Le Web2day sort de sa bulle

 |   |  563  mots
(Crédits : DR)
La onzième édition du salon du numérique Web2day aura lieu du 5 au 7 juin à Nantes. Ce rendez-vous traditionnel du monde de la tech qui ambitionnait, l’an dernier, de mieux coller aux enjeux de société, se focalise cette année sur le recrutement, les RH et l’utopie numérique.

Un an après l'introspection de son dixième anniversaire où le Web2day ressentait le besoin de se réinventer pour devenir plus humain, plus social, plus féminin... et mieux coller aux enjeux de société, le rendez-vous du monde de la tech nantais veut sortir de sa bulle. «On a tenu à responsabiliser les acteurs de la tech pour qu'ils aient conscience de leur impact sur l'environnement, au sens écologique, sociétal, culturel et économique. Il était essentiel que l'on mette cette question au centre des actions proposées par les entreprises et que le Web2day amène à réfléchir sur les manières de favoriser l'inclusion, la mixité, des projets à impact positif »,explique Adrien Poggetti, délégué général du Web2day (W2D). D'où le thème retenu : « Peut-on construire l'utopie numérique ? » Une question soumise aux participants, aux startups, aux investisseurs et aux conférenciers appelés à encourager laréflexion sur les modes de consommation et de production.

Si les geeks trouveront toujours des ateliers pour aborder la tech, la programmation se veut plus douce, plus humaine. « On y parlera toujours IA, mais Roxane Varza, directrice du campus de startups Station F, viendra parler de valeurs plutôt que de revenus, la journaliste Judith Duportail évoquera son enquête L'Amour sous algorithme, qui a livré les secrets de Tinder. Paul Duan, président de Bayes Impact, et Liza Belozerova, manager Europe à Google, s'interrogeront sur les modèles à choisir pour faire grandir les initiatives des Tech for Good », note Magali Olivier, cofondatrice et directrice opérationnelles du W2D qui accueille 200 conférences et 250 speakers. « On veut donner la parole à tout le monde et remettre les technos à leur juste place avec, aussi, des focus plus grand public sur comment élever ses enfants face à la tech, ou sur la micromobilité à l'intérieur des villes », assure-t-elle.

Un réduction pour les étudiants et les demandeurs d'emploi

Sur un espace resserré de 5.000 mètres carrés, ce festival sera centralisé autour des Nefs et de Stéréolux où seront aménagées des scènes en vis-à-vis pour mieux maîtriser les flux. Pour répondre aux pénuries de candidats auxquelles doit faire face l'univers de la Tech, un espace « Talents » de 150 mètres carrés dédié à l'emploi et aux problématiques RH a été construit en partenariat avec l'agence économique Nantes-Saint-Nazaire développement, qui focalise notamment sur les conditions d'accueil des nouveaux ou futurs Nantais. Un millier d'offres d'emploi sera proposé par les entreprises partenaires (Accenture, GFI, la Poste, ASI, Capgenimi...).

Pour ouvrir cet univers parfois perçu comme une nébuleuse, le W2D va abaisser le prix d'entrée des demandeurs d'emploi et des étudiants de 69 à 39 euros. Un effort financier consenti par la soixantaine de partenaires dont 20 à 30 % ont été renouvelés. De son côté, la filière French Proptech, lancée l'an dernier sur le Web2day, revient avec un démonstrateur de 200 mètres carrés où seront mis en exergue l'impact et l'intérêt de la digitalisation pour le secteur immobilier. Plus vert aussi, le W2D a décidé de supprimer les bouteilles d'eau en plastique offertes au speaker au profit de fontaines et de gourdes. Une goutte d'eau ? « De petits détails, mais ce sont de petites graines que l'on sème... », assure Adrien Poggetti.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :