Apple, firme à succès, firme à procès

 |   |  812  mots
Apple a été au coeur de nombreux procès depuis sa création, notamment avec le géant sud-coréen Samsung / Reuters.
Apple a été au coeur de nombreux procès depuis sa création, notamment avec le géant sud-coréen Samsung / Reuters. (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Apple a été condamné, jeudi, à verser 3,4 millions de dollars à l'ingénieur japonais qui a créé le bouton Click Wheel, utilisé dans les lecteurs de musique iPods, commercialisés par le groupe américain. L'occasion de revenir sur les derniers procès qu'a affrontés ou qu'affrontera prochainement la firme informatique.

Et un de plus ! Apple a été condamné, jeudi 26 septembre, par le tribunal de Tokyo à verser 3,4 millions de dollars (2,5 millions d'euros) à l'ingénieur japonais qui a inventé le Click Wheel, le bouton de commande utilisé par Apple dans son lecteur de musique iPod. Après la création du Click Wheel en 1998, la société américaine avait contacté le plaignant pour lui racheter son invention, mais les négociations n'avaient jamais abouti. Suite à cette nouvelle condamnation, La Tribune revient sur les procès que la firme a dû affronter ces dernières années ou qu'elle affrontera prochainement.

> Apple devra payer 3,4 millions de dollars pour avoir copié le bouton de son iPod.

SAMSUNG, UN RIVAL À SA HAUTEUR

Il a fait couler beaucoup d'encre dans les journaux du monde entier. Le procès fleuve qui a opposé Apple à son concurrent Samsung s'est soldé par la victoire du groupe américain en août 2012. L'entreprise accusait le Sud-Coréen d'avoir copié un grand nombre de ses brevets.

Au total, 19 smartphones et deux tablettes Samsung étaient incriminés. Après trois semaines d'audience, le géant asiatique a été condamné à verser 1,05 milliard de dollars (775 millions d'euros) à Apple et à l'interdiction de commercialiser certains de ses produits sur le territoire américain. Le groupe a fait appel du jugement.

En avril dernier, la juge américaine Lucy Koh a revu le montant à la baisse. Elle a ainsi découvert que l'amende se basait sur de mauvais calculs et que Samsung ne devait payer en fait "que" 600 millions de dollars (442 millions d'euros). Si le procès en appel n'a toujours pas eu lieu, la guerre continue entre les deux géants.

Le 9 août dernier, le Sud-Coréen a été rappelé à l'ordre par la Commission américaine du commerce international, qui l'accusait d'enfreindre deux brevets d'Apple. Résultat : il a été contraint de retirer certains de ses mobiles de la vente aux États-Unis.

> Guerre des brevets : Samsung va déposer un recours après sa condamnation face à Apple.

ENTENTE SUR LES PRIX DES LIVRES ÉLECTRONIQUES

Chez Apple, on ne badine pas avec la concurrence. En 2010, le groupe américain s'est attaqué à Amazon en lançant l'iPad et sa bibliothèque de livres numériques sur sa plate-forme de vente iTunes. Il a alors passé un accord avec les principaux éditeurs pour augmenter le prix des livres commercialisés. C'est en tout cas ce qu'a conclu la juge new-yorkaise, Denise Cote, le 10 juillet dernier.

Les éditeurs concernés (le français Hachette Book, les britanniques HarperCollins et Penguin, l'américain Simon & Schuster) ont signé un accord à l'amiable avec l'État américain pour éviter le procès. Apple passera, lui, devant la justice, reste à savoir quand.

> Livres électroniques : Apple jugé coupable d'entente sur les prix.

LE JOUR OÙ STEVE JOBS A VOLÉ LES BEATLES

Si la pomme a semé la zizanie au jardin d'Éden, elle a aussi été source de conflit pour Apple, qui s'est inspiré du fruit de la tentation pour créer son logo. Sauf qu'il n'était pas le premier à y avoir pensé. En 1967 déjà, un groupe de rock britannique surnommé The Beatles créé l'entreprise Apple Corps Limited.

Quelques années plus tard, en 1978, les stars britanniques poursuivent Steve Jobs et sa société Apple Inc, lancée en 1976, pour violation de la marque, rapporte le site GNT. Après trois décennies de conflits et un ultime procès en 2007, Apple passe cette année-là un accord avec les ex-membres des Beatles et rachète la marque pour 500 millions de dollars (369 millions d'euros), racontait, en 2010, le magazine Les Inrocks

LE DEAL AVEC HTC : TU ME COPIES, JE TE COPIE

Apple n'a pas eu que des problèmes avec Samsung. En 2010, le Taïwanais HTC (High Tech Computer) l'a accusé d'avoir enfreint des brevets qu'il avait lui-même rachetés à l'américain Hewlett-Packard.

De son côté, Apple reprochait également au groupe asiatique d'avoir enfreint ses propres brevets. Après avoir passé deux ans à s'attaquer de toute part, les deux sociétés ont passé un accord en novembre 2012, les autorisant à utiliser leurs brevets respectifs durant 10 ans, qui prévoyaient aussi qu'elles renoncent à tout conflit judiciaire.

> Brevets : Apple et le taïwanais HTC enterrent la hache de guerre.

LE QUART D'HEURE DE CÉLÉBRITÉ DES CHEMINS DE FER SUISSES

En octobre 2012, Apple s'est fait remettre les pendules à l'heure par les Chemins de fer fédéraux suisses, qui l'accusaient d'avoir copié leur design d'horloge pour son application « Horloge » disponible sur ses iPads et ses iPhones. Les deux parties ont tout de même réussi à éviter le procès en passant un accord financier, dont le montant a été gardé secret.

> Design copié : Apple paiera des droits de licence à la SNCF suisse.

>> Lire aussi : Apple abuserait-il de ses distributeurs ? Bercy va le vérifier.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/09/2013 à 7:18 :
On comprend que Apple au sein d'une coalition IT bataille contre le brevet unitaire Européen, car cette coalition IT composée en majorité de "world company" américaines concentre en ses mains une telle somme de brevets que la planète est pratiquement à la merci de ces "world company". M'est avis que les agences de lobbying de Bruxelles vont multiplier les invitations au restaurant (voir peut être plus) de nos chers (très) députés et commissaires européens ainsi que tous hauts fonctionnaires et politiques pouvant avoir une certaine influence sur ces députés et commissaires européens.
a écrit le 28/09/2013 à 21:37 :
tout cela n'est rien nouveau , déjà dans les années 80 , apple contre microsoft = procès , atari contre apple = procès ; j'en passe la liste est longue , ces entreprises vivent des brevets et tous les coups sont permis sauf quand le créateur d'une avancée le remarque un peu trop , souvenons nous des procès de microsoft contre des copistes chinois ou thaïlandais , le brevet est le brevet , ces procès se terminent toujours par des accords a l'amiable , donc rien de nouveau en soi .. juste un de plus ..

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :