La mobilité sera inclusive ou ne sera pas !

OPINION. Sept millions de personnes rencontrent des difficultés pour se déplacer quotidiennement. Le projet de loi sur les mobilités, à l'ordre du jour ce mois-ci à l'Assemblée nationale, n'aura de sens que s'il s'agit d'un droit réel pour tous, y compris pour les personnes les plus fragiles. Par Florence Gilbert, directrice générale Wimoov.

3 mn

(Crédits : Didier Gouray)

Dans la France du XXIe siècle, 7 millions de personnes rencontrent des difficultés pour se déplacer quotidiennement (source : Laboratoire de la mobilité inclusive). Un quart des actifs et la moitié des personnes en insertion ont ainsi dû renoncer à une offre d'emploi ou à une formation faute de moyen de transport pour s'y rendre. Quant aux seniors, ils voient leur mobilité se réduire avec l'âge : 11% des personnes de plus de 75 ans ne peuvent même pas se déplacer une fois par mois.

Cette incapacité à se déplacer et plus largement à accéder à un ensemble de services (emploi, santé, services publics...), notamment en zone rurale, a été l'un des ferments du mouvement des « Gilets jaunes ». Malgré la résilience de ces personnes, leur capacité à s'entraider ou à innover à une échelle ultra-locale (covoiturage solidaire, livraison à domicile...), ce phénomène entraîne sentiment de déclassement et sentiment d'inégalité territoriale.

Mobilité inclusive : les grandes villes paradoxalement très concernées

La profusion d'offres de mobilité, notamment dans les zones urbaines, ne facilite pas pour autant leur accès. La preuve : dans Paris intra-muros, alors que l'offre de transports est incroyablement abondante et variée, pour les publics les plus exclus, un accompagnement, une formation, un contact humain sont nécessaires. Nos 20 ans d'expérience dans l'accompagnement à la mobilité nous ont permis de comprendre que les difficultés d'accès à la mobilité sont complexes et souvent composées de plusieurs freins. L'aspect cognitif ou psychosocial, bien qu'invisible, est présent pour une grande partie des personnes en difficulté que nous accompagnons : 20% de nos bénéficiaires ne savent pas lire un plan de transports par exemple.

Contrairement à une idée reçue, la mobilité inclusive ne concerne donc pas que les territoires ruraux ou fragiles. Les grandes villes sont aussi paradoxalement très concernées : 32% des résidents de l'agglomération parisienne déclarent avoir renoncé à se rendre dans un lieu inconnu par incapacité à construire leur itinéraire. Voilà pourquoi la formation à la mobilité et à l'accompagnement des plus vulnérables doit se composer d'actions d'émancipation individuelle et d'inclusion sociale et professionnelle.

La loi LOM doit être un droit réel pour tous

La capacité à se déplacer n'est pas innée : elle peut et doit s'apprendre. Nous accompagnons plus de 12.000 personnes chaque année vers une solution de mobilité adaptée et vers des droits auxquels ils peuvent prétendre. Sur l'ensemble du territoire, les tarifications solidaires ont actuellement un taux de non-recours proche de 60%, parce qu'elles sont méconnues et parce qu'elles ne sont pas toujours bien ciblées.

L'accès facilité au permis de conduire est une bonne idée pour certains, mais à quoi bon orienter certaines personnes vers une solution qui ne leur permettra pas d'atteindre une réelle autonomie ? Parmi nos bénéficiaires par exemple, à peine 1% sera ensuite en mesure d'acquérir et d'entretenir un véhicule. L'inégalité face aux questions de mobilité réside aussi dans une mauvaise compréhension des problèmes auxquels sont confrontés les plus fragiles de notre société. Le droit à la mobilité instauré par la LOM n'aura de sens que s'il s'agit d'un droit réel pour tous, y compris les personnes les plus fragiles. L'expérience montre en effet que les solutions de mobilité créées pour les publics fragiles finissent par bénéficier à tous. Le droit à la mobilité sera inclusif ou ne sera pas.

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 1
à écrit le 28/06/2019 à 8:54
Signaler
Pas facile de revenir sur le tout pétrolier imposé depuis des décennies par leur puissant lobby. Politiciens corrompus à la pelle...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.