The Bar Corner veut devenir le Tinder des bistrots

 |   |  274  mots
Illustration. 2.300 bistrots et brasseries, surtout français, seraient déjà présents sur The Bar Corner. CK Webapp ambitionne dès cette année d'atteindre 5.000 établissements référencés, et 15.000 à la fin de 2020.
Illustration. 2.300 bistrots et brasseries, surtout français, seraient déjà présents sur The Bar Corner. CK Webapp ambitionne dès cette année d'atteindre 5.000 établissements référencés, et 15.000 à la fin de 2020. (Crédits : DR)
La startup orléanaise CK Webapp, éditrice de l'application de recommandation de brasseries et de bistrots The Bar Corner, compte abonner 15000 établissements dans le monde d'ici à la fin de 2020.

Disponible depuis juin 2018 sur l'ensemble des stores digitaux, The Bar Corner, qui permet à partir de questions personnalisées de se voir proposer un établissement de sortie, a franchi cet été un cap décisif pour son développement.

Diplômé en finances de la Sorbonne, le fondateur, Julien Cuvillers, a implanté l'application dans 20 pays étrangers, en Europe, mais aussi en Asie (Chine, Thaïlande, Hong Kong et Singapour) et à Las Vegas.

Un levier important pour The Bar Corner qui revendique 100 000 utilisateurs au premier semestre 2019. L'internationalisation de son modèle doit lui permettre d'augmenter sensiblement les téléchargements via une hausse de l'offre de bars disponibles sur la plateforme.

Objectif : 15.000 établissements recensés d'ici 2020

Moyennant un abonnement compris entre 5 et 30 euros par mois, 2.300 bistrots et brasseries, surtout français, seraient déjà présents sur The Bar Corner. CK Webapp ambitionne dès cette année d'atteindre 5.000 établissements référencés, et 15.000 à la fin de 2020.

À l'appui de cette croissance exponentielle, Julien Cuvillers table sur la proximité de The Bar Corner avec le modèle de Tinder, devenue la première application de rencontres en Europe. Contrairement aux principaux acteurs du secteur des cafés, hôtels et restaurants (CHR), Tripadvisor et Booking pour l'hôtellerie, La Fourchette concernant les restaurants, la plateforme orléanaise affine la sélection et suggère, in fine, un seul établissement de sortie que l'utilisateur pourra ou non retenir.

Après une première levée de fonds de 500.000 euros, CK Webapp serait en train de finaliser une seconde opération d'un montant identique, sans toutefois préciser l'identité des business angels qui soutiennent l'aventure de la startup.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :