Autoroute : contre l’avis de la Métropole de Rouen, Matignon valide le contournement Est

Malgré l’opposition des élus de la métropole rouennaise, Jean Castex annonce qu’il lancera en janvier l’appel à candidature pour la concession de la liaison autoroutière A28/A13 censée désengorger la préfecture de la Normandie.

3 mn

Le coût de la construction du périph' autoroutier rouennais est évalué à 886 M€ dont 396 à la charge du futur concessionnaire, le reste étant apporté par l'Etat (245 M), la Région (205 M) et le Département de Seine-Maritime (40 M)
Le coût de la construction du périph' autoroutier rouennais est évalué à 886 M€ dont 396 à la charge du futur concessionnaire, le reste étant apporté par l'Etat (245 M), la Région (205 M) et le Département de Seine-Maritime (40 M) (Crédits : DR)

Le lobbying insistant de la région Normandie et du département de Seine-Maritime, épaulés par une partie des milieux économiques favorables au projet, a donc fini par payer. Matignon a fait savoir mercredi, par voie de presse, que le gouvernement engagerait dès le mois de janvier la procédure qui doit conduire d'ici deux ans à la désignation d'un concessionnaire pour la liaison autoroutière A28/A13, connue sous le nom de contournement Est de Rouen. La fin annoncée des véhicules thermiques rebat les cartes, argumente en substance le Premier ministre dans un entretien au quotidien Paris Normandie.

Attendue de longue date par ses partisans, la décision constitue la première étape avant le lancement de la construction de ce tronçon à péage d'une quarantaine de kilomètres, maillon manquant de l'axe Calais-Bayonne fléché, en 2019, parmi les chantiers prioritaires de la Loi d'Orientation des Mobilités (LOM).

La Métropole rouennaise était contre

Comme il fallait s'y attendre, la pilule passe mal chez les opposants. En déclenchant le feu vert, Jean Castex inflige un camouflet aux élus de la majorité PS/EELV de la Métropole rouennaise (MRN). En février dernier, ils s'étaient prononcés contre ce projet vieux de cinquante ans, déchirant au passage le chèque de 66 millions d'euros promis sous la mandature précédente. Nicolas Mayer Rossignol, président de la MRN, avait pourtant pu croire l'idée enterrée après les déclarations de la ministre de l'Ecologie, Barbara Pompili. Laquelle avait assuré, à la suite du vote, que le gouvernement n'avancerait pas « contre les collectivités ». Dix mois plus tard, c'est la douche froide pour ce proche d'Anne Hidalgo qui ne décolère pas.

« Dans le contexte actuel, la priorité est-elle vraiment de financer pour près d'un milliard d'euros 41 kilomètres d'autoroute (soit l'une des autoroutes les plus chères de France), avec un péage au tarif prohibitif, et générant 50.000t de CO2 en plus par an ? La réponse est dans la question », fulmine t-il dans un communiqué.

L'amertume est aussi de mise chez les Verts, opposants de la première heure. Député européen, le normand David Cormand peste sur Twitter contre « un projet climaticide ». Quant au groupe EELV de la Région, il dénonce « un choix d'un autre siècle ».

Le Oui de Jean Castex risque aussi d'être mal vécu sur les bancs du département de l'Eure présidé par le ministre des Outre-mer, Sébastien Lecornu. Ce dernier s'est toujours montré peu enthousiaste à la perspective de cette saignée dans plusieurs espaces naturels de son territoire. Il avait d'ailleurs refusé d'apporter son obole au plan de financement, malgré les appels du pied de l'Etat. Occupé à éteindre la crise sociale dans les Antilles, il reste silencieux pour le moment. La politique a ses raisons...

La région Normandie et la Seine-Maritime à la fête

En revanche, l'ambiance est à la fête au sein des exécutifs de la région Normandie et du département de la Seine-Maritime. Lesquels avaient volé au secours du projet en votant une rallonge de leur participation pour compenser le désistement de la Métropole. Hervé Morin n'hésite pas à parler d'un « jour historique ». Même enthousiasme chez Bertrand Bellanger, seul patron de département français ouvertement pro LREM qui salue ce cadeau de Noël inespéré.

« Les fenêtres du pavillon pédiatrie du CHU de Rouen ne verront plus passer les milliers de camions qui traversent chaque jour l'est de la ville », commente-t-il.

Reste qu'il coulera encore pas mal d'eau sous les ponts rouennais Corneille et Mathilde avant que ce contournement sorte de terre. Initialement programmé en 2024, le lancement des travaux n'est attendu qu'en 2027 ou 2028 pour une mise en service au début de la décennie 2030. Entretemps, rien ne permet de jurer que le  gouvernement qui sera nommé au printemps prochain mènera à bien la désignation du concessionnaire.

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.