First Light Imaging reconnue par la NASA

 |   |  592  mots
Le télescope spatial infrarouge, en phase de conception et dont le lancement ne devrait pas intervenir avant 2025, a été lancé par l'agence spatiale américaine en vue de déterminer l'impact de l'énergie sombre sur l'évolution de l'univers.
Le télescope spatial infrarouge, en phase de conception et dont le lancement ne devrait pas intervenir avant 2025, a été lancé par l'agence spatiale américaine en vue de déterminer l'impact de l'énergie sombre sur l'évolution de l'univers. (Crédits : DR)
La société spécialisée dans la fabrication de caméras scientifiques sensibles destinées à l’astronomie a été retenue par l’agence spatiale américaine pour contribuer au programme WFIRST, un projet de télescope spatial à infrarouge.

Créée en 2011 par cinq ingénieurs issus de trois laboratoires d'astrophysique (*) pour valoriser leurs travaux de recherche et commercialiser une caméra ultrarapide capable de saisir plus de 2 000 images à la seconde dans une obscurité quasi complète - la cadence usuellement utilisée est d'une centaine d'images par seconde - l'entreprise de Meyreuil (Bouches-du-Rhône) a signé ce lundi 19 mai un contrat d'étude avec la NASA relatif au programme WFIRST (Wide-Field Infrared Survey Telescope), un projet de télescope spatial infrarouge.

Déterminer l'impact de l'énergie sombre sur l'évolution de l'univers

L'étude de ce télescope de 7,6 tonnes, toujours en phase de conception et dont le lancement ne devrait pas intervenir avant 2025, a été lancée par l'agence spatiale américaine en réponse aux préconisations du Conseil national de la recherche des États-Unis (New Worlds, New Horizons - NWNH) en vue de déterminer l'impact de l'énergie sombre sur l'évolution de l'univers. Le programme aura également pour ambition l'étude des exoplanètes dans le bulbe central de notre galaxie à travers l'observation des lentilles gravitationnelles.

Reconnaissance

First Light Imaging a été retenue pour un premier contrat d'études par le laboratoire Jet Propulsion Laboratory, bras armé de la NASA pour tout ce qui est instrumentation. « La sélection par l'agence spatiale américaine est un processus très long nécessitant de nombreuses accréditations. Nous étions en lice avec d'autres entreprises américaines. C'est donc une première satisfaction d'avoir été reconnus pour notre expertise et cela nous permet de mettre un premier pied, espérant que cela préfigure d'autres contrats d'études voire ensuite de les accompagner dans la phase de conception », précise David Boutolleau, directeur général, co-fondateur de la société avec Jean-Luc Gach. La TPE (10 personnes) a notamment été sélectionnée pour "spatialiser" la caméra dans un premier temps : « L'instrumentation ne se comporte pas au sol comme dans l'espace. Dans un premier temps, il s'agit de s'assurer que les caméras du prochain télescope spatial soient opérationnelles une fois dans l'espace malgré les écarts de température et les vibrations au décollage. »

Des applications dans la biologie

Les caméras, développées par les ingénieurs des laboratoires avec l'industriel Anglais E2V Technologies pour répondre aux besoins de l'astronomie et de l'astrophysique dans le cadre du projet européen (OCAM Optical Infrared coordination network), équipent déjà le télescope Grantecan aux Canaries (le plus grand télescope au monde), un des télescopes du Very Large Telescop (VLT) au Chili, ainsi que plusieurs observatoires de Chine et de Corée. Mais la TPE, qui dispose d'une licence d'exploitation exclusive, cherche surtout à s'adresser à des marchés plus larges et selon David Boutolleau, la biologie et microbiologie pourraient offrir des débouchés pour les premières applications hors astronomie.

Un carnet de commandes d'une valeur de 3 M€

En 2013, First Light Imaging a réalisé un chiffre d'affaires de 1,350 M€ (580 K€ de C.A en 2012, 2 salariés) et présente un carnet de commandes d'une valeur de 3 M€ avec une visibilité jusque fin 2015. La société fut par ailleurs une des 55 lauréates en juillet dernier du 15e Concours national d'aide à la création d'entreprises Innovantes (CNACETI) organisé par le ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche et Bpifrance.

(*) Laboratoire d'Astrophysique de Marseille, Observatoire de Haute-Provence (CNRS - Aix Marseille Université) et l'Institut de Planétologie et d'Astrophysique de Grenoble (CNRS - Université Joseph Fourier)

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :