Le libre-échange est mort ! Vive le libre-échange !

 |   |  1206  mots
Donald Trump veut mettre en œuvre une politique protectionniste
Donald Trump veut mettre en œuvre une politique protectionniste (Crédits : Reuters)
Comment sauver la mondialisation du déclin du multilatéralisme. Par Ferghane Azihari. Coordinateur pour European students for Liberty en région parisienne*, tribune co-signée avec le think-tank GenerationLibre

Les institutions multilatérales qui structurent l'ordre international en faveur de l'ouverture du commerce multiplient les signes de fatigue. L'organisation mondiale du commerce (OMC) est en hibernation depuis l'échec du cycle de Doha en raison de l'incapacité des gouvernements à s'entendre sur des standards commerciaux communs. La sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne (UE) risque de ralentir l'intégration économique du continent. Longtemps considérée comme une force libre-échangiste, l'UE doit aujourd'hui composer avec ses propres pressions protectionnistes locales. Les difficultés à ratifier l'accord commercial avec le Canada ou, dans une moindre mesure, la volonté de la Commission européenne de restreindre la circulation des travailleurs détachés d'Europe de l'Est pour satisfaire les forces protectionnistes d'Europe occidentale montrent à quel point l'agenda commercial européen est compromis, tant sur le plan intérieur que sur le plan extérieur.

 Trump, une nouvelle ère protectionniste

Aux Etats-Unis, l'élection de Donald Trump confirme l'avènement d'une nouvelle ère protectionniste. Le nouveau chef de l'administration américaine a multiplié les déclarations hostiles au commerce international. Le partenariat trans-pacifique ainsi que le projet de traité trans-atlantique sont tous deux considérés par le nouvel occupant de la Maison blanche comme contraires aux intérêts américains. Cette défiance ne s'arrête pas là puisque Donald Trump est allé jusqu'à demander une renégociation de l'Accord de libre-échange nord-américain (ALENA) tout en évoquant la possibilité d'une sortie des Etats-Unis de l'OMC. La récente nomination de Peter Navarro, un économiste bien connu pour son hostilité à l'influence grandissante de l'économie chinoise, à la tête du Conseil National du Commerce (une nouvelle instance rattachée à la Maison blanche) laisse entrevoir la possibilité d'une guerre commerciale conformément aux vieilles théories mercantilistes qui conçoivent le commerce mondial comme un jeu à somme nulle.

 La difficile défense du libre échange

La prédominance des idées protectionnistes sur le libre-échange a déjà longuement été expliquée, notamment par les théoriciens de l'école du choix public. La défense du libre-échange sur la scène médiatique et politique est difficile dans la mesure où ses bénéfices sont diffus quand ses coûts sont concentrés. Une telle configuration favorise les petits groupes de pression organisés qui ont plus d'incitation à dépenser du temps, des ressources et de l'énergie à faire du lobbying en faveur des barrières commerciales au détriment des consommateurs. C'est pourquoi les pressions protectionnistes sont rarement combattues par les forces politiques traditionnelles qui préfèrent radicaliser leur discours en espérant endiguer la montée des mouvements populistes. Mais l'efficacité de cette stratégie est incertaine puisqu'elle normalise les idées protectionnistes. Le problème de cette normalisation tient à ce qu'elle met en péril la sécurité internationale et la lutte contre la pauvreté dans le monde toutes deux soutenues par l'ouverture du commerce mondial ces dernières décennies.

 La réciprocité n'est pas indispensable

Fort heureusement, il est toujours possible de promouvoir le libre-échange en prenant acte du retrait probable de l'Europe et de l'Amérique de l'agenda commercial global. Le multilatéralisme n'est pas la seule méthode pour ouvrir les marchés. On peut même affirmer que l'approche multilatérale a longtemps été privilégiée en raison des instincts mercantilistes qui persistent malheureusement dans les cercles diplomatiques. Les traités commerciaux puisent en effet leur existence dans l'idée que l'ouverture du commerce ne peut s'effectuer que sur une base strictement réciproque. Les importations sont considérées comme des concessions tandis que les exportations sont vues comme étant l'alpha et l'oméga de la prospérité. Or, comme le disait Jacques Rueff, conseiller de Charles de Gaulle : « les hymnes à l'exportation (...) supposent de n'avoir pas conscience de l'inanité de toute distinction entre commerce intérieur et international. » Autrement dit, les importations, tout comme les exportations bénéficient aussi bien à l'économie locale qu'aux partenaires extérieurs.

 C'est d'ailleurs pourquoi la réciprocité en matière d'ouverture, bien qu'idéale, n'est pas indispensable pour mener une politique libre-échangiste. Une économie qui s'ouvre unilatéralement aux échanges internationaux bénéficie du jeu des avantages comparatifs indépendamment de la persistance des restrictions étrangères. Les populations accèdent à une plus grande abondance de produits de qualité à un prix réduit. La concurrence internationale permet d'optimiser la division du travail tout en encourageant une meilleure spécialisation des industries. Chacun devient plus productif. La production globale de richesses est accrue tandis que la pauvreté recule.

 Les "Corn laws", la réussite d'une  initiative locale

Il ne s'agit pas là que de théorie. L'abolition des lois céréalières (Corn Laws) en Grande-Bretagne en 1846 est un exemple emblématique de la réussite d'une initiative locale en matière d'ouverture commerciale. Pour prendre des exemples plus contemporains, Hong-Kong et Singapour sont régulièrement considérés comme deux des pays ayant unilatéralement mis en place les régimes les plus libéraux en matière de commerce international. La Nouvelle-Zélande a conduit des politiques similaires dans le domaine agricole vers la fin des années 80, soit bien avant la conclusion de l'accord multilatéral sur l'agriculture en 1994 dans le cadre de l'OMC (un accord qui n'a d'ailleurs pas mis fin au protectionnisme agricole des grandes puissances). Si ces trois derniers pays avaient attendu un consensus mondial pour ouvrir leurs marchés, ils auraient perdus plusieurs années voire décennies de développement économique.

Le reste du monde ne doit pas pâtir des replis européens et américains

 Il serait bien sûr naïf de croire que de telles initiatives pourraient être répliquées en Europe et aux Etats-Unis dans le court terme étant donné leurs situations politiques respectives. Mais la marche du monde vers le libre-échange et la prospérité n'a pas à être ralentie par ces pays. Les autres pays de l'OCDE, les pays émergents et même les pays en voie de développement n'ont pas à faire les frais de ces replis. Un rapport établi par la Banque mondiale en 2005 rappelle d'ailleurs que sur les 21 points de droits de douanes éliminés en moyenne dans les pays en voie de développement entre 1983 et 2005, deux tiers de ces réductions ont été portés par des initiatives unilatérales. Preuve s'il en est qu'il ne faut pas surestimer l'importance du multilatéralisme.

 Le déclin des institutions multilatérales au profit d'une plus grande subsidiarité n'anéantit pas l'espoir d'instituer un ordre international ouvert. La concurrence institutionnelle peut être le vecteur d'une saine émulation entre politiques commerciales afin d'encourager par itération la diffusion des succès locaux portés par les pratiques libre-échangistes. Il s'agit désormais d'un processus beaucoup plus crédible que le multilatéralisme qui, en raison du contexte politique, est voué à maintenir le monde dans l'immobilisme.

*- Ferghane Azihari. Coordinateur pour European students for Liberty en région parisienne, collaborateur chez Young Voices et contributeur régulier pour l'Institut Ludwig von Mises aux Etats-Unis.

- Tribune co-signée avec le think-tank GenerationLibre

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/01/2017 à 10:34 :
Le protectionnisme est la réponse à un commerce mondialisé dérégulé, mais il est aussi la réponse à un problème démographique. Le Monde est trop vaste et trop peuplé ailleurs qu'à l'Ouest. Le Monde de l'Ouest pourrait être submergé et disparaître. Le protectionnisme et la conséquence de la montée des nationalismes et des populismes, la voie la plus directe pour la guerre. Le Monde est à un tournant de son histoire démographique, les espaces vitaux se réduisent qui induiront inévitablement des tensions.
a écrit le 04/01/2017 à 23:26 :
"Hong-Kong et Singapour sont régulièrement considérés comme deux des pays ayant unilatéralement mis en place les régimes les plus libéraux en matière de commerce international."

Parce que ce sont deux paradis fiscaux.

" Chacun devient plus productif. La production globale de richesses est accrue tandis que la pauvreté recule"

Tellement ridicule comme affirmation. La pauvreté ne recule que lorsque les institutions politiques sont démocratiques.

"l'Institut Ludwig von Mises aux Etats-Unis"

Financée par David Koch et Charles Koch, deux milliardaires qui veulent supprimer toute aide sociale aux plus pauvres alors qu’ils sont parmi les plus grandes fortunes de la planète.
a écrit le 04/01/2017 à 17:25 :
Le libre échange oui le dumping social non, le problème est que les décideurs économiques et leurs serviteurs politiciens ne veulent pas les séparer.

Le chômage de masse est arrivé en même temps que le "village global" dont on nous parlait dégoulinant d'enthousiasme, il fallait être vraiment naïfs pour croire que les milliardaires de ce monde avaient comme but d'enrichir tous les peuples du monde, non ils voulaient seulement produire à pas cher afin de faire exploser les marges bénéficiaires.

A l 'ère d'internet on ne peut plus asséner des grands mensonges de trente ans d'existence.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :