A l’épreuve du virus, la French Beauty veut revoir sa stratégie

 |   |  541  mots
Christophe Masson, directeur général de la Cosmetic Valley, qui représente 3.200 entreprises dont une bonne partie sont basées en région Centre Val de Loire et en Normandie.
Christophe Masson, directeur général de la Cosmetic Valley, qui représente 3.200 entreprises dont une bonne partie sont basées en région Centre Val de Loire et en Normandie. (Crédits : Reuters)
CHARTRES (28). Entre les changements d’habitudes des consommateurs, les enjeux sociétaux et les incertitudes à l’international, liés à la crise du Covid 19, la Cosmetic Valley, le cluster de la filière basé en Eure et Loir, organisera les Etats Généraux de la parfumerie-cosmétique le 15 octobre à Paris. Objectifs, fixer un nouveau cap et déterminer une stratégie claire pour la beauté made in France, qui emploie 250.000 salariés.

Pas moins de 400 contributions émanant de chefs d'entreprise, de chercheurs, de start-uppeurs ou de chefs de projets: la consultation en ligne lancée début juin sur les enjeux et les perspectives du secteur de la cosmétique a d'ores et déjà rencontré un bon écho. Ces propositions seront restituées lors des premiers Etats Généraux de la parfumerie-cosmétique, prévus le 15 octobre au cloître des cordeliers dans le sixième arrondissement de la capitale. Une dizaine de grands thèmes autour la production, de l'innovation, du commerce, de la recherche ou encore de la formation, sera abordée lors des débats qui rassembleront plusieurs dizaines...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :