Startups au CES  : une sélection triée sur le volet

 |   |  961  mots
La communauté French Tech au CES 2018 avec les startups, Mounir Mahjoubi, secrétaire d’état et Pascal Cagni Ambassadeur aux investissements internationaux et président de Business France.
La communauté French Tech au CES 2018 avec les startups, Mounir Mahjoubi, secrétaire d’état et Pascal Cagni Ambassadeur aux investissements internationaux et président de Business France. (Crédits : Presse)
Être accompagnée par Business France au CES de Las Vegas se mérite. Les critères de sélection sont stricts pour éviter les projets trop éloignés de l’objectif principal : présenter une innovation destinée à être industrialisée puis commercialisée.

«Business France est reconnu pour être l'organisme le plus sélectif pour aller au CES. Mon frère, entrepreneur lui aussi, m'a dit : il faut absolument que tu passes par Business France ! » explique Owen Simonin, fondateur de Just-Mining, une des 26 startups sélectionnée cette année. Une réputation de sérieux qui n'est pas usurpée. Dès 2014, Business France a préparé une quinzaine des 45 startups françaises présentes au CES de 2015. « Nous avons été les premiers à les accompagner selon le principe d'une sélection par concours, avec l'idée que nous ne pouvions aider sérieusement qu'un nombre limité d'entreprises », évoque Éric Morand, directeur du département Tech & Services. Pour décrocher le sésame vers Las Vegas, les candidats s'inscrivent sur la plateforme numérique f6s.com, remplissent un questionnaire, peuvent poster une vidéo, renseignent sur leur équipe, leur projet, les prix gagnés, etc. « Nous les évaluons selon trois critères principaux. D'abord, le côté innovant du produit ou de la solution. Puis la composition de l'équipe qui porte le projet. Et enfin le "time to market" (délai de mise sur le marché) », analyse Éric Morand. Attention aux produits déjà commercialisés qui risquent d'être refusés par la CTA (Consumer Technology Association), l'organisateur du CES, qui a sa propre liste de critères à respecter. Par exemple, le premier produit d'une entreprise doit avoir été lancé après le 1er janvier 2018. La technologie doit être démontrable sous forme de prototype ou de maquette logicielle. Les campagnes de crowdfunding, les précommandes et le stade bêta sont autorisés. Par ailleurs, les startups ne peuvent exposer plus de deux fois au sein de l'Eureka Park, ce pavillon où près d'un millier de jeunes sociétés innovantes espèrent séduire distributeurs, investisseurs et médias (6645 de 78 pays en 2018).

Le coaching, élément fondamental de la préparation

Chaque année, environ 150 startups font acte de candidature pour bénéficier de l'accompagnement et des conseils de Business France. Le processus de sélection débute mi-mai pour une participation à l'événement de l'année suivante. Les sociétés ont jusqu'à fin juin pour candidater et le jury se réunit en juillet. Les startups retenues sont prévenues et doivent s'engager fermement. Une liste d'attente d'une dizaine de jeunes pousses permet de remédier aux défections de dernière minute. Durant l'été, la sélection est envoyée au CTA pour validation. Le jury se réunit ensuite chez Business France pour procéder au choix des 25 à 30 candidats (26 cette année), plus une dizaine de Family&Friends. « Il s'agit de startups qui ont déjà exposé et dont nous pensons qu'il faut les accompagner dans la durée, et aussi des titulaires du pass French Tech, dont nous sommes membre fondateur, qui sont des pépites en hypercroissance », détaille le directeur du département Tech & Services. La liste finale est arrêtée début septembre. C'est le moment où se déroulent les deux journées de coaching, élément fondamental de la préparation. Comment réaliser le pitch le plus efficace, à l'oral comme à l'écrit ? Comment répondre le mieux possible aux médias français et étrangers ? Quelles sont les erreurs à éviter ? Oliver Ezratty, expert reconnu du CES, se charge de décrypter tous les rouages de cette manifestation unique par sa taille et son retentissement mondial « qui peut constituer un tremplin formidable pour une startup bien préparée » selon Éric Morand.

Industrialisation, distribution et douanes

Depuis trois ans, une séance de coaching consacrée à l'industrialisation a été ajoutée à la panoplie, pour aider les startups à optimiser cette étape cruciale et s'assurer une mise sur le marché la plus rapide possible. Un programme assuré par All Circuits, la Cité des objets connectés, ST Microelectronics, Captronic, Arrow et France Brevets. « L'aspect distribution et retail est également primordial. Souvent, les startups ne savent pas très bien comment gérer le cycle de vie de leur produit ou en déterminer le juste prix », ajoute Éric Morand. La session retail animée par Innov8 qui gère le réseau de magasins d'objets connectés Lick. Un VC (venture capitalist) franco-américain est chargé de la partie levée de fonds. L'aspect douanes, transport et propriété industrielle (avec l'INPI et France Brevets) est souvent négligé, alors qu'il est incontournable dans une économie mondialisée. Les Douanes ont ainsi mis en place une équipe dédiée aux startups. Très souvent, pour fabriquer et assembler un produit en France, on importe des composants d'Asie puis on exporte le produit fini. Or, suivant la catégorie, les droits de douane sont différents. Les startups parrainées par Business France bénéficient d'un stand au design soigné, installé dans un emplacement premium à la croisée des deux allées principales de l'Eureka Park. « Nos équipes aux US et en Asie sont aussi mobilisées en amont pour présenter nos startups et faire venir des visiteurs qualifiés (distributeurs, VC, presse...) sur leurs stands », conclut Éric Morand. 

..................................................................................................................................

Le jury du CES 2019

Myriam Beque, Head of WAI by BNP Paribas / Olivier Ezratty, auteur du Guide des startups / Emmanuelle Leclerc, ex- directrice marketing, La Cité de l'objet connecté / Pascal Ribot, Strategic Marketing & Market development at STMicroelectronics / Valerie Hochet, Director of Communications, INPI / Stéphane Bohbot, Founder & CEO, INNOV8 Group / Raphael Vautier, Business Development Manager - All Circuits / Hervé Naudin, Orange Partner & Startup program / Eric Morand, Tech & Services Director, Business France / Patrick Sellem, Account Manager Startup & Ecosystem, Arrow Electronics

PLUS D'INFORMATIONS SUR : https://www.businessfrance.fr/decouvrir-la-France

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :