Gemalto en embuscade pour des actifs de Safran

Le spécialiste de la sécurité numérique regarderait des actifs vendus par Safran. Ce dernier a indiqué mi-mars qu'il se donnait six mois pour décider du sort de ses activités d'identité et de biométrie.
Olivier Piou, directeur général de Gemalto quittera ses fonctions fin août
Olivier Piou, directeur général de Gemalto quittera ses fonctions fin août (Crédits : © Gonzalo Fuentes / Reuters)

Gemalto regarderait des actifs vendus le cas échéant par Safran, a déclaré vendredi Olivier Piou, directeur général du spécialiste de la sécurité numérique.

Safran, qui se recentre sur l'aéronautique et la défense, avait annoncé mi-mars qu'il se donnait six mois pour décider du sort de ses activités d'identité (passeports) et de biométrie, indiquant qu'il pourrait les céder.

"Bien entendu, nous serions ravis de les regarder parce qu'elles entrent exactement dans notre stratégie de diversification et de transformation", a déclaré le directeur général, Olivier Piou, lors d'une conférence téléphonique avec les analystes à l'occasion de la publication du chiffre d'affaires trimestriel.

"Machine to machine"

Bien implanté dans la sécurité des paiements et des programmes gouvernementaux, Gemalto s'est développé dans le 'machine-to-machine' et la cybersécurité et est prêt à étendre encore davantage son périmètre dans le mobile et de le digital.

Olivier Piou a également noté que les équipes de Morpho, le pôle sécurité de Safran, ressemblent beaucoup à celles de Gemalto, "très techniques et impliquées", indiquant ainsi que son groupe saurait éviter un clash culturel et intégrer de manière fluide ses nouveaux collaborateurs.

"Mais il y a beaucoup d'opportunités qui sont apparues aux Etats-Unis et nous devrons choisir", a toutefois noté Olivier Piou, citant les cessions d'actifs auxquels Dell s'est engagé à la suite de son rachat d'EMC.

Safran avait en outre annoncé le 21 avril la cession de ses activités de détection au britannique Smiths Group.

Olivier Piou, artisan de la fusion entre Axalto et Gemplus qui a donné naissance à Gemalto en 2006, quittera son poste fin août et sera remplacé par Philippe Vallée, actuellement directeur général adjoint. Il a été contacté par le comité de nomination d'Air France-KLM qui cherche un successeur à Alexandre de Juniac, mais a décliné l'offre.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.