À Tours, Vinci expérimente pour les autoroutes un péage plus propre et plus rapide

Face à ses principaux concurrents Eiffage et Abertis, Vinci Autoroutes vient de lancer le premier péage en flux libre sur l'A 10 au nord de l'agglomération tourangelle. En ligne de mire, un déploiement sur l'ensemble du réseau du premier concessionnaire français d'autoroutes qui se heurte toutefois à des obstacles réglementaires.

3 mn

Sur 9.000 véhicules par jour en moyenne, plusieurs centaines d'automobilistes se seraient déjà inscrits etr les abonnés du télé-péage l'utiliseraient désormais à 75 %.
Sur 9.000 véhicules par jour en moyenne, plusieurs centaines d'automobilistes se seraient déjà inscrits etr les abonnés du télé-péage l'utiliseraient désormais à 75 %. (Crédits : Regis Duvignau)

Un second site pilote en free flow est d'ores et déjà programmé sur l'agenda de Vinci Autoroutes. L'échangeur sur l'A 837 de Tonnay près de La Rochelle, en Charente, sera également équipé avant l'été d'un portique intégrant caméras intelligentes et capteurs lasers. Nouveauté du dispositif en service depuis février à Tours-Nord, aucune barrière ne vient entraver le franchissement des véhicules qui peut s'effectuer à une vitesse de 50 km/h. Réservé aux abonnés au télé-péage, le free flow est également accessible via l'application Ulys de Vinci pour les autres automobilistes. Une fois inscrits sans frais particuliers sur l'interface digitale, ces derniers seront ensuite facturés en fin de mois comme les abonnés classiques détenteurs d'un badge.

En accélérant la dématérialisation et la simplification de ces process de franchissement des péages, Vinci poursuit trois objectifs principaux. D'une part, l'amélioration de la fluidité pour les trajets quotidiens mais aussi estivaux. Elle est facilitée par un débit annoncé de 1.200 véhicules par heure. D'autre part, l'émission de gaz polluants (C02) sera minorée grâce au passage sans arrêt des véhicules. Enfin, Vinci compte à la fois conquérir et fidéliser de nouveaux abonnés grâce aux services offerts par son application Ulys (suivi de la consommation de carburant, visualisation des trajets).

Reste à mesurer l'appétence de la clientèle pour le nouveau service. Selon Sébastien Peze, directeur régional de Vinci Autoroutes dans le Centre-Val de Loire, le bilan du premier mois d'exploitation à Tours-Nord serait largement positif.

Sur 9.000 véhicules quotidiens en moyenne, plusieurs centaines d'automobilistes se seraient déjà inscrits pour bénéficier du passage sans barrière physique et les abonnés du télé-péage l'utiliseraient désormais à 75%.

Vers un déploiement national

Le choix des gares de Tours Nord et de Tonnay par Vinci pour lancer l'expérience du free flow n'est pas dû au hasard. Le nouveau service s'adresse en premier lieu au trafic péri-urbain. Les futurs tronçons du réseau autoroutier équipés de portiques répondront à ce cadre sociologique des automobilistes. Et pour cause, la fraude peu importante auprès d'habitués dont l'identité est facilement traçable. La seconde phase du déploiement à l'ensemble du réseau, incluant les zones de transit sur lesquelles circulent les véhicules étrangers, s'avère nettement plus délicate.

Au plan national, la réglementation française ne permet pour l'instant que des sanctions limitées et non graduées pour les contrevenants. Le projet de loi mobilités, qui doit être voté courant 2019, devrait combler en partie cette lacune. Au plan européen, les échanges entre les pays concernant l'identité des conducteurs sont peu aisés, voire proscrits. Un projet de directive assouplissant ces règles de confidentialité pourrait toutefois voir le jour à l'horizon 2021. À la clé, la possibilité pour les États d'engager des poursuites vis-à-vis des automobilistes étrangers.

3 mn

Banque des Territoires | Partenaires

Les territoires qui se renouvellent face à la crise

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 2
à écrit le 24/03/2019 à 12:27
Signaler
Il faut payer une carte pour payer ! Du grand n'importe quoi, on marche sur la tête !!!!!!! Sous peu ... peut être une application gratuite sur portable, les dinosaures vont ils se réveiller ?

à écrit le 24/03/2019 à 9:11
Signaler
Sur le pont de Motala en Suède, à péage (5Kr = 0,5€), on roule comme sur la route, à 70km/h (pas 80 !) et des caméras prennent les immatriculations au vol. La facture est envoyée aux gens (pas encore vu arriver la mienne, immatriculation française ça...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.