Logement à Paris : le dispositif pour lutter contre la vacance sera-t-il efficace ?

 |   |  729  mots
Personne ne sait combien de logements seront loués grâce à Multiloc.
Personne ne sait combien de logements seront loués grâce à "Multiloc". (Crédits : Reuters)
La Mairie de Paris et une agence immobilière ont signé vendredi la première convention « Multiloc », un dispositif qui vise à remettre les logements vacants sur le marché parisien à des loyers abordables.

Le dispositif « Multiloc » de la mairie de Paris est lancé. Il doit notamment permettre à des logements vacants de la capitale d'être remis sur le marché à des loyers modérés, c'est-à-dire abordables pour les classes moyennes. Le principe est simple : un propriétaire, qui accepte de louer un de ses biens immobiliers à un loyer inférieur de 20 % au loyer de marché par le biais d'une agence immobilière conventionnée « Multiloc », bénéficiera en échange de primes de la mairie de Paris.

Dans le 16e arrondissement, la maire Anne Hidalgo a ainsi signé une première convention « Multiloc » avec une agence immobilière, nommé « l'adresse - Pierre et Patrimoine ». Celle-ci a déjà trouvé un propriétaire-bailleur qui a accepté de louer un de ses biens immobiliers de 17 m² à un loyer qui sera inférieur à 400 euros, alors que le loyer de marché du quartier est normalement supérieur à 500 euros.

Plusieurs primes de la mairie pour le propriétaire et l'agence

La location ne pourra cependant se faire qu'une fois les travaux de rénovation effectués, sachant que ceux-ci enclenchent une prime de la mairie. Ainsi, au total, ce propriétaire devrait se voir octroyer une subvention de 9.000 euros de la Ville de Paris : 2.000 euros pour mettre son bien en location et environ 7.000 euros pour la remise en état de son logement qui est vacant depuis plus de 6 mois. Une surprime de 1.000 euros pourrait enfin lui être octroyée dans le cas où le diagnostic de performance énergétique du logement après rénovation s'avèrerait excellent. La mairie de Paris prendra par ailleurs en charge la garantie loyer impayé (GLI) à hauteur de 400 euros maximum par an pendant 3 ans.

L'agence immobilière sera pour sa part rémunérée à hauteur de 1.200 euros pour la captation du logement. Si la mairie met la main à la poche de la sorte, c'est qu'elle souhaite « attirer beaucoup de jeunes actifs » découragés par la cherté des logements à Paris, a expliqué la maire de Paris Anne Hidalgo, lors de la signature de la convention vendredi. Elle souhaite ainsi « favoriser l'emploi des jeunes cadres, notamment dans la nouvelle économie du numérique ».

Une démarche « très pragmatique »

La maire de Paris a par ailleurs mis en avant sa démarche « très pragmatique » dans la mise en place de ce dispositif. Car les fédérations des professionnels de l'immobilier et de propriétaires sont en général peu enclines à adouber et à participer aux dispositifs de locations à loyers modérés. Mais avec « Multiloc », les agents immobiliers apprécient d'être « reconnus comme légitime pour [leur] action, et même payés pour cela », explique Gilles Ricour de Bourgies, président de la Fnaim Grand Paris.

« La souplesse du dispositif qui offre un panel de primes adapté aux différentes situations des bailleurs est aussi l'un de ses atouts majeurs », ajoute Gilles Ricour de Bourgies. Bref, « Multiloc » est un dispositif incitatif plutôt que contraignant pour les propriétaires et les agences immobilières. Mais c'est aussi pour cette raison qu'il est aujourd'hui impossible de donner des chiffres précis sur le nombre de logements qui seront mis en location grâce à « Multiloc ». Anne Hidalgo se garde d'ailleurs bien de parler d'objectifs chiffrés.

Une portée hautement symbolique

Certes, ce dispositif ne devrait pas avoir d'effet significatif sur le marché de l'immobilier parisien. Mais il a le mérite d'avoir une portée hautement symbolique : participer à remettre les logements vacants parisiens (entre 40.000 et 100.000, selon les estimations) sur le marché à des prix abordables pour les classes moyennes. En effet, au regard de l'état de la crise du logement à Paris, il semblait indispensable d'agir sur la vacance. Or, force est de constater que tous les dispositifs précédents qui visait à lutter contre ce phénomène - basés le plus souvent sur un système de pénalité financière - ont échoué.

Il y aura, du reste, moins d'effet à attendre de « Multiloc » que de l'encadrement des loyers, qui s'applique à Paris intramuros depuis le 1er août pour tous les renouvellements de bail et les relocations du parc locatif privé parisien. Un dispositif que soutient fortement la maire Anne Hidalgo. Et s'il est destiné à limiter les « abus », il pourrait tout de même faire baisser les loyers d'environ 30 % des logements locatifs privés parisiens.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/10/2015 à 11:48 :
Comme d'habitude, on donne à ceux qui possèdent déjà, ainsi qu'aux agents immos à faible valeur ajoutée. A l'instar des bénéficiaires des logements sociaux, une poignée en profitera (tant mieux pour eux), les autres, par leurs impôts, payeront les rentiers sus-mentionnés.
Du reste, je ne crois pas que ce genre de mesure puisse changer la donne : Paris se vide, lentement, de ses habitants.
a écrit le 23/10/2015 à 2:52 :
Donc si je suis bien: au lieu de protéger les emplois et de lutter contre la finance (comme promis - une des bases sur lesquelles il s'est fait élire), le mec fait exactement le contraire.

Est ce que le mot "traître" convient?
a écrit le 19/10/2015 à 7:03 :
Dans ce cas, l heureux propriétaire a fait un bon choix : il " perd " 1200 €//an, les travaux sont payes, ce qui couvre la " perte" pendant environ 8 ans ( sans compter m avantage fiscal ) . Au delà des questions de principe déjà abordées, ce dispositif est tres cher ( budget envisage ? ).
a écrit le 18/10/2015 à 14:48 :
faut arrêter de subventionner des secteurs qui paralysent la France - l'immobilier étant le principal.
S'il y a un endroit à subventionner, c'est les secteurs qui créent de l'emploi - mais en aucun cas les rentiers.
a écrit le 17/10/2015 à 23:37 :
Pour lutter contre la vacance,

à l'évidence

il faut avant tout cesser d'endetter les français et les parisiens en alourdissant la dette abyssale de la France, des régions, des agglomérations, des villes pour subventionner et défiscaliser et subventionner l'immobilier ;

Les locaux vacants sont un cancer de la France, le seul traitement contre ce cancer des locaux vacants, c'est de les taxer très lourdement, à au premier impayé de ces taxes, de saisir préempté ces biens vacants au profit de l'Etat pour les remettre sur le marché,

c'est ainsi que la France et ses collectivités locales vont se désendetter.
Réponse de le 18/10/2015 à 4:22 :
Pas d accord , pourquoi encore fonctionner avec des aides .... Soviétisation de l économie mais d hidalgo ça ne m étonné pas... Il suffit de construire en hauteur à Paris car il s agit de Paris ici ... Construire et les prix baissent et la classe moyenne à la possibilité d acheter a des prix corrects et donc de louer à des prix raisonnable
Réponse de le 18/10/2015 à 12:05 :
@evidence: de toute évidence certaines choses vous échappent dans la fiscalité : un droit de préemption ne s applique que sur un logement mis en vente et donc non vaquant ..pourqoui refusez de dire les choses par leurs noms ? dites expropriation
a écrit le 17/10/2015 à 13:04 :
40 000 lgts x 5 000 € = 200 millions / 100 000 lgts x 10 000 = 1 milliard
donc quelle somme a été prévue et votée par le conseil municipal ??
Encore une usine à gaz ou les propriétaire recevront la subvention à la St glin glin.Sauf les premiers qui seront les propriétaires "témoins".Et y fait comment le proprio qui ne veut pas passer par une agence immo pour pas payer des frais d'agence en plus qu'il baisse son loyer et doit faire des travaux ???
a écrit le 17/10/2015 à 11:54 :
C'est encore le contribuable parisien qui va payer pour ces loyers modérés.
Il y a déjà le blocage des loyers et des augmentations massives des impôts locaux.
Le problème, c'est que l'on concentre 25 % de la population française sur 40 Km 2
et que le reste du pays est vide.
a écrit le 17/10/2015 à 10:41 :
Pour lutter contre la vacance, à Paris et partout en France,

il ne faut pas des subventions payées par le contribuable, les subventions c'est même très stupide

il y bien plus efficace, il faut en terminer avec cette rengaine des problèmes de l'immobilier en France

les solutions existent, de surcroît leur mise en oeuvre peut être immédiate,

il suffit de quelques ordonnances Présidentielles,

pas besoin d'attendre que le gouvernement Valls tergiverse, discutaille, bavarde inutilement sans fin ;

Taxer le plus lourdement possible, sans exception, toutes les surfaces locaux vacants sera salvateur car les rentiers seront placés devant 2 choix :

- 1er choix : remettre sur le marché de la vente ou de la location, le cas échéant en faisant des travaux de mise à niveau ce qui donnera beaucoup de travail aux entreprises du batiment ... au passage l'Etat bénéficiera des vertus de ces mises sur le marché :

a) ces travaux créeront des emplois en nombres massifs

b) les artisans auront beaucoup de travail

c) l'Etat encaissera des recettes de TVA

d) l'Etat aura moins besoin de construire

e) les prix de l'immobilier à la vente et à la location vont baisser grâce à ces remises sur le marché d'un énorme nombre de M² de surfaces habitables, la bulle immobilière sera terminée

2ème choix : les rentiers héritiers spéculateurs propriétaires récalcitrants devront payer les lourdes taxes sur la vacant ce qui produira de belles recettes fiscales pour l'Etat et les collectivités

Pour le reste,
Construire des logements neufs est inutile ;

De surcroît, il faut cesser de massacrer des terrains pour ériger des bâtiments qui font doublons avec l'existant vacant et des résidences secondaires inutilisées et ruineuses en équipements pour les collectivités locales.

Tous les besoins en logements, et même au delà, sont déjà érectés du sol de la France.
Réponse de le 17/10/2015 à 12:06 :
Entierement d'accord!
Réponse de le 17/10/2015 à 13:09 :
C'est ce qui est fait pour les terrains à bâtir qui sont lourdement taxés ,attendons de voir le résultat .De toute façons récupérer la tva sur des travaux sur un logt qui est quasi confisqué faut pas trop compter dessus ,les proprios sont pas idiots non plus.
Réponse de le 17/10/2015 à 13:34 :
@vacancitude : surtaxomaniaque a ressorti sa copie ! On vous a déjà explique que taxer et surtaxer ne fera jamais baisser les prix ou que l impot punition est inefficace ..même mme Hidalgo finit par le comprendre.
Réponse de le 17/10/2015 à 18:14 :
@ vacancitude: ou comment se rapprocher du système soviétique ...
a écrit le 17/10/2015 à 8:50 :
Les subventions allouées par la ville de PARIS me semblent démesurées dès lors qu'ils existent des organismes HLM plutôt que de subventionné les immeubles privés.
Cette commune, qui semble avoir beaucoup d'argent pour subventionner le parc privé, devrait plutôt aider les bailleurs sociaux mais surtout concentrés par exemple ce budget à l'acquisition de locaux vacants pour les mettre à disposition d'opérateurs immobiliers qui se chargeraient d'un remise en état et donc l'utilisation de beaux emphytéotique.
Réponse de le 17/10/2015 à 10:31 :
vu de loin, seduisant mais....
-garantie de loyer limité a 3 ans et pas toute la durée du bail.
-parasitage des agences immo couteuses et inutiles
alors que le contrat bailleurs/locataires pourrait se faire
directement a la mairie de Paris.
deux points d'achoppement en ce qui me concerne.
quand au "social" bien plus couteux....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :