Smart City : la région Île-de-France et l'État font cause commune

 |   |  417  mots
Le directeur général de la Caisse des dépôts, Didier Lombard, plaide pour le fléchage d'investissements en direction de la mobilité dans le cadre des fonds d'épargne.
Le directeur général de la Caisse des dépôts, Didier Lombard, plaide pour le fléchage d'investissements en direction de la mobilité dans le cadre des fonds d'épargne. (Crédits : Enedis)
La présidente du conseil régional francilien Valérie Pécresse a signé ce 18 septembre une convention de partenariat avec la Caisse des dépôts, avant de récompenser 21 startups avec la préfecture de Paris-Île-de-France.

Aménagement durable, économies d'énergie, mobilités... La ville intelligente était à l'agenda de Valérie Pécresse ce 18 septembre. D'abord avec la Caisse des dépôts (CDC) avec qui elle a identifié plusieurs priorités pour les trois prochaines années, puis avec le représentant de l'État en régions, avec qui elle a primé les lauréats de l'appel à projets Innov'Up Leader.

À l'hôtel de Région, Éric Lombard, directeur général de la Caisse, évoque le premier la question de l'efficacité énergétique : « La réhabilitation écologique, ça permet d'isoler et de faire baisser la facture ». La présidente du conseil régional francilien rebondit : « On a hérité de 200 lycées vétustes et de 20.000 gamins dans des Algeco. »

En matière de transports, le patron de la CDC annonce qu'il est « convaincu »  que les fonds d'épargne des Français, qui participent déjà aux politiques du logement social, pourraient être « mieux utilisés pour le financement des très grandes infrastructures ».

« Bonne nouvelle, nous sommes très preneurs ! » le coupe Valérie Pécresse. « Nous avons dû avancer deux fois 50 millions d'euros en 2016 et en 2017. Pour 2018, les rumeurs nous font état de 140 millions de sous-financement de la part de l'État. Nous sommes stressés. »

Une ingénierie respectueuse de l'environnement

Plus généralement, la CDC et la Région développeront ensemble des projets favorisant l'innovation urbaine et la cohésion territoriale.

« Le cœur de notre projet est de lutter contre les fractures, insiste Éric Lombard. Nous sommes très impliqués dans les politiques de la ville. Notre principal mandat consiste à être en soutien des élus. »

Une heure plus tard, à l'hôtel de Noirmoutier chez le préfet de Paris-Île-de-France, Valérie Pécresse félicite les 21 startuppers qui bénéficient de 100.000 à 500.000 euros de subventions dans le cadre d'une version territorialisée du Plan d'investissement d'avenir (PIA) III. Parmi les primés, principalement de jeunes pousses spécialisées dans les éco-technologies, que ce soit en termes de déplacement urbain ou de consommation électrique.

Le préfet Michel Cadot les érige même en exemples de ces filières stratégiques : « Les PME et ETI récompensées vont bénéficier d'un soutien financier public pour mener à bien leur projet innovant et contribuer à faire de l'Île-de-France un territoire en avance. » Et ce alors que la Région concentre 20% de la population, 30% de la croissance nationale et 40% de l'innovation.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/09/2018 à 19:39 :
bien, bravo, incroyable de raisonnements les plus fins ces grands politiques, mais peut-être il y a t il un petit problème à l’énoncé de cette thèse.
80% des français vont vivre d'ici 2020 dans les grandes villes, ne serait il pas temps de se poser des questions à ce sujet?
en conséquence un territoire complètement déséquilibré, le budget de l'état entièrement englouti par les problématiques de la concentration, routes, autoroutes et tout types de transports, écoles surchargées, banlieues de plus en plus lointaines, habitations concentrées et chères, qualité de vie au rabais, hôpitaux surchargés etc...
salariés en tension permanente dans et hors travail, sécurité sociale en grave déficit etc;;;
pourquoi ne pas envisager une politique d’homogénéité du territoire, avec les moyens de communication actuels déployer les activité vers les régions hors métropolisation, rendre une qualité de vie aux salarié dans les campagnes, réduire les tensions sociales, accéder à un immobilier bien moins cher et de qualité et refaire vivre bien des petites villes et villages qui n attendent que cela
bre,f quand la question est fausse, ne pas réfléchir à mieux entrevoir quelle est la bonne question avant tout raisonnement

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :