Comment la presse étrangère juge la politique économique française

 |   |  1250  mots
Emmanuel Macron
Emmanuel Macron (Crédits : Reuters)
LA CHONIQUE DES LIVRES ET DES IDÉES. Les correspondants de la presse étrangère en France sont plutôt optimistes pour l'Hexagone, selon l'enquête menée par la journaliste Lysiane Baudu, dans "Regards croisés. L'économie française vue par les correspondants étrangers" (éd. Ateliers Henry Dougier). Ils saluent le vent de réformes impulsées par Emmanuel Macron, mais constatent que le pays souffre encore de nombreuses pesanteurs. Bref il faut aller plus loin, plus fort.

Les Français sont « réconciliés avec l'entreprise et l'entrepreneuriat » ! Ce n'est pas la presse française qui l'affirme mais Thomas Hanke, du quotidien économique allemand Handelsblatt. « Le monde économique, à l'étranger, a un tout autre regard sur la France », ajoute son compatriote Christian Schubert, de la Frankfurter Allgemeine Zeitung (FAZ), tandis qu'Adam Roberts, de The Economist, constate que « les Français qui ont l'esprit d'entreprise auraient plutôt tendance à rester dans l'Hexagone ».

Parle-t-on vraiment de ce peuple que les études d'opinion classent régulièrement parmi les plus pessimistes au monde ? Qu'est-ce qui a changé ?

"Si on veut, on peut"

Interrogés par la journaliste Lysiane Baudu, les 20 correspondants de la presse étrangère en France, qui dans leur grande majorité portent un regard optimiste sur l'Hexagone (« Toute cette histoire du franco-français, c'est fini », lâche même Vaiju Naravane, du quotidien indien The Hindu) seraient-ils encore sous le charme de l'état de grâce macronien ? « C'est la première fois depuis que je suis venu en France, en 1994, qu'il y a une véritable volonté de changer les choses, et d'une manière intelligente », s'enthousiasme Leigh Thomas, de Thomson Reuters. Certes, « l'accélération récente des réformes a donné davantage de confiance aux investisseurs étrangers », relève Han Bing, de l'agence Chine nouvelle, quand Stephan de Vries, de RTL Pays-Bas applaudit : « Emmanuel Macron dégage l'impression que si on veut, on peut. »

En réalité, rappelle Richard Werly, du quotidien suisse Le Temps, « il y a eu une réhabilitation de l'entreprise depuis l'automne 2014 » (soit le budget 2015, le premier de Valls Premier ministre, comportant notamment montée en puissance du CICE et une baisse des taxes sur les entreprises) mais « le président Macron l'assume beaucoup plus que François Hollande auparavant », souligne malicieusement Anne-Sylvaine Chassany, du Financial Times.

A priori libéral

La plupart de ces journalistes ont un a priori libéral qui s'explique aisément, reconnaît l'auteure, longtemps grand reporter international à La Tribune : « Il est normal que les correspondants interrogés s'appuient, pour juger les réformes économiques françaises, sur le fonctionnement de l'économie de leur pays », dont l'économie est plus libéralisée qu'en France. Collaboratrice du journal italien de gauche Il Manifesto, Anna Maria Merlo, évoque même un « long parcours vers une normalisation de l'exception française ».

Voici pour la carotte. Mais il y a aussi le bâton. La plupart des correspondants sont optimistes pour l'avenir du pays mais beaucoup ne cachent pas leur frustration : « Avec tous les atouts qu'a la France, elle pourrait faire beaucoup mieux ! »

La perte du tissu industriel

Malheureusement, elle « reste encore une économie très administrée », déplore Anne-Sylvaine Chassany, du Financial Times, qui considère que « la France ne profite pas à fond de la reprise économique, car elle a perdu une grande partie de son tissu industriel ». La French Fab« Le fait qu'on emploie une expression en anglais veut tout dire ! Cela n'existe pas en français ! », ricane Alexey Tarkhanov, du quotidien économique russe Kommersant.

La France est-elle une startup nation ? Les confrères étrangers sont partagés. « Le mouvement des startuppers, nouvelle génération d'entrepreneurs de la French Tech, reste un phénomène assez circonscrit, assez parisien, même si d'autres grandes villes, comme Bordeaux, Toulouse ou Montpellier, sont également touchées », analyse Anne-Sylvaine Chassany, du Financial Times. Il faudrait non seulement que ce mouvement s'élargisse mais, en plus, que « la France ne soit pas juste une startup nation, mais une scale up nation », suggère Adam Roberts, de The Economist : les startups françaises ont du mal à atteindre la maturité, surtout à l'international. « Il suffit de regarder les licornes ! La plupart sont américaines, même s'il y en a quelques-unes dans les pays scandinaves et en Chine », observe Andrei Netto, correspondant du quotidien brésilien O Estado de S. Paulo.

 --> Lire : La French Tech va-t-elle enfin engendrer des licornes ?

Les handicaps français, les journalistes étrangers les discernent précisément. D'abord, un certain manque d'ambition. « Les Français n'attachent pas assez d'importance à la promotion de leurs activités », pense Han Bing, de l'agence Chine nouvelle.

Le problème du système éducatif

Ensuite, le système éducatif « forme de bons fonctionnaires, des académiciens et même des petits génies de la technique, mais ne forme pas pour une économie moderne », résume Enric Gonzalez, du quotidien espagnol El Mundo. Les « compétences sociales », l'« intelligence émotionnelle » ne sont pas valorisées, regrette Adam Roberts, de The Economist. Plusieurs correspondants étrangers fustigent un système devenu « élitiste et inégalitaire » à force de former des élites, qui de surcroît « fonctionnent entre elles », avec un « comportement normatif », selon les termes d'Ana Navarro Pedro, du magazine portugais Visao, regrettant que « le temps béni des Trente Glorieuses, qui offrait [des] occasions de monter dans l'échelle sociale, [soit] bel et bien révolu » - il est vrai que le pourcentage d'étudiants d'origine populaire admis à l'ENA, à Normale Sup et à Polytechnique a baissé de moitié entre 1968 et 1990. « Les Français sont obsédés par les diplômes », s'étonne Vaiju Naravane, de The Hindu ; « Les questions en France sont encore trop souvent : d'où viens-tu ? Qui sont tes parents ? Qu'est-ce que tu as étudié ? », renchérit Alexey Tarkhanov, de Kommersant - « Les mêmes questions qui se posaient chez lui, avant que la Perestroïka ne dynamite le système », remarque Lysiane Baudu... Si élitisme il y a, il a au moins un coté positif : « Nombre de cadres dirigeants, dans des entreprises du monde entier, sont français », insiste Adam Plowright, du service anglais de l'AFP, qui, moins sévère que ses confrères, salue aussi « la bonne formation des employés français - un élément essentiel pour les investisseurs étrangers ». Les solutions ? Multiplier par deux ou trois les diplômés des grandes écoles (Christian Schubert, FAZ), et, comme s'y attache le gouvernement, réformer la formation professionnelle, réorganiser et développer l'apprentissage (Thomas Hanke, Handelsblatt).

Le manque de fonds disponibles

Troisième handicap, le manque de fonds disponibles. L'auteure donne l'exemple de Price Minister, vendu aux Japonais faute de pouvoir se développer.

--> Lire Amélie de Montchalin : « Nous voulons doubler l'épargne des Français injectée dans les PME »

 Enfin, l'économie française souffre de la faiblesse de culture patronale de nos compatriotes : ainsi, « les startuppers français ne se voient pas dans la durée », se précipitant pour vendre après deux ou trois ans, juge Richard Werly, du Temps.

Il y a donc loin de la coupe aux lèvres. « Les changements sont limités, et n'ont rien de révolutionnaire ! », tranche Adam Roberts, de The Economist. Même la communication gouvernementale  ne trouve pas grâce aux yeux de plusieurs correspondants étrangers. La startup nation ? « Il faut distinguer entre la campagne de marketing gouvernementale et la réalité », grince Leigh Thomas, de Thomson Reuters. La French Fab ? L'expression a tout du « gimmick », soupire Anne-Sylvaine Chassany, du FT. Après des décennies de postures déclinistes (Valéry Giscard d'Estaing : la France, « puissance moyenne » ; François Mitterrand : « Contre le chômage, on a tout fait »), ne peut on pas au moins faire crédit au gouvernement d'accompagner des objectifs ambitieux par un volontarisme gaullien ?

(*) Lysiane Baudu, Regards croisés. L'économie française vue par les correspondants étrangers, éditions Ateliers Henry Dougier, 2018, 122 pages, 14 euros.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/07/2018 à 12:26 :
je me souviens de la prévision d'un économiste américain réputé (peut être J.Galbraight )qui voyait la France devenir la première puissance économique européenne à l'horizon des années 80/90 .
il avait oublié deux choses : la France n'a pas de ressources pétrolières , elle a payé plein pot les deux chocs pétroliers ; elle a une fonction publique qui confisque la majeure partie des gains du secteur concurrentiel .
rien n'a changé depuis cette époque , sauf que la fonction publique est encore plus obèse et la fiscalité plus confiscatoire en dépit des promesses et annonces de réformes
a écrit le 15/07/2018 à 9:45 :
Le problème de la presse étrangère :
ils critiquent «  mieux » la France que «  eux- même »
à croire qu’ils sont complètement «  out » pour les sujets chauds chez eux...
a écrit le 14/07/2018 à 20:07 :
exellent article la france forme tres bien ces cadres et ingenieurs mais il y a plus de volonte de ces jeunes d emtreprendre , beaucoup prefere allez ailleur pour prouver leurs capacite les emtreprises se plaignent qu ils ne trouvent pas de personnel MOIS JE CROIE QUE LES CONTRATS ET LES SALAIRES Y S ONT POUR BEAUCOUP ?LES ENTREPRISES PREFERENT AUSSI MIEUX RECOMPENCEZ LEURS ACTIONNAIRES PLUTOT QU A INVESTIR???
a écrit le 14/07/2018 à 17:51 :
Ce pays est une ploutocratie !
Réponse de le 14/07/2018 à 22:46 :
Alder, on t"a reconnu !
a écrit le 14/07/2018 à 17:50 :
Monsieur le Marquis c'est la preuve que c'est un agent de l'étranger.
a écrit le 14/07/2018 à 14:21 :
L'éducation nationale est une fabrique à crétins ( 92% de bacheliers ! ) . Le drame c'est que les jeunes et leurs familles croient à la multiplication des génies . Le bac est le certificat d'études d'antan et le vrai supérieur n'est au ouvert qu'aux mentions B et TB . Le troupeau est destiné aux emplois d'exécution avec ou sans bac souvent synonyme de précarité . Dans tous les pays c'est pareil sachant que les asiatiques sont meilleurs que nous et comme ils sont aussi les plus nombreux ...
Réponse de le 15/07/2018 à 4:16 :
Mais, les francais sont des genies. Et arrogants, voire pleins de morgue.
Exemple: un eleve francais dans un lycee francais a l'etranger recu au bac avec mention.
Le pere doit partir aux usa pour le boulot.
La famille suit. Caser la marmaille dans les ecoles et universites. La gros pb, le bac francais vaut peanuts, meme avec mention.
Papa pas content. Oblige de passer un examen d'evaluation ou le brilliant eleve note 16/20 aubac francais n'obtient qu'un 5 a l'exam us.
Papa decide de renvoyer le fiston chez les grands- parents. Tres colere.
a écrit le 14/07/2018 à 11:53 :
Depuis notre participation a cet union de dupes, la question "progrès" consiste a revenir en arrière pour que les autres puissent nous rattraper!
a écrit le 13/07/2018 à 23:06 :
Les correspondants étrangers qui baignent dans l'économie libérale confirment donc les bienfaits de celle ci, pour une " normalisation " ( ! ) de l'économie française . C'est ainsi que depuis une bonne vingtaine d'années, le virage libéral qui s'accentue avec Macron, bien soutenu par la politique de l'UE, fait rétrograder la France au 7 ème rang du classement des pays par le PIB, derrière l'Inde. Un a priori des journalistes assumé, qui ne soulève aucune question sur leur formation, leur recrutement dans les principaux médias (possédés par qui ? ), le pluralisme de l' information, ect ...There is no alternative , c'est bien connu .
Réponse de le 14/07/2018 à 9:02 :
Breaking news : les médias libéraux (en situation de monopole) sont d'accord entre eux : le régime de Macron est très prometteur pour le redressement de la France, parce que " quand on veut, on peut " . Na .
Réponse de le 15/07/2018 à 8:04 :
@henry: il n'y a rien de libéral dans la politique menée par MACRON; on se borne à gérer la pénurie en procédant à quelques ajustements à la marge. L'application du Libéralisme en France ferait une telle lame de fond qu'elle est inconcevable: imaginons le code du travail et la constitution suspendus; l'avantage serait l'adaptation immédiate de la société française aux implacables réalités du marché mondial, mais le prix en serait douloureux pour beaucoup. Est-on prêts à assumer ce risque? Au moment où notre Président une pataugeoire aux frais du contribuable, clairement: NON!
a écrit le 13/07/2018 à 18:26 :
Notre 5e république est aussi pour beaucoup dans notre manière de hiérarchiser notre société. Si nous étions dans une monarchie, ce ne serait surement pas une monarchie constitutionnel (bien qu'elle aient de gros défauts). Il faut dire, qu'elle à été proposé par un général...

La france souffre aussi de l'absence de dialogue social, conspuer sans cesse les sydicats et les obliger à signer sans dialogue ne sont sans doute pas la bonne méthode. La victoire de Macron sur les grèvistes SNCF n'est ni une victoire pour le dialogue ni une victoire pour l'image pour l'image des salariés. D'autant plus si on fait passer les français pour de dangeureux communistes à moustache alors qu'ils sont en réalité de dure travailleurs bien diplômés (mieux qu'en allemagne il me semble).

Autre grave problème de notre économie, le courtermisme absolu des dirigants de nos multinationnal qui va à long terme diminuer la compétitivité par l'absence d'investissement.
a écrit le 13/07/2018 à 17:33 :
Les français ne sont pas prêt à renoncer à la tutelle de l'état et à la servitude volontaire, autrement dit à la liberté. Ils ne savent que conspuer tout ce qui se rattache au mot "libéral". S'ils tolèrent l'entreprise nouvelle, c'est à condition qu'elle soit labellisée, subventionnée, emprunteuse à la BPI, donc soumise à l'Etat et contrôlée par l'administration. La disruption et l'échec ne sont pas permis, car c'est la collectivité qui paie paraît-il?
a écrit le 13/07/2018 à 16:55 :
"La plupart de ces journalistes ont un a priori libéral qui s'explique aisément, reconnaît l'auteure"

C'est clair, à 99% environ.Cela doit être des classes aisés dans leur propre pays qui profitent des réformes libérales , un peu comme nos CSP+ ici qui votent Macron pour détruire le peu acquis qu'ils restent aux salariés.
a écrit le 13/07/2018 à 16:34 :
"François Mitterrand : « Contre le chômage, on a tout fait »), ne peut on pas au moins faire crédit au gouvernement d'accompagner des objectifs ambitieux par un volontarisme gaullien ?"

Ou plus facilement critiquer le principe des shadocks qui fait qu'on creuse toujours même si on ne trouve jamais.

"Si vous ne trouvez plus rien cherchez autre chose." B. Fontaine

Etes vous donc tous devenus des crétins finis seulement motivés par leur avidité ?
a écrit le 13/07/2018 à 15:48 :
Les Français sont « réconciliés avec l'entreprise et l'entrepreneuriat »...

La réalité c'est que beaucoup de monde, à commencer par les cadres voudrait s'affranchir de l'entreprise et du salariat qui est de plus en plus vécu comme une forme de servitude sans avenir.
Et c'est pas vraiment une réconciliation avec son entreprise quand on en est là.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :