Amazon veut faire décoller le livre numérique en France avec son Kindle

 |   |  520  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Bloomberg)
Le géant américain, qui a signé avec les cinq plus grands éditeurs français, dont Hachette Livre et Editios, va proposer 30.000 ouvrages en français.

Amazon débarque sur le marché français du livre numérique en lançant enfin sa liseuse numérique le Kindle. Et il entend bien faire décoller ce marché qui pèse moins de 1 % du marché de l'édition en France. Alors qu'aux États-Unis, porté en grande partie par le Kindle, qui revendique 80 % de ce marché, il devrait dépasser cette année les 10 %. « La lecture se développe aussi grâce au numérique et nous souhaitons activement participer à la naissance de ce marché en France », explique à « La Tribune », Xavier Garambois, président d'Amazon France. S'il se refuse à donner le moindre objectif, il rappelle qu'aux États-Unis, « Amazon vend désormais plus de livres numériques que de livres physiques... »

Pour bousculer les habitudes de lecture des Français, Amazon n'a pas hésité à proposer un prix très compétitif pour son Kindle, en pré-commande depuis vendredi sur le site d'Amazon : 99 euros. Un prix nettement inférieur à celui de ses concurrents qui, du Fnacbook au Reader de Sony, en passant par le Cybook du français Booken ou le Oyo de France Loisirs, sont tous vendus plus de 149 euros. Le Kindle d'Amazon n'a pas de version 3G (wi-fi uniquement), a une capacité de stockage de 1,5 gigaoctets, pèse 170 grammes et revendique une autonomie de un mois. Pour l'heure, le Kindle ne sera pas vendu dans les magasins « en dur » mais des négociations sont en cours avec des enseignes.

Pour imposer son Kindle, Amazon a enfin enterré la hâche de guerre avec l'édition française et a accepté de leur laisser la maîtrise du prix du livre numérique. Alors que les discussions étaient gelées, le vote de la Loi sur le prix du livre numérique en mai dernier qui assure au éditeurs le contrôle du prix a par ailleurs permis aux différents acteurs de se retrouver autour d'une table. Bilan : le cybermarchand a signé avec les cinq plus gros éditeurs français, Hachette Livre, Editis, Gallimard, La Martinière (Le Seuil) et Flammarion mais aussi avec des maisons de taille moyenne comme Albin Michel, des éditeurs de bande dessinné comme Dargaud ou Dupuis. Et il peut désormais s'attaquer au marché français, puisque sur les 800.000 titres disponibles sur le Kindle, 30.000 sont français alors qu'auparavant, le choix se limitait au catalogue gratuit de la bibliothèque Gallica...Amazon se refuse à donner la moindre information sur l'accord signé avec les éditeurs, mais de sources concordantes, il prendrait une commission de 15 à 30 % du prix de chaque livre.

Inquiétudes

L'arrivée du Kindle ne fait bien sûr pas que des heureux car Amazon, premier libraire en ligne avec plus de 60 % des ventes de livre papier sur Internet, s'est imposé par une politique de prix très agressive. La Fnac mais aussi les libraires indépendants ne cachent pas leurs inquiétudes. Mais chez Amazon, on ne change pas une politique qui gagne. « Comptez sur nous pour continuer à exercer la pression pour baisser le prix du livre et avoir ainsi l'offre la plus attractive pour nos clients », promet Xavier Garambois.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/10/2011 à 13:59 :

Peut-on trouver des livres de langues anglaises sur un Kindle édité par Amazon en France, et à quel prix ? Merci de votre réponse.
a écrit le 07/10/2011 à 23:02 :
Comment pouvez vous écrire : "Pour bousculer les habitudes de lecture des Français, Amazon n'a pas hésité à proposer un prix très compétitif pour son Kindle, en pré-commande depuis vendredi sur le site d'Amazon : 99 euros" quand ce même Kindle est vendu par ce même Amazon aux USA à 109$ ? Avec la parite ?/$ actuelle, son prix de vente normal ne devrait-il pas être de seulement 80 ? ?

Expliquer nous plutôt pourquoi Amazon a décidé de nous proposer un même produit 22% plus cher que son prix habituel.
Réponse de le 10/10/2011 à 10:40 :
Les prix US sont hors taxes (vu que la TVA éventuelle dépend de chaque état), donc il faut ajouter les 20% de TVA.
a écrit le 07/10/2011 à 7:29 :
Editis et pas EditiOs

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :