Les madeleines Jeannette veulent conquérir la Chine

 |   |  543  mots
Le plan de Georges Viana : faire des madeleines Jeannette un produit de luxe, comme le macaron.
Le plan de Georges Viana : faire des madeleines Jeannette un produit de luxe, comme le macaron. (Crédits : DR)
Après avoir été liquidée, la plus vieille biscuiterie de Normandie connaît une seconde vie depuis que son repreneur, Georges Viana, a fait appel au financement participatif.

« Aujourd'hui, 32 salariés travaillent pour la biscuiterie Jeannette et une trentaine de salariés en situation de handicap se charge, en sous-traitance, du conditionnement des madeleines que nous produisons. Notre activité représente donc une soixantaine d'emplois alors que tout le monde disait qu'elle n'avait plus d'avenir il y a quelques années », explique Georges Viana, avec une pointe de fierté dans la voix. L'actuel dirigeant de la biscuiterie caennaise, la plus ancienne de Normandie, a volé à son secours en 2014 alors que l'entreprise avait été liquidée quelques mois plus tôt, mettant au chômage 37 salariés.

Un appareil de production trop vétuste

« La biscuiterie Jeannette a été créée en...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :