Etats-Unis : le bitcoin au centre de nouvelles enquêtes sur des transactions illégales

 |   |  331  mots
Sur Silk Road, fermé par les autorités judiciaires en 2013, l'on pouvait acheter de la drogue comme de faux passeports, mais payer seulement en bitcoins. (Photo: Reuters)
Sur Silk Road, fermé par les autorités judiciaires en 2013, l'on pouvait acheter de la drogue comme de faux passeports, mais payer seulement en bitcoins. (Photo: Reuters) (Crédits : Reuters)
Soupçonnés de liens avec un site de marché noir, MtGox et d'autres plates-formes d'échange de bitcoins font l'objet d'enquêtes de la justice fédérale américaine, révèle mardi The Wall Street Journal.

Plusieurs plates-formes d'échange de bitcoins, dont MtGox aujourd'hui en faillite, ont reçu une injonction à paraître devant le tribunal par des procureurs fédéraux de Manhattan cet hiver. Les autorités américaines enquêteraient en effet sur leurs liens éventuels avec un site de marché noir de produits illicites, Silk Road, a rapporté lundi The Wall Street Journal.

Les registres de MtGox requis par la justice

Les procureurs, ainsi que des agents du FBI, seraient en train d'examiner si les plate-formes faisant l'objet de l'enquête ont traité des transactions liées à Silk Road.  MtGox aurait notamment été enjoint de produire ses registres de transactions avec la clientèle ainsi que du matériel relatif à la sollicitation d'investisseurs. Interrogés par le WSJ, les avocats de Mt. Gox auraient toutefois refusé de commenter ces informations.

Le journal précise toutefois que les nouvelles enquêtes ne seraient pas encore suffisamment avancées pour tirer des conclusions quant à l'existence effective d'une connexion entre les échanges réalisées sur les plates-formes et Silk Road. L'identité des autres plates-formes de Bitcoin ayant reçu une assignation avec MtGox n'est par ailleurs pas connue.

Le propriétaire d'une autre plate-forme déjà poursuivi

Les bitcoins étaient la seule devise acceptée par Silk Road, où l'on pouvait acheter drogues et faux passeports, notamment. Bref, tout ce qui n'a pas cours légal. Le site a été fermé par les autorités judiciaires l'année dernière. Son créateur présumé, Ross Ulbricht, a été poursuivi pour diverses infractions et devra être jugé en novembre à New-York. Il a plaidé non coupable et nié être le créatuer de Silk Road.

En janvier, le procureurs avait déjà poursuivi Charles Shrem, le propriétaire d'une autre de ces plates-formes, BitInstant, pour blanchiment d'argent, rappelle le WSJ. Les procureurs le soupçonnent également de liens avec Silk Road. Il a aussi a plaidé non coupable et devra être jugé à New-York, en septembre.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 31/05/2014 à 3:20 :
Merci "lecteur".
a écrit le 20/05/2014 à 18:09 :
Petite correction : Silkroad à re ouvert ses portes.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :