3G et 4G : l'UFC dresse des « constats accablants », surtout pour Free et SFR

 |   |  605  mots
La qualité de la 4G est corrélée à la taille des villes auditées : Aix-en Provence, Bordeaux et Paris.
"La qualité de la 4G est corrélée à la taille des villes auditées : Aix-en Provence, Bordeaux et Paris." (Crédits : Reuters)
L’association de défense des consommateurs a mené une nouvelle enquête sur la qualité des services mobiles, concluant qu’elle s’est dégradée chez SFR et que les problèmes persistent en itinérance chez Free. L’UFC Que Choisir a relevé de grandes disparités de débit entre Paris et des villes telles que Bordeaux et Aix, moins bien loties.

« L'inadmissible mobilité de la qualité » : c'est le titre de la nouvelle enquête de l'UFC Que choisir présentée ce mardi matin, sur les services mobiles des opérateurs, en 3G et 4G également cette fois-ci. Dressant des « constats accablants », cette étude de terrain, menée par un prestataire technique spécialisé (Directique) le mois dernier, tire des conclusions proches de celle du régulateur des télécoms, l'Arcep, en juin dernier, avec un podium identique pour ce qui est de la 3G :

« Orange tire clairement son épingle du jeu (taux de qualité de 87,6%), devant Bouygues Telecom (83,3%). SFR (76,4%) monte sur la troisième marche du podium en montrant régulièrement des signes de faiblesses particulièrement marqués. Free Mobile (65,0%) offre la qualité de service la plus faible » relève l'association de défense des consommateurs.

Orange obtient à chaque fois les meilleurs résultats et meilleurs taux de qualité, tant en 3G qu'en 4G, Bouygues Telecom étant juste derrière l'opérateur historique.

Problème persistant d'itinérance sur Orange pour les abonnés Free

L'UFC observe un « fossé qualitatif » entre Free et les autres, le dernier entrant arrivant « très loin derrière », notamment en taux de navigations Internet réussies et maintenues pendant 3 minutes en 3G, à 35,2% contre 54,2% pour SFR, 67,7% pour Bouygues et 71,9% pour Orange. Mais l'association souligne que les problèmes déjà constatés par les abonnés Free Mobile en situation d'itinérance sur le réseau d'Orange persistent :

« Concrètement, par exemple sur le streaming vidéo, gourmand en bande passante, un abonné naviguant via l'itinérance aura 6 fois moins de chance de pouvoir l'utiliser dans de bonnes conditions que s'il passe sur le réseau propre de l'opérateur ! »

 L'association en appelle aux « autorités de régulation et judicaires de faire au plus vite toute la lumière sur les origines des restrictions constatées sur l'itinérance Orange utilisée par Free Mobile. Il est temps de faire la lumière et si besoin sanctionner. »

Les deux opérateurs se défendent de procéder à un quelconque bridage et se renvoient la balle, s'abritant derrière le secret des affaires de ce contrat commercial. Free Mobile fait-il des économies en bridant lui-même ? Orange limite-t-il la bande passante allouée aux abonnés de Free pour ne pas pénaliser les siens ? Free n'a en tous cas pas attaqué en justice son fournisseur ni sollicité l'Arcep en règlement de différend.

Paris mieux lotie que Bordeaux et Aix en débit 4G

Sur la 4G, sur laquelle l'Arcep ne s'était pas prononcée, des écarts qualitatifs assez similaires sont observés: cependant, Free (78,9%) passe devant SFR (72,1%), qui récolte « le bonnet d'âne » : seulement 47,9% de fichiers de 50 Mo sont téléchargés en moins de 30 secondes chez l'opérateur en passe d'être racheté par Numericable, contre 63,5% chez Free Mobile, 71,9% chez Bouygues et 91,7% chez Orange. Toutefois, le constat tient surtout à des disparités d'ordre géographique :

« La qualité de la 4G est en effet corrélée à la taille des villes que nous avons auditées (Aix-en Provence, Bordeaux et Paris). Ainsi, alors qu'à Paris le débit médian en téléchargement est de 35,1 Mbit/s, il tombe à 28,3 Mbit/s à Bordeaux pour chuter à 12,1 Mbits/s à Aix-en-Provence » s'indigne l'UFC.

Chez SFR, le débit tomberait même à 3,2 Mbits/seconde à Aix-en-Provence, « loin du débit théorique de 115 Mbit/s ! » L'opérateur avance qu'il n'avait pas encore "ouvert" la ville au moment de l'enquête, le mois dernier...

> consulter l'intégralité de l'étude de l'UFC

Article mis à jour à 10h45.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/10/2014 à 19:01 :
Je ne suis pas du genre à me plaindre, mais je suis passé chez Free Mobile étant déjà chez Free ADSL depuis quelques années maintenant.

Franchement, Free Mobile c'est un calvaire... en 3G ou 4G le débit n'est même pas suffisant très souvent pour aller récupérer mes mails ou envoyer des sms ( imessage ).
J'habite dans l'Oise et travail dans le Val d'Oise et c'est toujours pareil.

Le débit n'est pas plus rapide la plupart du temps que du Edge

Free Mobile devrait avoir honte de proposer un service d'aussi mauvaise qualité...
a écrit le 22/10/2014 à 11:31 :
mobilité ? oui dans les grandes villes.
je suis très souvent en déplacement dans des coins reculés de France, là où il y a encore des usines, 3G et 4G , on oublie et quelque fois on est content quand on peut simplement téléphoner.
a écrit le 22/10/2014 à 11:20 :
Free Mobile en 3 g , est vraiment une calamité sur Paris . J'envisage de payer 10 € de plus pour être convenablement satisfait. Comprenne qui pourra !
Réponse de le 22/10/2014 à 13:12 :
Ah ! ça manquait... Ouf ! presque à la fin des commentaires...
Vous êtes à Paris ? Là où on trouve du Freewifi en masse. mais vous préférez la 3G; bien. Si c'est pour télécharger des films, et/ou "streamer" sur Utuyau, grand merci à Free de vous limiter les débits, ce qui donne "de la bande passante" aux autres...
Quant à votre forfait, lâchez vous, allez y, investissez vos 10EUR. Mais merci d'éviter de prendre "La Tribune" pour un "Facebook".
a écrit le 21/10/2014 à 20:45 :
avec des forfaits a 2 euros rembourses par la secu, je ne sais pas ce qu'ils attendaient... quand on est pret a payer 7500 euros pour une voiture neuve, d'habitude, on a une dacia plus souvent qu'une ferrari!!! ....
et quand on plante des carottes, ce qui pousse... c'est des carottes, aussi surprenant que cela puisse paraitre !
Réponse de le 22/10/2014 à 10:35 :
Rien compris à votre raisonnement....
Réponse de le 23/10/2014 à 12:25 :
@ churchill : démo claire, on en a pour son argent !!. petit calcul simple : avec 10% de marge commerciale, combien il faut de clients sur l'hexagone pour financer les au moins 5 milliards qu'il faut mettre dans les réseaux sur 5 ans (pour un vrai opérateur, pas un sponsorisé par l'arcep en siphonant orange) ? 416 millions !!! et si les 4 opérateurs font de même, il faut 1,6 milliards clients sur l'hexagone !!! cherche l'erreur ! et donc qui paye ?
a écrit le 21/10/2014 à 11:54 :
et de TNT et des rayons cosmiques et des flux solaires de toutes natiures.....
Enfermez-vous dans votre cave !
je ne dis pas qu'il ne faut pas prendre certaines précautions mais il faut arreter avec ces clichés
Réponse de le 21/10/2014 à 12:29 :
4 antennes de téléphone et autre .... 10 avc dans la rue ! j'habite à la campagne (AVC également pour moi!)
Réponse de le 21/10/2014 à 18:50 :
Vous habitez à la campagne et il y a 10 avc dans votre rue ??? Lorsqu'on sait qu'il y a en moyenne 50 AVC pour 100 000 habitants. Statistiquement, il y donc 20000 habitants dans votre rue, ça serait pas des fois les Champs...Élysée votre rue ?
a écrit le 21/10/2014 à 11:36 :
Techniquement seul FREE est capable de brider l'accés à l'itinirance et sa motivation s'explique simplement afin limiter la facture payée à Orange dont une partie est proportionnelle au volume de données.
Evidemment il y aura toujours des " Experts ? " prets à vous démontrer que c'est Orange qui bride l'itinirance (qui lui rapporte!) car il ne pas supporter l'excés de trafic. et bien dans ce cas que FREE porte Plainte et pourquoi ne l'a t-il pas fait depuis longtemps ?
a écrit le 21/10/2014 à 11:23 :
Les fréquences 3,4, voir 5G sont proches de celles d'un four micro-onde .... mais chutttttttttttt ! Le fric règne en maître !
Réponse de le 21/10/2014 à 12:06 :
Encore un expert... Oui tout comme le GPS, les radars, le Wi-Fi, le Bluetooth, et même le dispositif d'écoute du bébé. N'importe quel objet connecté sans fil utilise les micro-ondes. Si vous ne vous reveillez que maintenant c'est clairement que vous faites partis des gens qui n'ont aucun problème jusqu'à ce qu'on leur dise qu'ils en ont un...
Réponse de le 21/10/2014 à 22:40 :
sauf que la puissance n'est pas la même... les fuites autorisées sur la porte d'un micro-ondes sont de 15mW et si c'est plus, il n'est pas vendable. Pour un téléphone mobile, la puissance maxi est de 2W, et elle est utilisée quand la réception est faible.
Et contrairement à un micro-ondes qu'on ne met pas contre la tête, le téléphone mobile est souvent utilisé ainsi...
a écrit le 21/10/2014 à 11:00 :
Un petit tour en Corse avec Bouygues, aïe aïe. Ma tablette m'indiquait la présence d'opérateurs concurrents, mais la couverture semble parcellaire (peut-être concentrée sur les zones à densité élevée ? Ile Rousse : 3G : zéro, pas d'accès internet pour voir que la SNCM part trois heures plus tôt, il faut bouger). Il y a deux ans, dans une zone encaissée, ai dû faire dix kilomètres pour téléphoner à feu ma mère (2G), sûr que le relief est un gros problème, voir la réception de la FM en circulant un peu partout......
A part sous l'émetteur TV de Bastia (joli panorama), le débit 3G+ est fluctuante, passe de H+ à G facilement. L'an prochain, ce sera avec un autre opérateur, voir si mieux.
Réponse de le 21/10/2014 à 12:11 :
Quand on part en Corse, ça doit quand même être cool de ne pas capter.......
Avec un peu tel paysage, on n'a pas envie d'être en embêté par le multimédia......
Réponse de le 22/10/2014 à 11:26 :
Il existe aussi des gens qui vivent en Corse et qui n'y sont pas en vacances! merci pour eux!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :