Feux de Brousse : songe d’une nuit de printemps à l'ombre des azalées de l'Elysée

CHRONIQUE. Ingénieur, éditeur, observateur attentif des sociétés, du monde et des gens, Jean Brousse, corrézien, bretteur de mots, a publié "Deux mois ferme", collection de ses chroniques quotidiennes du confinement. Il tiendra dans La Tribune une revue du couvre-feu devenu reconfinement, intitulée comme il se doit Feux de... Brousse.

3 mn

(Crédits : Jean Brousse LT)

Les azalées de l'Élysée,
ou le songe d'une nuit de début mai,
ou les rêveries d'un leader solitaire ...

La nuit est tombée sur le château. Dans son bureau d'angle, le Président remugle ses pensées...

« Quelques sérieuses échauffourées le 1er mai, ça me rappelle le temps des gilets jaunes et des ronds-points. Pourtant Benalla n'était pas là ... Drames terribles à Rambouillet et Avignon, sempiternelle ritournelle de l'obsédante question sécuritaire, sur fond de radicalisme religieux et de guerre du deal. Mélenchon vocifère, Darmanin n'y peut rien ... Moi non plus. Je ne m'en suis pas si mal sorti, vendredi dernier, avec la presse régionale : un calendrier complet de sortie de crise, suffisamment précis pour satisfaire les impatients, suffisamment lâche pour tout permettre ... Les Français me sauront un jour gré d'avoir bien géré l'épisode sanitaire : « La confiance aussi bien dans le Président de la République (46%) que dans le Premier ministre (40%) reste stable ce mois-ci (Louis Harris, 30 avril) ».

Sondages, que de fantasmes nourris en vos noms ! Souvenons-nous : 12 janvier 1995, Le Monde publie: « Pour l'opinion, l'élection présidentielle est déjà jouée ». Jérôme Jaffré soi-même, pythie quasi-officielle confirmée des sondages, se laisse aller : « si Édouard Balladur est élu, le 8 mai prochain, on pourra dire que l'élection présidentielle était jouée avant même que d'être écrite » ! Ils vont bon train, les légistes du corps social. Le prochain duel Macron/Le Pen est solidement annoncé par tous et partout pour l'année prochaine.

Et voilà que Castex se mêle maintenant de politique, et passe un accord avec Muselier. Manquait plus que ça ! Il m'en fait voir, le poulain d'Édouard, comme ces vieilles barbes du haut conseil sanitaire, comme ces généraux pétitionnaires sur-galonnés et comme m'en a fait voir Édouard lui-même, avec ses 80 km/h et son âge pivot, l'homme à la barbe pie qui caracole immuablement en tête des palmarès.

Mais où est donc passé Stanislas ? C'était son boulot ! D'accord, la gauche est exsangue, et la droite est KO. Mais la REM existe-t-elle encore ? « P... , un an », comme l'aurait dit en son temps le « grand Jacques ».

Le Président s'assoupit ...

« Que faire de cette dernière année ? La seule perspective d'un nouveau débat de second tour avec l'hystérique du Rassemblement National me désespère. J'ai déjà donné. Il y a bien la commémoration de la mort de Napoléon et les vacances à Brégançon, mais ça n'occupe pas son homme. Biden a mis la main sur le climat et l'on souffre au Sahel. What else ?

Le 1er janvier, la France présidera l'Europe, pas mal. Je serai aux manettes. Angela ne mettra plus de bâtons dans les roues. J'ai presque fabriqué le grand emprunt communautaire. Le mandat de Charles Michel expire en mai 2022, celui de David Sassoli fin 2022. Tout va bien avec Ursula qui fait le job. L'Europe, un vrai champ de bataille à ma taille, maintenant que j'ai tout appris des souffrances de la France ?

Le jour se lève sur le parc, les azalées de l'Élysée s'ouvrent. Les camélias sont encore gaillards. Les jardiniers s'affairent et les canards s'ébrouent. L'agenda est bien rempli. Le silence du lieu, pour quelques jours encore sublimé par l'effet couvre-feu, calme et protège ».

Le président, qui « se couche avec ses doutes et se réveille avec des convictions reforgées (Selon sa Rencontre avec la PQR, 29 avril 2021) », murmure peut-être : « l'Europe, bien sûr ... Je pourrais aussi remonter sur les planches, ça rassure, bavarder du destin du monde avec Roosevelt et Mao Tse Toung, alias Joe et Li. Est-il là, mon futur, ou dans quelque autre nouvelle aventure ? Je ne peux pas par contre laisser la France orpheline. Il attrape son téléphone ; « Allo, Édouard ? Prêt ? » ... Et puis, Brigitte sera tellement contente...»


3 mn

Women for Future

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.