortune du jour au lendemain. jamais les riches non été aussi riches
rien que la chine de plus en plus de riches avec de plus en plus de pauvres , ce qui est occuper de ce préparer est une troisième guerre mondial
a écrit le 16/09/2014 à 10:31 :
2015 : Les taux d'intérêt augmentent et la dette française devient insoutenable dans un contexte déflationiste.
Les recettes fiscales baissent aussi le gouvernement est obligé de faire un prélèvement obligatoire "exceptionnel" de 2% sur les comptes bancaires courants et 1% sur les contrats d'assurance vie en euros. Vous n'y croyez pas ? vous verrez
Réponse de le 20/09/2014 à 12:34 :
Ce ne sera pas de 1 ou 2 %.. mais de 50 % au minimum si ce n'est la totalité.
a écrit le 16/09/2014 à 9:36 :
il est américain, il tient un discours américain.. la faute aux russes.. bin nân.. on est effectivement à la veille de 1870.. 1914..1938 et ici ce n' est pas l' empire français, prussien ou britanique qui cherche à perdurer mais l' empire us... et celui-ci est mort.
un nouveau système va apparaitre dont nous ignorons tout au même titre que ceux apparu quand les grands empires se sont éteint.. cela passera comme toujours par une case inéluctable, des ruines, du sang, des massacres et le gagnant sera le perdant. l' histoire est un éternel recommencement.
a écrit le 16/09/2014 à 9:09 :
La solution est dans la réduction de la population par restriction des naissances pendant plusieurs années.
La terre n'est pas assez grande pour fournir un train de vie occidental au monde entier.
Réponse de le 16/09/2014 à 20:06 :
Il me parait indubitable que ce sera le principal problème d'ici 2030 mais les dirigeants ne font rien en ce sens à part la chine par la force des choses.
Réponse de le 29/09/2014 à 12:30 :
@ Jean : ne vous inquiétez pas," ils" s'en occupent !
a écrit le 16/09/2014 à 5:41 :
Russie agression internationale? la Krimée a choisi librement par vote de rejoindre la Russie plus sûre (c'est la raison de l'intervention de Poutine) et mieux organisée que l'Ukraine, alors qu'il nous est interdit de quitter l'Europe. On est dans une économie mondialiste dépendante des transports et du pétrole qui est en crise dès que l'énergie se raréfie, il faudrait revenir à une économie nationale voire locale équilibrée, C'est finalement ce qu'avait essayé de faire Borlo, sauf que la recherche sur la fusion atomique et la robotique pourrait nous sortir de là, si elle aboutit, et permettre la poursuite de notre course en avant vers le progrès et le confort.
a écrit le 16/09/2014 à 4:24 :
un homme de grande valeur,a mon humble avis,a dit dans le passe,je cite(pour le bien de l'humanitee,il faudrait que cesse le LOBBY)dans la foulee,une personne mal intentionnee a essaye de le poursuivre en justice pour haine racial,comment l'humanitee peux-t-elle avance dans des situations pareiles,cet homme qui a ete ministre de l'economie FRANCAISE a quand meme reussi a hisser la FRANCE a un tel niveau economique que cela a permit aux socialistes de tenir deux septennats
a écrit le 16/09/2014 à 0:58 :
Faudra bien arriver un jour, joyeusement, au' sous-consommationnisme ' si on veux arrêter de massacrer la planète. Des lors toute comparaison avec les années 30 sont bidon car a l'époque où était la limite écologique ?
a écrit le 15/09/2014 à 20:28 :
Encore un qui veut supprimer Roosevelt des mémoires. Je ne suis absolument pas surpris, ceci écrit...
Réponse de le 16/09/2014 à 12:04 :
L'application du new deal retarda la reprise américaine. Les pays n'ayant pas appliqué de new deal a l'epoque ont vu une reprise plus rapide. Le new deal est largement vu par les économistes comme un mythe économique.
a écrit le 15/09/2014 à 20:08 :
La guerre est impossible en europe zonne la plus nucléarisée du monde et de loin .Il faudra donc faire sans.Il n'y aura pas de croissance en europe tant que les états européens n'auront pas purgés leurs problemes financiers issus de la crise .Dés que les deficits serront sous les 3 % ,il faudra s'attaquer à diminuer la dette jusqu'aux 60 % prévus du traité de Maastricht .Pour cela et avec une croissance faible il faudra une decenie supplementaire .Les états ne pourront plus hypothequer le futur comme ils l'ont fait avant ,car tout emprunt est une hypotheque sur le futur .Il va falloir gerer la penurie de croissance et s'organiser ainsi .La pression fiscale à un haut niveau serra la norme il faudra definir sur quelle assiette elle portera .Il faudra aussi trouver les moyens fiscaux mais risqués de faire sortir du bois une partie des 1500 milliards placés sur l'assurance vie pour l'orienter vers l'investissement .Le progrés social serra mis en berne mais il faudra lutter pour qu'il ne baisse pas et inventer de nouvelles solidarités .Les moyens d'actions de l'état étant limités ,il faudra que la société civile trouve en elle meme les ressources necessaires pour finacer ses difficultés .Considerer que les deux decenies à venir serront pauvres en croissance c'est decider de construire un nouveau paradigme socio économique ou tous les intervenants politiques ,syndicats ext....devront etre parti prennante
a écrit le 15/09/2014 à 18:35 :
ok ok, la derniere fois qu'un yankee a donne un avis avise sur la situation ailleurs que chez lui, ca a donne la guerre en irak..... apres ce bon mot au cousin yank, est ce que quelqu'un peut me donner une periode benie ou il n'y avait aucun probleme? non ... au moins maintenant on voit les pbs, c'est un bon debut, ca evite l'angelisme !
a écrit le 15/09/2014 à 17:49 :
"Les sanctions imposées à la Russie pourraient affecter l'activité en Europe. Le risque existe de voir les sanctions imposées à la Russie engendrer une récession à travers l'Europe et au-delà. Ainsi pourrait-on aboutir à un monde de Russes (mécontents), d'Ukrainiens (mécontents) et d'Européens (mécontents), dont le soutien à l'endroit d'institutions démocratiques pacifiques seraient voués à s'éroder."

En somme, si j'entends bien ce professeur d'économie à Yale, celui-ci préconise à notre gouvernement national de lever nos sanctions envers la Russie. Par ailleurs ce prix Nobel 2013 semble également préciser à notre endroit que l'intérêt des Européens va dans le sens de celui des Ukrainiens et des Russes. Je suggère d'en prendre acte.

Je suggère en outre aux lecteurs de faire un tour sur le site du Project Syndicate 1995-2014 (qui publie régulièrement).
a écrit le 15/09/2014 à 17:33 :
Malheureusement rien de nouveau. Comme en 1929, la reaction des gouvernants a ete mauvaise et donc produit des effets nefastes.
a écrit le 15/09/2014 à 17:30 :
suite 3. C'est le cas des charges sociales. Elles doivent être réparties sur le travail, sur le capital et sur l'énergie. Sur le travail crée du chomage; sur le capital décourage l'investissement; sur l'énergie protège le climat. Pensez-en ce que vous voulez. Merci.
Réponse de le 16/09/2014 à 12:00 :
"Protège le climat": et qu'est ce qu'il a le climat que l'on pourrait imputer à l'homme ? On n'est pas obligé de croire la propagande moyenâgeuse basée sur des modèles incomplets et nécessairement faux, à la base de la crise économique actuelle de la France (pour comprendre: lire la charte de l'environnement de 2004). Renchérir l'énergie, c'est appauvrir les pauvres et empêcher toute création de richesse, notamment par l'industrie. La dictature vert sang est un des principaux responsables de l'augmentation du déficit public (tramways, rond points, ralentisseurs poteaux chicanes etc pour ne parler que de la voie publique). Seule la réduction de ce déficit et de toutes les charges pesant sur le travail permettra au peuple de bénéficier des fruits de son labeur qui lui sont aujourd'hui tous volés alors que le travail est le seul vecteur d'intégration à un modèle sociétal. Je vous invite gepe à aller dans les quartiers où le chômage est majeur pour comprendre la communautarisation de la société actuelle.
Réponse de le 17/09/2014 à 8:20 :
Pour réduire les charges sociales, il faut trouver le plus grand consensus. Le climat en est un. Mais il y en a d'autres: les retraites, la dette, la rente nucléaire, la transition énergétique. On peut en trouver d'autres. Merci.
a écrit le 15/09/2014 à 17:15 :
suite 2. Les prix Nobel 2012 donnaient la clé pour mieux aborder ce problème. Ce n'est pas un problème lié à la somme mais à la répartition entre les termes de cette somme. C'est ce qui permet d'analyser l'économie qui comprend le travail, le capital et l'énergie. On oublie toujours l'énergie.
Réponse de le 17/09/2014 à 13:22 :
Ce principe correspond à la réforme fiscale proposée par Coe-Rexecode; on répartit les prélèvements sur la consommation, TVA ou énergie, sur le travail, (les salaires), et le capital.
a écrit le 15/09/2014 à 17:07 :
suite. L'énergie remplace le travail en assurant des gains de productivité; le temps de travail libéré est considéré comme du chomage alors qu'il s'agit d'un progrès que nous devrions utilisé plus utilement. A développer SVP.
a écrit le 15/09/2014 à 17:03 :
Je suis surpris que des prix Nobel n'évoquent pas le role de l'énergie dans le développement de l'économie. Qui peut le faire?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :