Virus, télétravail et démobilité : quel avenir pour nos déplacements en ville ?

OPINION. La pandémie aura des changements durables dans notre rapport à la mobilité, c'est désormais une chose acquise. La généralisation du télétravail va accélérer cette tendance de fond tant et si bien que les villes devront adapter leur politique de mobilité. Une chance pour l'environnement et la qualité de vie si on en croit Ross Douglas, fondateur et directeur général du Salon Autonomy.

5 mn

Ross Douglas a fondé le salon Autonomy qui ouvre virtuellement ses portes le 19 et le 20 mai.
Ross Douglas a fondé le salon Autonomy qui ouvre virtuellement ses portes le 19 et le 20 mai. (Crédits : Reuters)

Depuis plus d'un an maintenant, la distanciation sociale et le confinement ont accéléré l'adoption des modes digitaux, affectant la manière dont nous travaillons, et par conséquent, dont nous nous déplaçons. Alors que les vaccins sont progressivement déployés à travers le monde, nous entrons désormais dans une nouvelle phase de la pandémie. À quoi ressemblera-t-elle et quelles seront ses implications pour la mobilité urbaine ?

Les trajets domicile-travail, ou l'angoisse des heures de pointe

Jusqu'à l'année dernière, le fait de se rendre sur son lieu de travail était souvent considéré comme une marque d'honneur, une façon de montrer à ses supérieurs hiérarchiques son implication et son sérieux dans ses missions. Une culture rigide du « présentéisme » qui a contribué à un des aspects les plus coûteux et les plus frustrants de la vie moderne : le phénomène de congestion du trafic aux heures de pointe.

Ainsi, en 2017, le coût des embouteillages atteignait 305 milliards de dollars aux États-Unis, en hausse de 10 milliards par rapport à l'année précédente[1]. À Los Angeles par exemple, un conducteur passait en moyenne plus de 100 heures par an au volant de son véhicule, bloqué dans le trafic. Un temps perdu équivalent à un coût de 2 828 dollars pour chaque conducteur et 19 milliards de dollars pour la collectivité ! Dès 2015, la circulation est ainsi devenue pour les habitants de la ville une préoccupation plus importante que leur sécurité personnelle, leur finance ou les coûts liés à leur logement[2].

Or, cette problématique de trafic aux heures de pointe existe également outre-Atlantique et n'affecte pas uniquement les automobilistes. En 2015, un banquier parisien a ainsi mené un groupe d'habitants périurbains mécontents à porter plainte contre les responsables des transports parisiens parce qu'ils ne pouvaient jamais arriver au travail à l'heure. Un exemple qui n'est pas anecdotique : en effet, en 2018, 76% des Parisiens étaient prêts à subir une baisse de salaire pour éviter la peine de leurs trajets quotidiens[3]. Pourtant, à la même époque, le vélo - qui s'est lentement imposé comme un moyen de transport pour se rendre au bureau - ne représentait que 4% des déplacements dans la capitale.

La pérennisation du télétravail, quand productivité rime avec durabilité

L'année de crise que nous venons de traverser a été marquée par la démocratisation à marche forcée du télétravail. Un travail à domicile qui s'est avéré plus productif que prévu et qui est donc là pour rester. En effet, nombreuses sont les entreprises, notamment parmi les multinationales ayant adopté des stratégies digital-first, à avoir annoncé qu'une grande partie de leur effectif resterait à domicile même après la pandémie. Un changement notable dans la manière de travailler, qui devrait entraîner une diminution drastique des voyages d'affaires d'une part, et des trajets domicile-travail d'autre part. Cela ne signifie pas la fin des bureaux, mais bien celle des heures de pointe.

Si en 2020, l'opinion publique a changé de point de vue à l'égard des heures de pointe, considérant ce temps passé inefficace et inutile, elle a également changé d'attitude à l'égard de la réduction des émissions de carbone, désormais jugée plus que jamais essentielle. Aussi, alors que de plus en plus d'États s'engagent dans des objectifs de neutralité carbone, il en va de même pour les entreprises. Toutes ces parties prenantes doivent désormais trouver les moyens de tenir ce cap. Or, la mobilité durable des collaborateurs s'avère ici être un axe d'amélioration clé pour y parvenir.

Le monde d'après, des déplacements en ville profondément repensés

Dans les prochains mois et les prochaines années, les différents facteurs évoqués plus hauts vont se combiner pour changer fondamentalement la façon dont nous nous déplaçons dans les villes. Côté entreprises, la flexibilité du travail sera de mise, les collaborateurs se souciant davantage d'optimiser leur temps que d'arriver au bureau à l'heure. Par ailleurs, la prospection commerciale sera davantage axée sur du contenu digital, les équipes terrain réservant à présent les réunions physiques aux rencontres prioritaires. Enfin, les voitures de fonction seront progressivement remplacées par des "portefeuilles de mobilité", ce qui réduira les coûts et les émissions de carbone. Et les transports publics dans tout cela ? Ils bénéficieront de ces mutations en ce qu'ils feront partie du mix multimodal et n'auront plus à supporter des coûts d'infrastructure massifs pour répondre à la demande aux heures de pointe.

Plus globalement, la possession d'une voiture sera radicalement réduite grâce aux nouvelles plateformes d'autopartage, permettant l'usage d'un véhicule sans les inconvénients de la propriété. Les ventes de vélos électriques vont continuer à exploser, mais les consommateurs achèteront de plus en plus de marques européennes de qualité plutôt que des produits bon marché importés de Chine. Paradoxalement, on peut s'attendre à un afflux de nouveaux véhicules électriques venus de Chine ou des États-Unis, et soutenus par des investisseurs qui cherchent à faire émerger la nouvelle pépite mondiale de la mobilité.

Autant de changements qui laissent ainsi présager à court terme l'émergence d'un paysage de la mobilité tout à la fois plus doux, plus durable, et surtout plus agréable pour les usagers !

__

[1] INRIX

[2] Selon un sondage du Los Angeles Times

[3] Selon une enquête RegionsJob.com

5 mn

Sommet du Grand Paris

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.